HKN-HKO-SPO-FLORIDA-PANTHERS-V-NEW-JERSEY-DEVILS

Crédit : Photo d'archives, AFP

Canadiens de Montréal

Le «mystère Hoffman» décortiqué par un ex-coéquipier

Publié | Mis à jour

À l’ère des réseaux sociaux où plusieurs histoires prennent parfois des proportions démesurées, il est permis de se demander si l’aura de Mike Hoffman, ce prolifique buteur embauché mardi par les Canadiens, est si cancérigène qu’on peut le lire à certains endroits. 

Bien sûr, on connaît tous l’épisode de la querelle entre le nouvel attaquant du CH et Erik Karlsson, à l’époque où les deux patineurs évoluaient à Ottawa. On sait aussi que l’attaquant natif de Kitchener en Ontario n’est pas le plus grand amoureux du jeu défensif.    

Toutefois, pour vraiment savoir à quoi s’attendre d’Hoffman, rien de mieux que de sonder des gens qui ont partagé le même vestiaire que lui. C’est le cas du gardien québécois Samuel Montembeault qui a, pendant deux ans, été le coéquipier de l’ailier gauche chez les Panthers de la Floride. Hoffman y a justement connu ses deux meilleures saisons offensives, inscrivant 36 et 29 buts. 

Dans le cadre d’un généreux entretien avec le TVASports.ca, Montembeault a accepté de parler de son ancien partenaire, se faisant rassurant sur certains points, mais... un peu moins sur d’autres.  

«Mike était adoré de tout le monde dans le vestiaire des Panthers. Vraiment. Il avait un sens de l’humour que plusieurs appréciaient, dont moi. Il est un gars assez nonchalant de nature dans sa façon d’être. Rien ne semble le déranger, l’affecter. Il est toujours très calme et détendu et ça plaisait aux gars. Personnellement, je n’ai absolument rien vu de négatif le concernant sur le plan humain.»

10554299k
Crédit photo : Bill Kostroun/AP/Shutterstock

Voilà un commentaire positif qui mérite d’être considéré. Montembeault et Hoffman ne sont plus coéquipiers depuis plus d’un an déjà et le premier n’aurait certainement pas hésité à se montrer critique s’il avait été témoin de quelque chose qui lui aurait déplu. 

Pourquoi en être si sûr? Parce qu’il n’hésite pas à le faire lorsqu’on lui demande son évaluation hockey d'Hoffman. 

«Je sais qu'il y a plusieurs rumeurs sur lui. Il est vrai que Mike doit travailler son éthique de travail. [...] Ce n’est pas le gars qui bloque le plus de lancers. [...] Son désir de vaincre n’est pas toujours à son apogée...»  

Le gardien enchaîne toutefois avec une remarque intéressante. 

«Ça lui prend parfois une étincelle pour se réveiller. À ce moment-là, il se frustre et c’est là qu’il est à fond. Il se met alors à patiner en fou et à terminer toutes ses mises en échec.»

36 buts à nouveau?    

Et un Mike Hoffman qui se démène, précise Montembeault, ça peut faire beaucoup de dégâts. Surtout lorsqu’on connaît tout le talent qu’il possède. 

«Les Canadiens ont fait un très bon coup en l'embauchant. Évidemment, c’est un atout majeur en avantage numérique. Il sait toujours se faire oublier et sait pertinemment où se rendre pour marquer des buts. Il a un grand flair. Son lancer n’est pas le plus puissant, mais il est tellement précis! Il a une façon unique de le décocher. Il ne rate pas souvent le filet. Hoffman est aussi très intelligent. Sa vision du jeu est à souligner. Il sait repérer ses coéquipiers avec aisance et comprend comment se sortir d’une situation délicate en zone défensive.»

Crédit photo : AFP

On le disait plus haut : c’est en Floride, sous les yeux de Montembeault, que Mike Hoffman a connu sa saison la plus productive : 36 buts. Pourrait-il répéter cet exploit à Montréal? 

«Je pense que oui, de répondre le sympathique jeune homme. Quand on se battait pour une place en séries il y a deux ans, c’était notre meilleur joueur. Si on lui donne le temps de glace requis, et je pense que ça va être le cas à Montréal, il peut connaître une saison très productive.»

Le «casting» parfait?   

Sans même qu’on lui demande, Montembeault, avant la fin de l’entretien, dévoile la façon dont il utiliserait Hoffman s’il était derrière le banc des Canadiens. 

«Personnellement, je le vois faire des ravages avec Nick Suzuki et Cole Caufield. Et en avantage numérique, c’est une évidence : il doit jouer au haut des cercles du côté droit, là où il pourra décocher sur réception.»   

Mike Hoffman qui marque d’un lancer sur réception... dans l’uniforme des Canadiens de Montréal. Une scène plutôt agréable à imaginer, on en conviendra tous. Le décompte d'ici le 13 octobre est amorcé.