MLS - Toronto FC c. Impact

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Impact de Montréal

L’attitude du Toronto FC dérange l'Impact

Publié | Mis à jour

Les deux derniers matchs de l’Impact contre le Toronto FC ont offert leur part de moments bizarres et c’est typique de cette rivalité. Cela dit, il ne faut pas croire que le TFC se moque de son rival.

Pour rappel, vendredi dernier, les joueurs de l’Impact ont clairement manifesté leur intention de ne pas jouer pour appuyer le boycottage massif des rencontres sportives, mais les Torontois ont voulu jouer.

Puis, mardi soir, les Reds ont tenté un jeu truqué pour le moins maladroit sur un tir de pénalité.

Manque de respect

«Il y a des choses qui m’ont dérangé. Ça aurait été une autre équipe et ça m’aurait dérangé autant», a indiqué Rudy Camacho lors d’une visioconférence jeudi.

Après le match, Clément Diop a parlé de manque de respect, surtout envers le jeu, lorsque questionné sur la manœuvre avortée des Torontois.

«Clément est gardien de but, il l’a peut-être pris un peu moins bien. Ils ont décidé de le jouer de leur façon.»

«Ils auraient marqué et ça aurait été bien joué de leur part. Je ne sais pas si c’est un manque de respect. Ils l’ont loupé, tant pis pour eux et tant mieux pour nous.»

Toronto se situe au second rang de l’Association Est et n’avait pas encore encaissé de revers avant la défaite de mardi. Mais Camacho estime que l’Impact peut jouer d’égal à égal avec eux.

«Je ne pense pas qu’ils nous prennent à la légère. On a envoyé le message comme quoi on était encore dans la course et on n’allait pas les laisser gagner comme ça.»

«Il nous reste un match à domicile et on enverra un message si on arrive à gagner ce match.»

Foi de Rudy Camacho, on commence à voir la vraie nature de l’Impact même si les performances sont encore un peu en dents de scie.

Selon l’arrière français, l’équipe commence à prendre sa vitesse.

Crescendo

«Contre Vancouver, la première mi-temps a été bonne et on a ensuite baissé d’intensité. Le match aller contre Toronto n’a pas été bon. On a essayé de mettre de l’intensité, mais ce n’était pas assez abouti.»

«Pour le troisième match, c’était une bonne prestation, c’est un crescendo. L’équipe ne bouge pas trop, mais tout le monde est prêt.»

Selon lui, il est possible d’expliquer en partie cette douce montée en puissance par un XI partant qui commence à être fixe.

«C’est bien pour les joueurs d’avoir une stabilité et j’espère qu’on va confirmer mercredi, ça donnera de la confiance pour la suite du championnat.»

Après avoir joué trois rencontres en huit jours, l’Impact profite d’une pause d’une semaine avant son prochain match, qui aura lieu mercredi prochain contre le Toronto FC, au Stade Saputo.

Une pause appréciée

Généralement, les joueurs de soccer aiment jouer rapidement après une victoire pour surfer sur la vague, mais Camacho estime que ce répit est le bienvenu.

«Ça fait toujours du bien de pouvoir se reposer parce que jouer tous les trois jours, c’est quand même fatigant pour le corps.»

«Cette semaine de pause ne me dérange pas trop, ça nous permet aussi de travailler sur le prochain match.»

Pendant ce temps, le Toronto FC va se taper un aller-retour dans l’ouest du pays puisqu’il affrontera les Whitecaps de Vancouver samedi.

Les Reds ont également appris qu’ils seront privés de leur capitaine, Michael Bradley, pendant quelques semaines. Celui-ci s’est étiré un ligament du genou en fin de partie, mardi soir.