Impact de Montréal

L’Impact a-t-il réussi sa saison?

L’Impact a-t-il réussi sa saison?

Vincent Destouches

Publié 10 novembre
Mis à jour 10 novembre

L’Impact est en séries éliminatoires pour la première fois depuis 2016. Personne ne pourra l’enlever au Bleu-Blanc-Noir.

Peut-on dire que Montréal a réussi sa saison?

De manière générale, la simple donnée d’une participation en séries n’est pas suffisante (à mes yeux) pour se prononcer sur cette question. Car tous les clubs ne sont pas logés à la même enseigne. Pour certains, une qualification est un meilleur résultat qu’espéré. Pour d’autres, c’est la moindre des choses.

Que penser d’un club qui se qualifie de peine et de misère, avant de ne disputer qu’un seul match de séries, pour ensuite rentrer bredouille à la maison? Cela ne respire pas le succès... Mais dans les livres d’histoire, ça paraît bien.

Les circonstances exceptionnelles de cette saison 2020 ont poussé la MLS à élargir le nombre d’équipes qualifiées, et c’est en tant que neuvième (sur 13 équipes) de l’Association de l’Est que Montréal a obtenu son billet.

Cette particularité se prend très bien, dans un contexte extrêmement difficile pour les clubs, et notamment l’Impact, qui a dû déménager temporairement aux États-Unis pour disputer les 12 dernières rencontres de son calendrier de 23 matchs (Montréal n’en aura joué que quatre au Québec). Un calendrier qui se sera en plus avéré étrangement plus relevé que celui d’autres équipes.

Il n’en reste pas moins que Montréal a terminé neuvième. Dès lors, cette qualification fait rejaillir très positivement une saison qui a été pour le moins difficile, durant laquelle l’Impact n’aura jamais réussi à aligner des séries de victoires et à susciter emballement et enthousiasme auprès des partisans, malgré quelques moments brillants et un soccer plus offensif.

Toutefois, pour parler de réussite ou non d’une saison, il faut aussi la prendre dans son entièreté, et surtout, la mettre en rapport avec les attentes et les objectifs du début de saison – qui peuvent varier selon la perception des uns et des autres.

Un bilan honorable 

Olivier Renard avait qualifié cette campagne de «saison de construction» à de multiples reprises. De fait, la construction du projet du directeur sportif s’appuie sur un quart de finale – au moins – de Ligue des champions de la CONCACAF, sur une bataille jusqu’au dernier match lors du Championnat canadien, et donc sur une qualification en séries éliminatoires de la MLS.

À mes yeux, il s’agit d’un bilan honorable, car mes standards étaient bas. J’avais très peu d’attentes envers le club, à qui j’avais notamment prédit le 10e rang dans une Association de l’Est plus dense cette année. Les résultats de l’Impact sont donc conformes à mes attentes, voire un peu meilleurs.

De là à parler de réussite, il y a un pas que je ne franchirai pas. Il ne faut pas non plus se complaire dans la médiocrité.

En vérité, l’Impact est là où je l’attendais : dans une saison de transition, rendue plus complexe encore en raison d’un contexte catastrophique. En ce sens, un aspect important de la saison qu’il ne faut pas négliger, c’est qu’un travail important a été réalisé en coulisses pour permettre une amélioration sensible de l’effectif en 2021. Cela donne du cœur et du corps au projet, et à défaut d’envisager l’avenir avec optimisme, cela stimule l’envie d’aller de l’avant.

Alors peu importe la manière, l’Impact est en séries, sans pression, avec l’opportunité de gagner, d’avancer et de clore ce débat sur sa saison. Sans oublier la possibilité de continuer son parcours en Ligue des champions en décembre, mais ça, c’est une autre histoire.

Bref, il faut prendre cette qualification pour ce qu’elle est : un petit moment de magie inattendu.