Club de foot Montréal

«Dans ce groupe, il manque de personnalité»

Publié | Mis à jour

L'Impact de Montréal a procédé à son bilan de saison, aujourd'hui, alors que le directeur sportif Olivier Renard, l'entraîneur Thierry Henry et plusieurs joueurs s'adressaient aux médias.            

Le campagne 2020 de l'Impact s'est officiellement terminée mardi dernier, avec son élimination en quarts de finale de la Ligue des champions de la CONCACAF. Quant à son parcours en MLS en 2020, l'Impact a vu le sien se terminer en match de barrage éliminatoire au début de novembre après avoir terminé au 10e rang du classement dans l'Est.

Renard a par ailleurs procédé à deux transactions depuis mardi, amenant à Montréal le jeune défenseur canadien Kamal Miller et le prometteur milieu offensif américain Djordje Mihailovic.

Voici quelques citations à retenir:

OLIVIER RENARD              

(Voyez son point de presse en vidéo principale)

«Ça se voit un peu, ce que j'avais déclaré il y a un an (...) il y a beaucoup de différence dans la moyenne d'âge dans l'équipe. Il y a encore de la place pour de nouveaux joueurs. Est-ce que ça va encore être des jeunes ou un peu plus vieux, ça va dépendre sur le profil.»

«L'expérience d'une carrière ne veut pas dire personnalité. Dans ce groupe, il manque de personnalité.»

«On a des places internationales à remplir et ça va se voir dans les prochaines acquisitions.»

«La priorité, c'est de s'amélioer. Je sais que le monde attend un grand buteur ou un joueur offensif, mais si on regarde l'Impact de cette année, le problème n'était pas particulièrement en attaque.» Cela dit, il regarde ses options quand même.

«Le but, c'est qu'en général, l'osmose totale de l'équipe soit meilleure.»

«Ce n'est pas une question de budget, il va rester plus ou moins le même chaque année. C'est une question de comment on va le dépenser.»

«Le dernier match (contre Olimpia mardi dernier) était sans doute le plus difficile pour tout le monde. Personne ne veut y aller. Mais j'ai aimé l'esprit de combattant du groupe.»

Il a aimé la progression de Luis Binks, Zachary Brault-Guillard et Amar Sejdic.

Il estime ne pas avoir trop payé pour Djordje Mihailovic.

«Je n'ai pas eu de réponse à mon mail avec l'offre (...) très sincèrement, je ne pense pas que Bojan va revenir chez nous l'année prochaine.» Bojan savait déjà en fin de saison que son option ne serait pas levée.

«Je veux remercier Jackson (pour être allé disputer le match de mardi dernier), très honnêtement, je n'ai rien à lui reprocher depuis mon arrivée ici.»

«Au niveau budget et espace, tout va dépendre de ces fameux joueurs TAM ou désignés. (...) En voulant renforcer l'équipe, est-ce qu'on veut prendre un bon joueur, ou plusieurs en les entrant dans le système TAM?»

«Je sais que parfois un joueur peut faire la différence, mais il faut voir l'ensemble du club. (...) Normalement, on est partis pour faire 3-4 joueurs dans les prochaines semaines, mais y aura-t-il un gros joueur là-dedans, je ne peux vous le dire à l'heure actuelle.»

THIERRY HENRY            

«Si on retourne sur l'année qui est bientôt finie, ça a été vraiment long (...) on peut garder la tête haute.»

«À l'arrivée, on a vu une équipe qui allait se battre, une idée de jeu qu'il faut encore peaufiner. On essaie de recruter des joueurs qui vont dans le registre de ce qu'on essaie de faire.»

«Je l'ai dit souvent et je le répète: une équipe qui est courageuse, pas seulement quand on court après la balle, mais quand on l'a

«Je pense que Sam (Piette) a grandi cette année, il parle un peu plus à l'entraînement, il a pas peur d'affronter les joueurs et de dire ce qu'il a à dire.»

«Jules, notre préparateur physique, a dû faire l'impossible (...) J'espère que ça ne sera pas comme ça l'an prochain, mais si ça doit être le cas, on sera prêts.»

«J'ai beaucoup appris. Il y a un truc super important pour moi et le staff. Quand je vois l'éclosion d'un Sejdic, la progression d'un Sam Piette. Luis Binks, c'était sa première année (...) Sur le plan sportif, j'ai appris avec eux, j'ai souffert avec eux.»

Mihailovic: «beaucoup d'habileté des deux pieds, il peut marquer, il peut passer, bien interpréter les espaces (...) cette acquisition allait de soi pour nous.»

Bojan: «Je respecte le choix des gens. (...) Il y a des règles qui font que le joueur a le choix. J'ai toujours un énorme respect pour Bojan, ça ne change pas.»

«On m'avait parlé de Romell (Quioto) en tant que joueur difficile à gérer. Je n'ai vraiment pas vu ça. J'aime les joueurs avec du caractère (...) il a vraiment été bon, il nous a manqué quand il a été blessé.»

«Luis (Binks), j'allais toujours lui donner un challenge mental et physique (...) c'est sa première année où il jouait au foot contre des hommes, où il y a de l'attente, des matchs à répétition, de nouveaux attaquants, il a vraiment bien répondu» même si tout n'a pas été parfait.»

SAMUEL PIETTE         

«Quand t'es amené à faire des trucs que tu n'as pas vraiment fait auparavant, tu as quelques questionnements, mais il n'y a pas meilleure personne pour répondre à ces questions techniques et tactique que Thierry Henry. (...) On a parfois l'impression qu'il fait partie de l'équipe en tant que joueur.»

«Au final, tu réalises que si on te met à une nouvelle position, c'est parce que le staff te croit capable d'apporter ce qu'il recherche.»

«On ne pouvait pas trouver d'excuse pour ne pas se battre sur le terrain, peu importe les circonstances (...) il y a toujours des moments où tu te bats un peu, mais en général, c'est quelque chose qu'on voulait trouver à chaque match.»

«J'aime la direction où ça s'en va, une équipe jeune, des joueurs américains ou canadiens, des joueurs qui se battent pour le maillot. C'est ce qu'on est en train de faire, ça va dans la bonne direction. (...) On a une certaine colonne vertébrale et il faut construire autour.»

«La seule chose que j'aime pas, c'est que je deviens l'un des plus vieux de l'équipe même si j'ai juste 26 ans!»

«Je veux être une part importante de ce club. Mon rôle sera, avec des jeunes, du Canada et de l'académie, de leur montrer les valeurs du club et de prendre mes responsabilités comme leader. Ça fait trois ans et demi que je suis ici mais je suis de plus en plus confortable.»

«Kamal (Miller) est un très bon joueur, je l'aime beaucoup, comme personne. (...) Avant le match contre Olimpia, je l'ai texté pour lui dire "je ne sais pas si tu es heureux de l'échange, mais moi je le suis" (...) Il est heureux lui aussi.»

«C'est (Kamal Miller) un gros bonhomme, il est solide, il est bon avec la balle (...) On a eu un bon joueur, mais aussi un bon gars qui va se battre pour le maillot et la ville.»

«Une de mes lacunes en tant que personne, je suis quelqu'un qui n'aime pas blesser les gens, qui n'aime pas être dur avec les gens (...) au lieu de dire les vraies choses et d'être dur avec la personne. C'est quelque chose que je dois améliorer, de ne pas avoir peur d'être critique, d'être dur envers les autres. De ne pas avoir peur de prendre ma place et de dire certaines choses que je n'aime pas. À la base, je ne suis pas quelqu'un de méchant, mais il faut faire la division entre ce que je dis sur le terrain et ce que je suis ensuite quand on va dîner en équipe.»

LUIS BINKS       

«J'ai appris beaucoup sur moi, sur le terrain et en dehors du terrain cette saison. Henry est une des raisons pour lesquelles je voulais jouer pour MTL. Je suis reconnaissant de ce que j'ai pu apprendre avec lui, même s'il a pu être demandant avec moi.»

«Il faut que je remercie l'entraîneur pour m'avoir fait confiance (...) d'avoir joué autant de matchs, je dois le remercier.»

Il espère participer à Coupe du monde U20 pour l'Angleterre.

«Ce n'est pas un secret que mon but est d'aller jouer en Europe un jour et j'espère avoir cette chance avec Bologne un jour. (...) Il y a des erreurs que je dois sortir de mon jeu si je veux y accéder. Je suis loin d'être un produit fini.»

JUKKA RAITALA      

«Une expérience très positive (d'être capitaine). (...) J'étais fier de mener le club à titre de capitaine, je pense que j'ai bien fait ça et c'était un honneur d'être choisi par Thierry.»

«L'Euro s'en vient, mais sinon l'avenir est ouvert. J'aimerais rester en MLS, mais je regarde mes options afin de voir quelle est la meilleure pour moi.»

«Je n'avais pas d'option. Mon contrat s'est écoulé et le club n'est pas intéressé à continuer. Je comprends, c'est la business. J'ai aimé Montréal et j'aurais aimé rester, maintenant je dois me concentrer sur mon avenir.»

ROMELL QUIOTO     

«Je suis très satisfait de ma saison, d'avoir pu aider l'équipe, c'est le plus important.»

«Les gens ont le droit à leurs opinions, je n'ai rien à dire là-dessus. Mais j'ai pu montrer qui j'étais sur le terrain et c'est le plus important. Et avec mon travail et mon sérieux, j'ai pu le faire.»

«Ce fut une année difficile pour tout le monde, pas seulement au club. J'ai beaucoup appris en arrivant dans une nouvelle ville, une nouvelle équipe, mais grâce à mon dur labeur, cette section a été un succès pour moi.»

«Je considère que c'est ma meilleure saison, j'en suis très heureux. Même si je n'ai pas pu beaucoup jouer devant les partisans, j'ai senti l'appui du public et ça m'a aidé à traverser une année très difficile.»

«Je suis encore très jeune (rires)! Je veux continuer d'aider ce groupe et de prêcher par l'exemple par mon travail. Je considère que Montréal est un grand club qui mérite le meilleur de chacun.»