Canadiens de Montréal

Le CH près d’un désastre jamais vu au 21e siècle

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Le Canadien de Montréal a pris vendredi soir un retard de 3 à 0 dans la série finale de la Coupe Stanley qui l’oppose aux champions en titre, le Lightning de Tampa Bay. 

Lundi, l’équipe pourrait devenir la première formation à se faire balayer lors de la ronde ultime depuis le nouveau millénaire.   

C’est un exploit infâme que les représentants de la Sainte-Flanelle ont fait subir à leurs ennemis plus souvent qu’à leur tour. Six fois, le Tricolore a fait mordre la poussière à ses adversaires sans leur donner de chances. 

Une seule fois dans l’entièreté de sa riche histoire, l’équipe s’est fait jouer le tour, en 1952, par les Red Wings de Detroit menés par un certain Gordie Howe.

Voici un aperçu des cinq formations à avoir donné un coup de balai sur les espoirs des partisans des équipes adverses dans les années 1990.

Penguins de Pittsburgh - 1992  

La bande de Mario Lemieux a brisé les rêves des Blackhawks de Chicago en quatre petites rencontres. Le Montréalais a remporté sa deuxième et dernière coupe Stanley en tant que joueur aux côtés d’un jeune Jaromir Jagr. 

La sensation tchèque touchait alors au trophée le plus convoité de son sport pour la deuxième fois en autant de saisons dans sa carrière. 

Le Verdunois Scotty Bowman dirigeait cette équipe d’étoiles et touchait à cet honneur pour la sixième fois. Pas la dernière dans ce palmarès.

Devils du New Jersey – 1995  

La troupe de Jacques Lemaire a fait morde la poussière à celle de Bowman, cette fois derrière le banc des Red Wings de Detroit. Un jeune Martin Brodeur affichait un taux d’efficacité de ,927 et une moyenne de buts alloués de 1,67. Les exploits du cerbère, jumelés aux efforts du vétéran Stéphane Richer, qui a accumulé 21 points en 19 parties, ont permis à la formation de terminer son parcours éliminatoire avec une fiche de 16-4.

Avalanche du Colorado – 1996  

Plusieurs vieilles âmes se souviendront à jamais de la fatidique date du 2 décembre 1995. C’est le moment où Mario Tremblay, qui était à la barre du Canadien, et le Québécois Patrick Roy en ont eu assez l’un de l’autre. 

Ce dernier a été échangé de la métropole quatre jours plus tard pour aller aider, le printemps suivant, l’Avalanche du Colorado à remporter une coupe Stanley en quatre duels face aux très jeunes Panthers de la Floride. 

Ce championnat fut gagné un an après que la formation eut quitté Québec pour s’installer dans les Rocheuses.

Red Wings de Detroit – 1997, 1998  

Décidément, Bowman a pris beaucoup de notes. Il s’est assuré d’écraser tour à tour les Flyers de Philadelphie et les Capitals de Washington en quatre affrontements dans les deux années qui ont suivi son balayage. 

Difficile de trouver une défensive adéquate face à des joueurs de la trempe de Steve Yzerman, Sergei Fedorov, Brendan Shanahan et Nicklas Lidstrom.

La Belle Province a assurément eu une influence capitale sur les coups de balai octroyés dans les années 1990. Le format 4 de 7 en finale de la Coupe Stanley a été adopté à partir de 1939 et depuis, 20 balayages ont été subis.