Crédit : Jean-Yves Ahern-USA TODAY Sports

Club de foot Montréal

Cinq souhaits du partisan de l’Impact pour 2021

Publié | Mis à jour

L’année 2020, aussi rocambolesque et dramatique fut-elle dans l’ensemble, en aura été une qui s’est déroulée sous le signe du progrès pour l’Impact de Montréal.

Non, le club montréalais n’a pas nécessairement affiché un progrès fulgurant. Aucun trophée n’a été remporté. Mais il est clair que ce club a désormais un projet sportif et financier. Sur la pelouse, l’entraîneur Thierry Henry a commencé à poser les bases d’un système de jeu qui promet. À l’étage supérieur, le directeur sportif Olivier Renard accumule les gestes intrigants et semble déterminé à bâtir par la jeunesse tout en essayant de tirer le maximum des différents mécanismes de la MLS quant à l’assemblage de son effectif. Et il semble avoir encore quelques tours dans son sac.   

On a aussi vu du caractère. L’Impact n’avait pas, sur papier, un club de MLS dominant. Il a dû évoluer dans des conditions plus difficiles que la plupart des autres équipes de la ligue. Il a subi des défaites douloureuses. Mais il a généralement gardé la tête haute et a réussi une saison décente, avec une première qualification pour les éliminatoires depuis 2016.

Bref, 2020, dans toute sa folie, pourrait avoir mis en place les conditions d’un 2021 encore plus intéressant au cœur d’un processus qui, dans l’ensemble, apparaît cohérent et prometteur.

Cela dit, il reste encore beaucoup de boulot à abattre. Les partisans du club restent aux aguets, très curieux de connaître les prochaines décisions de l’état-major pendant que la MLS tente d’organiser une saison 2021 qui fera le bonheur de tout le monde dans un contexte qui restera très difficile.

Voici donc, sans ordre particulier, cinq souhaits pour l’année 2021 qui pourraient figurer sur la liste du partisan moyen de l'Impact :

Du renfort en défense centrale   

Pour un club qui n’avait pas de joueur désigné résolument offensif, l’Impact a marqué pas mal de buts en 2020. Il en a marqué autant (33 en 23 matchs) que le Toronto FC, qui a fini deuxième au classement général! Le problème, c’est qu’il en a pris 43, le pire total dans l’Est. Manifestement, il faut y voir. Malgré l’acquisition récente du Canadien Kamal Miller, la défense centrale pourrait bénéficier d’un ajout. Rod Fanni ne sera sans doute pas de retour. Rudy Camacho est payé comme un défenseur central numéro un, mais ne se comporte pas comme tel. Luis Binks est plein de potentiel et déjà un joueur de bon calibre, mais il reste jeune, enclin aux erreurs et risque de ne plus être là en 2022. Joel Waterman a un certain potentiel tout comme Karifa Yao, mais les deux sont encore des «projets». Notre collègue Vincent Destouches parlait d’un autre défenseur qui pourrait servir de «grand frère» au groupe, évoquant au passage Laurent Ciman. Que ce soit le Belge ou un autre, un ajout de bon calibre serait apprécié dans ce secteur.

Crédit photo : Bill Streicher-USA TODAY Sports

Un gros nom en attaque  

Même si cela ne semble pas être dans la stratégie à court terme de l’organisation, l’acquisition d’un joueur décisif au plan offensif, avec un gros profil, plairait énormément aux partisans qui, on le rappelle, ont vu Ignacio Piatti partir au début de l’année sans être vraiment remplacé. Romell Quioto s'est magnifiquement imposé, entre temps, or l'équipe pourrait encore s'améliorer devant. Un milieu offensif, un ailier ou un attaquant, peu importe : un joueur qui a du punch, de la créativité et qui peut attirer l’attention sur le club serait bienvenu. Il faudra sans doute, avant, se délester de quelques gros salaires... Le club pourrait-il frapper un grand coup au mercato d'été? Il y a tant d'inconnues, mais les partisans espèrent toujours.

Crédit photo : John E. Sokolowski-USA TODAY Sports

Un jeune qui explose  

L’Impact a sous le bras plusieurs jeunes joueurs qui pourraient se révéler en 2021. Le premier nom qui vient à l’esprit est sans doute Djordje Mihailovic, un milieu offensif au potentiel certain que Renard vient d’aller chercher à fort prix du côté de Chicago. Le jeune est déjà un international américain et il a les qualités pour s’imposer. Cela dit, Emanuel Maciel et Amar Sejdic ont affiché une belle progression en milieu de terrain. Les défenseurs latéraux Zachary Brault-Guillard et Mustafa Kizza risquent d’être des joueurs très importants dans le système d’Henry en 2021 et l’un d’eux pourrait franchir un cap. Est-ce que Lassi Lappalainen peut éviter les blessures et planter une dizaine de buts? Est-ce que l’attaquant américain Mason Toye, qui a lui aussi coûté beaucoup d’argent d’allocation à l’Impact l’automne dernier, réussira à faire parler ses qualités? Pourrait-on voir le Québécois James Pantemis, produit de l’académie, prendre du galon devant le filet en 2021? Si l’Impact veut avoir du succès en 2021, il est impératif que l’un de ces jeunes, voire plusieurs d’entre eux, passe à la vitesse supérieure.

Crédit photo : Mitchell Layton-USA TODAY Sports

Une nouvelle identité... qui rassemble  

Sujet délicat s’il en est un, le changement identitaire de l’Impact sera sans doute au cœur des discussions des partisans au début de l’année. Il l’est déjà, en fait. On ne sait pas grand-chose au sujet de ce changement que la direction promet d’opérer en 2021. On suppose que le nom «Impact» disparaîtra, ou sera beaucoup moins à l’avant-plan. On suppose que les couleurs officielles du club vont changer. Plusieurs croient, sur les réseaux sociaux, que le club pourrait devenir le CF Montréal. Mais on n’en sait rien. Et cela fait un peu peur. Les partisans sont, en majorité, attachés au nom de l’Impact et à ses couleurs. Ils n’accepteront pas n’importe quoi. En même temps, le club n’a pas tort de chercher des moyens d’améliorer sa visibilité et d’attirer de nouveaux partisans. Mais doit-il passer par une refonte de son identité? Ce terrain est glissant... On leur souhaite bonne chance.

Crédit photo : Jean-Yves Ahern-USA TODAY Sports

Retourner au stade  

Ce n’est pas tellement entre les mains de l’Impact : ce sera surtout entre celles des gouvernements et de la ligue. Il faudra aussi que le vaccin contre la COVID soit efficace et largement distribué. Entre autres. Mais il reste que les partisans de l’Impact se sont ennuyés du Stade Saputo et de leurs favoris en 2020. Ils ont très hâte au jour où ils pourront y aller normalement de nouveau. Aller au stade en début de saison sera sans doute impensable. Mais peut-on se souhaiter un bel alignement des astres qui nous permettra d’aller au stade en fin de campagne? Ça ferait du bien à tout le monde... 

Crédit photo : Jean-Yves Ahern-USA TODAY Sports

Et sur ce, bonne année 2021 à tous!