MLS-SOC-SPO-NEW-ENGLAND-REVOLUTION-V-MONTREAL-IMPACT

Crédit : AFP

Impact de Montréal

La saison de l’Impact en cinq buts

Publié | Mis à jour

L’Impact a terminé son calendrier sur un coup d’éclat, dimanche dernier, en revenant de l’arrière pour battre D.C. United et, du même coup, confirmer sa place dans les éliminatoires de la Coupe MLS pour la première fois depuis 2016.

Oh qu’elle a fait du bien, celle-là. Et cette accession aux éliminatoires marque une réelle progression pour le club sous l’égide du tandem formé par l’entraîneur Thierry Henry et le directeur sportif Olivier Renard.    

Pourtant, la saison n’a pas été de tout repos. Même que le qualificatif «en dents de scie» serait de mise.

Après des débuts plutôt encourageants en février et en mars, le club n’a pas été particulièrement étincelant lors du tournoi «MLS is Back», en juillet, à Orlando. On y a vu un groupe qui cherchait ses repères et un entraîneur qui cherchait la bonne recette.

La reprise des activités, d’abord au Canada en août-septembre, puis aux États-Unis ensuite, a été ponctuée de hauts et de bas. Le club aura cependant su se maintenir dans la course aux éliminatoires jusqu’à la fin, pour finalement atteindre son objectif.

Il faut lever notre chapeau à l’Impact : le dernier mois et demi de la saison a été plus difficile que jamais, considérant les conditions dans lesquelles les équipes canadiennes de la MLS devaient évoluer. Thierry Henry et ses hommes ont, ultimement, fait montre de beaucoup de caractère. L’entraîneur a d’ailleurs insisté sur ce trait à la suite du match de dimanche à Washington.

Ces épreuves auront peut-être pour bon côté d’avoir soudé l’équipe plus solidement que d’ordinaire. Et Renard continue de préparer 2021 avec entrain...

En attendant le début des éliminatoires, revenons sur le parcours de l’Impact en 2020.

Voici cinq buts qui ont marqué cette année folle, mais mémorable, pour le onze montréalais :

29 février : l’Archer de Rosario démarre en force    

Le premier match d’Henry à la barre de l’Impact en MLS s’est soldé par une victoire : symboliquement, c’était important de l’emporter. Cette victoire, devant 21 000 personnes au Stade olympique, a été scellée par ce très beau lob de l’attaquant Maxi Urruti. L’Argentin, largement critiqué (à juste titre) depuis son arrivée avec le club, a très bien démarré la saison avant de retomber dans ses vieux travers. Sera-t-il de retour avec l’Impact en 2021?

1er septembre : Camacho!    

Le défenseur Rudy Camacho, qui a connu une saison compliquée (c’est peu de le dire), n’a marqué qu’un but en 2020. Mais ce but fut loin d’être inutile : il avait donné la victoire à l’Impact contre le Toronto FC, le 1er septembre, au BMO Field. Cela dit, l’Impact a perdu ses trois autres matchs contre le TFC, cette année. Il serait temps de changer cette tendance...

13 septembre : Piette, enfin!    

Embauché par l’Impact à l’été 2017, Samuel Piette a finalement marqué son premier but avec l’équipe trois ans plus tard. Ce n’est rien pour le critiquer : avant 2020, le Québécois avait toujours occupé un rôle très défensif. L’arrivée du milieu de terrain Victor Wanyama, en mars, a cependant amené Henry à faire jouer Piette plus près du but adverse. Après une période d’ajustement, Sam a commencé à être à l’aise à sa nouvelle position. Contre les Whitecaps, ce jour-là, ça a payé. Ce premier but était attendu des partisans de l’Impact, qui aiment beaucoup le numéro six. Et s’il continue à être utilisé de la sorte par Henry, il en marquera d’autres.

27 septembre : la succulente frappe de Bojan    

Un vieil adage du soccer stipule que si l’état de forme d’un joueur est passager, sa qualité est permanente («form is temporary, class is permanent»). Cet adage s’applique absolument au milieu de terrain Bojan Krkic, qui a enfin montré de quoi il était vraiment capable, cet automne, plus d’un an après s’être joint à l’Impact. Le Catalan, qui semblait continuellement se chercher depuis son arrivée et apparaissait en voie de quitter l’équipe à la fin de la saison, a complètement renversé la vapeur en fin de calendrier en se montrant inspiré et décisif. Il a même été le joueur de la semaine à la fin octobre. 

De tous ses gestes d’éclat, celui-ci était sans doute le plus beau même si l’Impact a ensuite perdu ce match contre les Red Bulls :

8 novembre : le but de la qualification    

Si Bojan a été une révélation durant l’automne, l’ailier Romell Quioto, lui, l’a été durant toute la saison. Dès les premiers matchs en Ligue des champions de la CONCACAF, en février, le Hondurien s’est imposé comme le joueur le plus important de l’attaque montréalaise. Et ce n’est pas nécessairement ce qui était attendu de lui. Après une saison 2019 très difficile à Houston, Quioto a rebondi magnifiquement à Montréal, cette année, avec une récolte de huit buts et six passes décisives en 19 apparitions. 

Il est donc tout à fait logique et approprié que ce soit Quioto qui, dans un autre gros match de sa part, ait marqué le but qui a scellé la qualification de l’Impact pour les éliminatoires, dimanche dernier :

Mention honorable : salut à toi, Saphir Taïder, et bonne chance en Arabie Saoudite