Crédit : Photo Agence QMI, Joêl Lemay

Impact de Montréal

Taïder ne cadrait plus dans les plans

Publié | Mis à jour

À quoi rime le départ de Saphir Taïder

En laissant partir son joueur désigné pour l’Arabie Saoudite, l’Impact a fait le constat: le joueur ne cadrait pas dans les plans de l’équipe et l’argent libéré sur la masse salariale permettra à Olivier Renard plus de marge de manoeuvre dans son recrutement.

À LIRE AUSSI | Impact: des changements à prévoir bientôt?

À LIRE AUSSI | Trop peu trop tard pour l'Impact

«C’est assurément (une bonne décision) pour l’Impact, assure Hassoun Camara analyste de l’Impact dans le balado XI MTL sur Qub Radio. Que ce soit pour le club que pour Saphir Taïder. On se donne l’embarras du choix et la possibilité d’être dans la continuité du projet (de Renard).»

«L’animation de jeu était pauvre ces dernières années chez l’Impact, ajoute Camara pour remettre en contexte le passage de l’international algérien. Je peux comprendre qu’un joueur puisse le subir ça.»

Pour l’agent de joueur Nicolas A. Martineau, invité cette semaine au balado, le poste de joueur désigné en MLS recèle son lot de responsabilités. 

«Avec un tel salaire, tu dois être le visage de l’équipe. Si tu es le joueur le mieux payé de ton équipe, tu dois être - et de loin - le meilleur joueur sur le terrain. Tu dois rendre tes coéquipiers meilleurs et tu dois aussi être la « mascotte » de l’équipe comme l’est actuellement Carlos Vela au LAFC. »

Le compte à rebours vers les séries

Pour l’Impact, il ne reste plus que cinq matchs d’ici la fin du calendrier régulier. La dernière défaite du Bleu-blanc-noir a fait glisser l’équipe à la neuvième position au classement, avant-dernière qui donne accès aux séries éliminatoires de la MLS.

Pour l’animateur de XI MTL, Frédéric Lord, deux matchs se détachent par leur importance dans le calendrier des Montréalais. 

«Les matchs de samedi prochain contre l’Inter Miami et celui contre Nashville sont littéralement des matchs de Coupe. Il faut s’y concentrer quitte à laisser faire celui entre les deux contre le NYCFC.» 

Ainsi, il croit que dans les circonstances sanitaires et avec les nombreuses blessures, Thierry Henry aurait intérêt à « choisir ses matchs. »

Pour un ancien joueur, cette proposition est-elle hérétique? Oui, répond sans ambages Camara. 

«Si on avait pris cette stratégie face à Columbus, on aurait raté trois points importants. Surtout dans cette ligue, cette réalité n’existe pas. 

«Et contre Miami et Nashville, ça pourrait bien être plus difficile que contre New York.»