Crédit : AFP

Tennis

Murray ne mâche pas ses mots envers Tsitsipas

Publié | Mis à jour

Le Britannique Andy Murray a subi la défaite au premier tour des Internationaux des États-Unis, lundi, au terme d'un duel de près de cinq heures face au Grec Stefanos Tsitsipas. Et disons que celui qui a triomphé à Flushing Meadows en 2012 n'a pas du tout apprécié les agissements de son rival.

En effet, Tsitsipas, troisième favori de la compétition, a pris deux pauses, auxquelles il a droit lors d'un match au meilleur des cinq manches, pour aller aux toilettes et/ou changer de vêtements. Cependant, le règlement indique que le joueur doit être revenu dans un «temps raisonnable». Le Grec a quitté le terrain après les deuxième et la quatrième manches; cette dernière absence durant environ sept minutes.  

Et disons que le Britannique n'a pas trouvé ça raisonnable du tout.

«Ce n'est pas vraiment le fait de quitter le terrain, c'est le temps que ça (lui) prend, a souligné Murray après le match. [...] C'est décevant parce que j'ai le sentiment que l'issue de la rencontre a été altérée. Je ne dis pas que j'aurais gagné le match, mais il y a eu une influence sur ce qui s'est passé après les pauses.

«Il est un joueur brillant et il est bon pour le tennis. Mais je n'ai pas du tout de temps (à perdre) avec ça, et j'ai perdu le respect que j'avais pour lui. Si tout le monde pense que c'est correct alors il n'y a pas de problème et je suis celui qui n'est pas raisonnable. Mais je pense que c'est absurde et il le sait très bien.»

En plus de ces pauses, Tsitsipas a également eu recours à un temps d'arrêt médical après la troisième manche pour soigner une blessure à un pied.

Murray toujours aussi furieux

Et mardi matin, Murray semblait manifestement toujours aussi furieux.

«Fait du jour. Ça prend deux fois plus de temps à Stefanos Tsitsipas d'aller aux toilettes que Jeff Bazos (NDLR: Bezos) de se rendre dans l'espace. Intéressant», a indiqué le Britannique par le biais d'un message sur son compte Twitter.

Ce n'est pas la première fois qu'un joueur se plaint d'un rival qui tente de changer le momentum de la rencontre, peu importe le moyen, et ce, même si ce moyen est légal. Murray a une opinion bien arrêtée sur le sujet.

«Ultimement, ils (NDLR: les officiels) ne peuvent rien faire car c'est le règlement, a souligné Murray. Mais je fais partie du conseil des joueurs et nous parlons souvent de changer ces règlements pour essayer qu'on les exploite moins»

Au prochain tour, Tsitsipas affrontera le Français Adrian Mannarino.