Photo : L'ancien du Canadien Pierre-Alexandre Parenteau Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

P-A Parenteau s'ouvre sur ses neuf mois de sobriété

Publié | Mis à jour

La dernière année n'a pas été facile pour Pierre-Alexandre Parenteau. L'ancien du Canadien de Montréal a non seulement été arrêté pour conduite avec faculté affaiblie, mais a vu sa vie personnelle basculer drastiquement.

Heureusement, il a décidé de se prendre en main.   

«Ça fait neuf mois que je suis sobre, a-t-il confié lors de son passage au balado La Dose. Je suis fier de ce que j'ai accompli jusqu'à maintenant».

Si certaines habitudes se sont développées en cours de carrière, elles sont devenues un réel problème lorsque l'heure de la retraite a sonné.

«Tu passes d'un horaire chargé, à plus rien du jour au lendemain. On se fait avertir sur les dangers de la retraite, mais on se dit "ça ne m'arrivera pas à moi".»

Il s'agissait là d'une erreur.

«Plus rien qui te retient »   

L'ancien numéro 15 a vu sa consommation d'alcool, mais aussi de drogues augmenter considérablement.

«Il n'y a plus rien qui te retient », a-t-il avoué.

Arrêté à Riverview au Nouveau-Brunswick le 3 mars 2020 avec un taux d'alcoolémie supérieur à la limite permise, il a alors senti le besoin de remettre sa vie sur les rails.

«Tu ne peux pas forcer personne à faire ces changements-là. Il faut que tu les fasses quand tu es prêt et quand tu en as assez toi-même.»

«C'est là que j'étais rendu. À 37 ans, j'avais le goût d'autre chose dans ma vie. J'avais le goût de m'ouvrir à de nouvelles opportunités.»

L’auteur de 296 points en 491 matchs dans la Ligue nationale de hockey (LNH) a d’ailleurs décidé de s’associer à Concussion Heroes, un organisme qui vise à fournir de l’aide aux victimes de commotions cérébrales.

«Je ne mets pas tous mes problèmes de consommation sur le dos des commotions cérébrales, mais je sais que ça ne m’a pas aidé.»

«Si je peux aider n’importe quel autre jeune qui s’en vient ou peut-être même des joueurs actuels la LNH, il me fera plaisir de le faire.»

Montrer l'exemple   

Père d’un jeune garçon, Parenteau veut désormais donner le bon exemple et ainsi éviter que son fils répète les mêmes erreurs que lui.

«Je veux lui montrer qu’on peut être heureux et avoir de la joie, tout en étant sobre.»

Celui qui a porté les couleurs de huit équipes différentes dans la LNH est sur le point d’emménager dans une nouvelle maison à Dieppe au Nouveau-Brunswick. Et il a déjà la tête pleine de nouveaux projets.

«Même si je me suis fait accroire pendant des années que je ne voulais plus rien savoir du hockey, ça fait partie de moi. C’est ce que j’aime, c’est ce que je connais et c’est ce qui me passionne. 

«C’est certain qu’éventuellement, j’aimerais y revenir.»