Canadiens de Montréal

Le «nouveau départ» de Michael Frolik

Publié | Mis à jour

En acceptant un contrat d’un an avec le Canadien de Montréal, l’attaquant Michael Frolik souhaite donner un second souffle à sa carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

C’est ce que le Tchèque de 32 ans a affirmé aux médias montréalais lors d’une visioconférence tenue lundi après-midi.

«Je vois cela comme un nouveau départ. Je connais un peu la ville. Montréal est une ville incroyable et a toute une histoire concernant le hockey. C’est un plaisir de faire partie de cette équipe», a dit Frolik en précisant qu’il avait trouvé la dernière année difficile.

En 2019-2020, l’ailier droit a totalisé 57 parties, amassant six buts et huit aides pour 14 points. Il a également été échangé des Flames de Calgary aux Sabres de Buffalo.

N’ayant pas fait partie du retour au jeu de la LNH cet été, Frolik n’a pas disputé de match depuis le mois de mars. C’est une situation pas trop évidente quand vous essayez de vous faire une place dans une nouvelle équipe.

«Ce ne sera sûrement pas facile, a exprimé celui qui a joué deux saisons pour l’Océanic de Rimouski lors de son séjour junior. Ça fait longtemps que je n’ai pas joué au hockey. J’ai toutefois de l’expérience et j’espère faire ma place de la bonne façon. Les premiers jours seront difficiles, mais je me suis entraîné très fort dans les derniers mois. Je suis en très bonne forme.»

Pas de promesse

Avec la récente signature de Corey Perry, le CH se retrouve avec 14 attaquants qui possèdent des contrats de la LNH. Il y aura donc de la compétition au camp d’entraînement de la Sainte-Flanelle.

«La compétition sera forte, mais c’est une bonne chose d’avoir de la compétition», a indiqué Frolik, en saluant ensuite le travail du directeur général du Canadien, Marc Bergevin.

«C’est une situation complexe pour tout le monde, a-t-il ajouté. Nous voyons beaucoup de contrats d’une seule année présentement. Comme je l’ai déjà dit, je recherche un nouveau départ. Je peux uniquement me concentrer sur ce que je contrôle. Je ne dois pas m’inquiéter de la formation. Je veux juste travailler fort et me battre pour un poste.»

Il a aussi révélé que personne ne lui avait fait de promesse chez le Tricolore et qu’il était possible qu’il se retrouve sur l’équipe de réserve, une nouveauté cette année dans le circuit Bettman.

Ce groupe de joueurs, dont le salaire ne comptera pas dans la masse salariale de l’équipe, s’entraînera et suivra le club dans ses voyages. Il s’agit d’une police d’assurance mise en place en ces temps de pandémie.

«Nous n’en avons pas vraiment parlé, a fait savoir Frolik en parlant de l’équipe de réserve. L’entente s’est faite assez rapidement, soit en quelques heures. J’avais l’opportunité de jouer ici et je l’ai prise. Nous n’avons pas vraiment parlé de cette possibilité avec l’entraîneur ou le DG.»

Voyez la conférence de presse de Frolik dans la vidéo ci-dessus.