Crédit : MARC-ANDRÉ BEAUDIN/AGENCE QMI

NFL

Un nouveau départ apprécié pour Antony Auclair

Heureux d’obtenir une opportunité avec les Texans

Publié | Mis à jour

Même si Antony Auclair passe d’une équipe championne à une autre en reconstruction, il n’a pas hésité quand est venu le moment d’apposer sa signature au bas d’un contrat d’un an avec les Texans de Houston. C’est avec l’impression de repartir à neuf que l’ailier rapproché entame le deuxième chapitre de sa carrière dans la NFL. 

En février dernier, l’ancien du Rouge et Or soulevait le trophée Vince-Lombardi avec les Buccaneers de Tampa Bay. Un peu plus de deux mois plus tard, il se retrouve au Texas, avec une formation qui a montré une fiche de quatre victoires et 12 revers.  

Les Texans ont vécu quelques épisodes de controverses, ont embauché un nouveau directeur général ainsi qu’un nouvel entraîneur-chef et plusieurs leur prédisent une autre campagne de misère en 2021. 

«J’ai toujours aimé être dans la position du négligé et le fait de repartir à neuf avec une équipe qui repart aussi à neuf, c’est un beau défi. C’est un peu comme ça que ça s’est passé avec les Bucs à mes débuts. On a connu trois années difficiles et on a pu bâtir quelque chose. Ça a été un beau défi individuellement et collectivement. C’est ce que j’ai en tête aussi avec les Texans», a signalé Auclair, lorsqu’il a livré ses premiers commentaires sur sa nouvelle destination, lors d’un appel conférence avec les médias québécois. 

Que de changements!  

Dans les dernières semaines, Auclair a fait partie d’un raz-de-marée de nouvelles embauches à Houston. L’équipe a en effet mis sous contrat pas moins de 30 joueurs autonomes, en plus d’obtenir quatre joueurs par voie de transaction.   

«La moitié de l’équipe est formée de nouveaux joueurs. Il n’y a pas encore d’identité et nous serons nombreux à avoir des choses en commun», a constaté le Beauceron de 27 ans. 

Auclair fera partie d’un contingent d’ailiers rapprochés moins renommés que ceux qu’il a côtoyés à Tampa. Sur le plan individuel, il s’agit donc pour lui d’une belle opportunité de se mettre en valeur et de gagner la confiance de ses nouveaux patrons. 

«Pour être honnête, je n’ai pas vraiment regardé l’alignement pour l’instant. Je suis concentré sur ce que j’ai à faire dans ma préparation. Des fois, on fait l’erreur de se concentrer sur les autres et c’est là que tu peux perdre ton poste.  

«Il arrivera ce qui arrivera, mais souvent quand on signe pour un an, c’est dans le but d’augmenter notre valeur pour ensuite signer à long terme. Je suis un gars de processus et pour moi, ce n’est pas bon de voir trop loin», a-t-il mentionné sagement. 

De l’intérêt

L’an dernier, Auclair avait prolongé son association avec les Buccaneers pour un an, lui qui devenait joueur autonome avec compensation.  

Cette fois-ci, il s’est retrouvé libre comme l’air pour la première fois. Les termes de son contrat n’ont pas été dévoilés, mais dans un contexte où la pandémie a fait chuter le plafond salarial, les joueurs sont peu nombreux à avoir le gros bout du bâton. 

«C’est une année assez spéciale pour tomber sur le marché des agents libres. Au niveau physique, ma saison a été difficile. Je n’ai pas été habillé en séries éliminatoires. J’avais hâte de voir s’il y allait avoir de l’intérêt et il y en a eu. Les équipes me connaissent et c’était le fun de pouvoir confirmer ça», a lancé Auclair, en saluant au passage les mérites de son agent Sasha Ghavami. 

Auclair ne sait pas encore à quel moment il se rendra à Houston. Les entraînements volontaires des équipes doivent débuter lundi, mais plusieurs joueurs ont annoncé leur intention de boycotter étant donné le contexte sanitaire. 

Des sentiments partagés   

S’il est heureux d’obtenir un nouveau départ avec les Texans, c’est avec un pincement au cœur qu’Antony Auclair quitte l’équipe qui lui a ouvert les portes du football professionnel. 

Au printemps 2017, l’ailier rapproché s’entendait avec les Buccaneers à titre d’agent libre au terme du repêchage. C’est à Tampa qu’il s’est établi comme joueur régulier dans la NFL en prenant part à 40 rencontres et en devenant l’un des bloqueurs les plus respectés à sa position. 

«C’est spécial, j’ai vécu là pendant quatre ans. Je me suis fait des amis, je connais la ville. On a bâti quelque chose pendant ces années-là, jusqu’à une victoire au Super Bowl. C’est une belle finalité.  

«C’est difficile dans un sens, mais d’un autre côté, c’est le fun d’obtenir une opportunité ailleurs et de vivre un nouveau départ. C’est ça la vie, c’est la business et il faut aller de l’avant», a débité le natif de Notre-Dame-des-Pins. 

Inspiré de «Gronk»

Malgré la conquête du Super Bowl, le séjour à Tampa s’est terminé sur une note douce-amère puisqu’Auclair a été laissé de côté lors des dernières séries.  

Il est toutefois d’avis que cet épisode a ravivé en lui la flamme de ses débuts et le désir de prouver hors de tout doute qu’il a bien sa place sur le terrain. 

«C’était excitant de voir qu’il y avait de l’intérêt ailleurs et les Texans ont discuté avec nous depuis le début. Partout où tu vas, il faut compétitionner au camp d’entraînement et c’est ça l’objectif.» 

En côtoyant l’un des grands à sa position en Rob Gronkowski durant la dernière campagne, Auclair est aussi d’avis qu’il peut incorporer à sa préparation certaines méthodes de travail de son célèbre ex-coéquipier.   

«C’est probablement l’ailier rapproché le plus complet de l’histoire. De voir comment il fait attention à son corps et comment il se nourrit, ça m’a amené une nouvelle façon de voir comment me préparer dans la saison morte. Au niveau du jeu, devenir le plus complet possible c’est une motivation et c’est vers là que je m’en vais.»