Crédit : CAPTURE D'ÉCRAN / TVA SPORTS / AGENCE QMI

Canadiens de Montréal

«Je vois Bergevin sortir un grand coup»

Publié | Mis à jour

L’état de santé de Shea Weber, la situation de Jonathan Drouin et la saga Phillip Danault pourraient fort bien ouvrir la porte à un été explosif chez les Canadiens. 

Dans une récente chronique publiée sur le site internet de Sportsnet, l’informateur Elliotte Friedman mentionne que Marc Bergevin a toujours été un directeur général agressif et qu’il le serait assurément davantage qu’à l’habitude s’il avait les liquidités pour y aller «à fond la caisse».  

C’est que Shea Weber pourrait, en étant placé sur la liste des blessés à long terme, faire économiser 7,8M$ au CH la saison prochaine. Jonathan Drouin, dont on a toujours aucune indication quant à un retour, touche de son côté un salaire de 5,5M$. Son absence prolongée, qui est loin d’être souhaitée, pourrait quand même fournir une plus grande latitude à Bergevin. Finalement, Phillip Danault, qui semble vouloir un salaire au-dessus de 5M$ par saison, n’est toujours pas certain de revenir. 

Calculez ça comme vous le souhaitez, mais on parle de potentielles économies assez substantielles. 

«Marc Bergevin est un homme sauvage, a notamment déclaré Friedman. Quand il a de l'argent à dépenser, il le dépense. L’affaire Weber change le portrait entier de cette équipe...»

Mais quelles pourraient être les prises de Bergevin s’il finit par disposer d’autant d’argent? L’informateur s’est mouillé. 

«Je vois Bergevin, parce que c'est sa façon de penser, sortir un grand coup. Je prononce le nom de Landeskog. Est-ce que cela vous surprendrait de voir le DG du CH tenter sa chance avec lui? Jack Eichel. Seriez-vous surpris?»

Le simple fait de voir ces deux attaquants associés aux Canadiens a de quoi en faire rêver plusieurs. 

Actuel capitaine de l’Avalanche du Colorado, Gabriel Landeskog, un ailier gauche de 28 ans, a récolté 52 points en 54 matchs lors de la dernière saison. Celui qui mesure 6 pieds 1 pouce et pèse 215 livres compte 512 points en 687 parties depuis le début de sa carrière professionnelle. 

À la recherche d’un contrat en vue de la prochaine campagne, il serait toujours bien loin d’une entente avec les dirigeants de l’Avalanche et pourrait très bien décider de tester le marché si les choses ne progressent pas. 

À Buffalo, Eichel entretient une relation amour-haine avec les Sabres, qui ont été au centre de quelques-unes de ses critiques, autant par leurs mauvaises performances sur la glace que par leur gestion de sa blessure au cou subie durant la dernière saison régulière. Il a insisté sur l’importance de traiter celle-ci par le biais d’une intervention chirurgicale, mais l’équipe ne partage pas son avis.

L’attaquant a récolté 18 points, dont deux buts, en 21 matchs au cours de la dernière saison. 

Choisi au deuxième rang du repêchage de 2015, tout juste derrière Connor McDavid, Eichel a amassé 355 points, dont 139 buts, en 375 rencontres depuis le début de sa carrière. Il semble avoir besoin d’un nouveau départ.