Patric Laprade

Vente de la WWE: tout pointe vers l'Arabie saoudite

Vente de la WWE: tout pointe vers l'Arabie saoudite

Patric Laprade

Publié 16 janvier
Mis à jour 16 janvier

Bien que les rumeurs se sont intensifiées mardi soir, la WWE n’a pas encore été vendue à l’Arabie saoudite.

En effet, mercredi matin, quelques journalistes tels que Brandon Thurston et Ariel Helwani, confirmaient que la WWE n’avait toujours pas été vendue et que les rumeurs étaient fausses.

« Fausses » est un bien grand mot ici.

Je préfère dire que la WWE n’a pas été vendue à l’Arabie saoudite...pour l’instant! Comme l’a fait remarquer le réputé journaliste Dave Meltzer, « il y a de la fumée, mais beaucoup trop tôt pour être finalisée. »

Parce que tout pointe dans cette direction et même si la vente ne s’est pas encore concrétisée, d’autres informations pertinentes ont été publiées depuis mercredi dernier.

Ce qu’on a entre autres appris, c’est qu’en plus de chercher un acheteur qui pourrait le remettre à la tête de la compagnie, Vince McMahon cherche à privatiser la compagnie. Ce qui n’est pas surprenant. Si la compagnie avait été privée au lieu d’être cotée à la bourse, McMahon n’aurait pas eu à rendre des comptes sur ses états financiers et par conséquent, il y a de très bonnes chances que les histoires d’agressions sexuelles n’auraient pas été rendues publiques.

Selon Meltzer, à l’heure actuelle, seulement deux groupes pourraient répondre à cette condition: l’Arabie saoudite et un groupe mené par Tony Khan et son père.

AEW qui achète la WWE: est-ce possible?

Eh oui! All Elite Wrestling (AEW) serait intéressée à acheter la WWE.

Bon. J’entends déjà les plus sceptiques me dire qu’il n’y a aucune chance que cela se produise et rassurez-vous, je suis d’accord avec vous.

Mais est-ce que possible et crédible que l’organisation de Jacksonville soit intéressée?

Absolument. Et je ne mettrai jamais assez l’emphase sur le mot « intéressée ».

Premièrement, pour ceux et celles qui remettent en doute toute nouvelle en provenance d’un site spécialisé de lutte, l’intérêt de Tony Khan et de son père, Shadid « Shan » Khan, a été confirmé par Barron’s, la publication sœur du Wall Street Journal.

Et lorsqu’on y pense, l’inverse serait surprenant. Tu es le deuxième joueur d’importance en Amérique du Nord et tu apprends que ton plus fort compétiteur est à vendre, c’est assurément une avenue que tu dois explorer. Sinon, tu ne fais pas ton travail.

Est-ce que les Khan ont les moyens?

Oui...et non! Je m’explique.

En plus d’All Elite Wrestling, les Khan sont aussi propriétaires des Jaguars de Jacksonville de la NFL et du Fulham F.C de la Premier League de soccer en Angleterre. Pour sa part, selon le magazine Forbes, la fortune de Shad Khan est évaluée à 11.6 milliards.

Khan est donc riche, très riche, mais pour acheter une compagnie comme la WWE, ce n’est peut-être pas suffisant.

Barron’s évalue que la WWE pourrait se vendre à 102$ l’action, ou bien 7.6 milliards de dollars américains. D’autres évaluent une telle vente à 8.5 milliards, confirmant ce que je prévois depuis le début, soit un prix oscillant entre 7 et 10 milliards. Au moment d’écrire ces lignes, l’action se négocie à 89.40$, soit une évaluation boursière de 6.6 milliards.

Toujours selon Barron’s, les Khan seraient donc à la recherche d’un partenaire financier. En d’autres mots, le but serait de créer un consortium d’investisseurs avec à sa tête Tony et Shad Khan.

Et puisque AEW est déjà une compagnie privée, les propriétaires seraient ouverts à privatiser la WWE si un tel achat se matérialisait.

Toutefois, bien que l’intérêt des Khan ne doive pas être remis en doute, la vraie question dans ce dossier est la suivante: est-ce que Vince McMahon serait prêt à vendre aux Khan?

C’est là que le tout se gâte selon moi.

Pour McMahon, ce serait comme une claque au visage d’être tenu de vendre à son compétiteur. Depuis 1982, Vince a remporté toutes ses batailles: AWA, les promotions Jim Crockett, World Class, WCW et Impact (TNA). Quand on connaît la fierté qu’il a eue d’acheter la WCW en 2001, je ne vois pas comment il pourrait voir la vente de sa compagnie aux propriétaires d’AEW autrement que comme une défaite. Et Vince n’a pas remporté toutes ces batailles depuis 40 ans pour abdiquer à la toute fin.

Il ne faut jamais dire jamais, mais comme le titre du thème du personnage de Mr. McMahon l’indique, il y a « no chance in hell » que cela arrive!

JPMorgan, droit de premier refus, l’Arabie saoudite est bien placée

Barron’s mentionne également que le fonds public d’investissement saoudien serait le plus susceptible d’acheter la WWE, étant donné l’historique entre Vince McMahon et l’Arabie saoudite.

La publication indique aussi que Comcast, propriétaire de NBC, et Endeavor, propriétaire de l’UFC, seraient, avec l’Arabie saoudite, les trois principales possibilités. Toutefois, on mentionne que la capitalisation boursière d’Endeavor est d’environ 10 milliards alors que celle de Comcast est de 164 milliards, rendant un achat de cette nature plus facile pour le groupe de médias américains. Tout comme les Khan, Endeavor serait obligée de se trouver des partenaires.

Si on fait le recensement de tous les autres acheteurs potentiels, on y retrouve également Disney, Fox, Amazon, Netflix, CAA, Liberty Media, Warner Bros. et un petit dernier, qui se serait ajouté la semaine dernière, le géant Apple.

Mais revenons à l’Arabie saoudite.

Quand je dis que tout pointe vers les intérêts saoudiens, c’est que vraiment tout pointe vers eux.

Par exemple, on sait que l’institution financière engagée afin de faciliter la transaction entre la WWE et l’acheteur est JPMorgan, une banque new-yorkaise vieille de plus d’un siècle et demi, qui a très bonne réputation dans le milieu des affaires. Mais lorsqu’on se met à gratter un peu, on y apprend que l’institution serait dans les bonnes grâces des investisseurs saoudiens.

En effet, sur son propre site Internet, JPMorgan mentionne qu’elle est « la seule institution financière basée aux États-Unis avec deux licences d’exploitation en Arabie saoudite... »

Un hasard? J’ai de la difficulté à y croire.

Mais ce n’est pas tout.

Le 2 novembre 2018, la WWE présentait son tout premier Crown Jewel au stade de l’université King Saud à Riyad, le deuxième événement de son entente de 10 ans, évaluée à environ 500 millions, avec l’Arabie saoudite.

Cette même journée, le balado spécialisé en lutte, The Dirty Sheets, rapportait des détails intéressants sur cette entente.

« Une chose intéressante qui devrait être notée est que les responsables saoudiens ont demandé d’ajouter une clause dans l’accord qui est la suivante: si Vince McMahon choisit de vendre la WWE au cours de ce contrat de 10 ans, alors Mohammed bin Salman (Prince d’Arabie saoudite) se verra offrir le premier droit de refus, car il est prêt à payer environ 7 milliards de dollars pour acheter la WWE, pouvait-on y entendre. Cela signifie que si Vince McMahon prévoit vendre la WWE avant 2028, alors Mohammed bin Salman est le favori pour être le prochain propriétaire de la WWE. »

Je précise que cette information a été partagée il y a plus de quatre ans et non pas dans la dernière semaine. D’ailleurs, à l’époque, elle n’avait presque pas été reprise par les sites spécialisés, soit en raison de sa provenance, soit parce que personne n’arrivait à la confirmer. Les détails sur les affaires entourant la WWE et l’Arabie saoudite sont généralement très complexes à obtenir.

De plus, en novembre 2018, la WWE avait une évaluation boursière de 5.9 milliards de dollars. Si l’Arabie était prête à payer 7 milliards, soit 18.6% de plus que sa valeur, cela voudrait dire qu’en gardant les mêmes proportions, elle serait prête à acheter la WWE pour 7.8 milliards aujourd’hui. Nous demeurons dans le même éventail de prix.

On ne connaît pas la source de cette information, mais si elle est belle et bien vraie, cela viendrait ajouter à la théorie que l’Arabie saoudite est bien placée pour acheter la WWE.

Mille milliards de mille sabords!

Parce que si on résume, les intérêts saoudiens seraient prêts à privatiser la compagnie et à garder Vince McMahon à la tête de celle-ci, la WWE a embauché une institution financière qui peut faciliter une transaction avec l’Arabie saoudite et cette dernière aurait un premier droit de refus sur la vente.

Je veux bien croire que la rumeur de vente à l’Arabie saoudite de mardi soir dernier est peut-être sortie trop rapidement, mais en même temps, la fumée commence à s’intensifier pas mal à mon goût. Le feu est presque pris!

Est-ce qu’on a volontairement fait couler l’information du côté de la WWE pour voir qui était vraiment intéressé à acheter la compagnie et ainsi, faire monter les enchères?

Possible.

Mais pour citer Joan Faulkner lorsqu’elle voulait acheter le National de Québec dans la troisième saison de Lance et Compte: « Si le groupe Guilbault arrive avec les 21 millions, je mets un autre million. Et s’ils arrivent avec 22 millions, je mettrai 23 millions! »

Dans le cas qui nous importe, replacez Faulkner par l’Arabie saoudite, le groupe Guilbault par tous les autres acheteurs potentiels et les millions par des milliards!

Selon Dave Meltzer, le but serait de vendre la compagnie d’ici le milieu de l’année 2023, à temps pour que les nouveaux propriétaires puissent débuter le processus de négociations pour les droits télévisuels.

Si l’Arabie saoudite achetait la WWE, il serait intéressant de voir si certaines chaînes américaines voudront ou pas être associées aux Saoudiens. D’ailleurs, c’est selon moi l’une des deux seules raisons qui pourraient faire avorter cette transaction, l’autre étant le retrait de commanditaires majeurs.

Mais l’argent achète bien des choses et avec un produit intérieur brut de plus d’un billion de dollars (mille milliards), les Saoudiens en ont plus que pas assez.

Les raisons possibles du départ de Stephanie McMahon

Mis à part la potentielle vente de la compagnie, s’il y a une nouvelle qui a retenu l’attention c’est bien celle de la démission de Stephanie McMahon de son rôle de co-PDG de la WWE.

Si les raisons n’ont pas été dévoilées par la principale intéressée, plusieurs rumeurs ont couru. Entre autres, on supposait qu’elle avait quitté en raison de la potentielle vente à l’Arabie saoudite, pays étant reconnu pour son refus de vouloir faire affaire avec des femmes.

Sur notre balado « Les Anti-Pods de la Lutte », Kevin Raphaël mentionnait connaître une femme qui justement s’occupait d’une transaction avec l’Arabie saoudite Et quand le moment est venu pour elle et les Saoudiens de se parler, ces derniers ont plutôt demandé de faire affaire avec son patron, un homme, alors qu’en temps normal, c’est elle qui aurait été au bout de cette transaction.

Cependant, le départ de Stephanie s’explique peut-être par une autre raison.

En effet, le site de nouvelles Axios, créé en 2016 par d’anciens journalistes du réputé site Politico, mentionne que selon ses sources, Stephanie McMahon, ainsi que son conjoint Paul « Triple H » Levesque, se seraient opposés au projet de vente de la compagnie, initié Vince McMahon.

Alors non seulement le couple était contre le retour de Vince au sein du conseil d’administration, mais il serait également contre la vente de la WWE.

Cette nouvelle pourrait fort probablement venir expliquer le départ soudain de Stephanie, elle qui avait pourtant affirmé quatre jours plus tôt que personne de la haute direction de la compagnie n’allait quitter la WWE.

Aussi, et bien que ce ne soit qu’une spéculation, cela vient peut-être expliquer la rumeur qui a fait le tour du monde mardi soir à l’effet que l’Arabie saoudite avait déjà acheté la WWE.

L’annonce du départ de celle qui détient 5% des actions de droits de vote de la WWE est survenue quelques heures seulement avant la sortie de cette rumeur. Peut-être que pour certains, cette démission venait confirmer ce qu’ils avaient entendu à propos de l’intérêt des Saoudiens.

Vince McMahon, de retour plus tôt que prévu

En terminant, si vous doutez que Vince McMahon ait comme agenda caché de reprendre le contrôle de la compagnie, et par contrôle, je veux dire tous les postes qu’il occupait à son départ, sachez ceci.

Paul Levesque a rencontré les lutteurs et lutteuses vendredi dernier avant SmackDown pour leur dire que McMahon n’était de retour que pour s’occuper de la vente et que son retour ne changeait rien à l’aspect créatif de la compagnie. Il a toutefois admis discuter de scénarios avec son beau-père, ajoutant qu’il demande conseil à bien des gens et qu’il garde tout de même le dernier mot sur les décisions.

Cela étant dit, comme tout se bouscule rapidement à la WWE et un peu à l’instar du discours de Stephanie disant que rien n’était pour changer, il faut voir à travers le plan de Vince.

Il a donc été confirmé que McMahon était de retour aux bureaux de la WWE à Stamford et qu’il soumettait déjà des changements. Je peux également vous confirmer, sans rentrer dans les détails, que certains de ces changements affecteront les émissions de télévision comme Raw, SmackDown et NXT.

Nick Khan est à la tête de la compagnie. Levesque, à la tête du créatif. Mais tout cela est en ce moment, à l’heure où on se parle.

Est-ce une question de temps avant que Vince se présente en arrière-scène à un enregistrement télé? Ou qu'il reprenne ses écouteurs au « Gorilla position »? Ou qu'il se montre la face devant les caméras?

Poser la question, c’est y répondre...