Crédit : AFP

Tennis

Internationaux des États-Unis: Tsitsipas ne comprend pas les critiques

Publié | Mis à jour

Stefanos Tsitsipas a déclaré ne pas comprendre les huées et critiques récoltées en raison de ses pauses vestiaires, commme celle de mercredi lors de sa qualification pour le 3e tour de l'US Open, qu'il juge «importantes» pour le bon déroulement de ses matches.

«Je n'ai rien fait de mal, donc je ne comprends pas. Quel est le problème ?», s'est interrogé le Grec, 3e mondial, au sortir de sa victoire contre le Français Adrian Mannarino 6-3, 6-4, 6-7 (4), 6-0.  

Après la perte du 3e set, il est allé se changer dans le vestiaire comme le règlement l'y autorise et n'en est revenu que huit minutes plus tard, accueilli par les huées du public. 

Lundi, il avait mis sept minutes pour faire le même aller-retour sur le court Arthur Ashe, contre Andy Murray. Ce dernier, très remonté, l'a ensuite accusé d'avoir voulu casser son rythme, et l'Allemand Alexander Zverev l'a aussi vertement critiqué. Mannarino, lui, y a vu une pratique antisportive. 

«Ce bris au troisième set m'a permis de me rafraîchir, comme j'aime le faire», a expliqué Tsitsipas. «C'est bon pour moi d'être moins en sueur et de me sentir frais, de commencer un nouveau set avec un état d'esprit frais, de me recalibrer.»

«Je n'ai enfreint aucune règle», a insisté le Grec, arguant qu'il n'y a pas de limite de temps imposée dans le vestiaire. «J'essaie d'être aussi rapide que possible. Parfois, j'ai juste besoin d'un peu plus de temps. C'est tout.»

«Si je reste dans les limites des directives, alors quel est le problème ?», a-t-il poursuivi, agacé, faisant observer que «certains joueurs prennent bien plus que 25 secondes entre les points, ce qui est juste».

Malgré les critiques de ses rivaux, Tsitsipas a assuré «ne rien avoir contre aucun joueur. Je ne me plains jamais de ce que font les autres joueurs». 

«Je ne comprends simplement pas quand certains critiquent d'autres joueurs. J'ai tout fait de la bonne manière. Si je ne l'ai pas fait, je devrais être pénalisé. Mais pour autant que je sache, c'est un besoin lorsque je suis sur le terrain, en train de jouer», a-t-il conclu.