WWE

La division féminine de la WWE: la première action de Triple H

La division féminine de la WWE: la première action de Triple H

Patric Laprade

Publié 02 août
Mis à jour 02 août

L’ère de Paul « Triple H » Levesque est officiellement commencée.

Et c’est par la division féminine que Levesque a voulu envoyer son premier message.

Il a remis Becky Lynch du côté des favorites. Il a ramené Bayley, réengagé Dakota Kai et promu Io Shirai (Iyo Sky). De plus, il a ouvert son vrai, premier, Raw avec sa vedette la plus populaire, Lynch, et sa championne, Bianca Belair, en plus de donner beaucoup de place à cette division tout au long de l’émission. Et pour finir, il serait sur le point de ramener Sasha Banks et Naomi, absentes depuis le mois de mai.

Mettre l’emphase sur la division féminine, après les allégations concernant Vince McMahon, ne compensera pas le mal fait aux victimes. Toutefois, il envoie le message que les femmes ont une importance dans sa compagnie. Et ce n’est pas comme si Levesque ne le faisait que pour les mauvaises raisons. Avec Stephanie McMahon, il est l’un de ceux qui a permis aux femmes d’avoir une place plus prenante au sein de l’organisation, tout d’abord avec NXT, puis ensuite à la WWE.

Samedi soir, un de mes amis me faisait réaliser que Levesque a vraiment tout le contrôle voulu à la WWE. Il est non seulement à la tête de l’équipe créative, mais dans ses capacités de directeur du personnel, il est aussi celui qui choisira le talent qu’il veut signer ou le talent qu’il veut monter de NXT.

Une division féminine revigorée

Et c’est exactement un mélange des deux que nous avons vu à SummerSlam et à Raw.

Le retour de Bayley en était un dû depuis longtemps. Elle était remise de sa blessure depuis plusieurs semaines, mais on n’avait rien pour elle. La réembauche de la Néo-Zélandaise Dakota Kai démontre à quel point Levesque est prêt à réparer les erreurs commises lorsqu’il a perdu son pouvoir à la WWE. Kai avait été congédiée en avril dernier. Puis, malgré un changement de nom, l’arrivée de Sky, qui avait fait le tour de NXT et qui serait sans aucun doute retournée dans son Japon natal si on ne l’avait pas promu, démontre aussi à quel point on tient à améliorer la division féminine de Raw et SmackDown.

On a aussi donné un meilleur rôle à Alexa Bliss et Asuka, deux lutteuses qui n’allaient nulle part depuis leur retour respectif. Avec Bianca Belair, elles seront la réponse au trio de Bayley, Kai et Sky. D’ailleurs, entre les promos, les entrevues, deux matchs et deux altercations, on a donné beaucoup de temps à la division féminine de Raw lundi soir.

J’ai particulièrement aimé la double disqualification dans le match de Belair et Sky, à la place, par exemple, d’une victoire par disqualification de Belair parce que les heels seraient intervenues. Il s’agissait d’un bon combat et la double disqualification vient davantage aider le futur de cette rivalité. À défaut de faire gagner le titre à Sky, c’était la meilleure fin possible.

Le seul bémol à tout cela est la blessure de Becky. Dans son match avec Belair, elle s’est disloqué l’épaule droite et devra manquer quelques mois. De là l’importance d’avoir plus de profondeur dans cette division. On ne sait jamais quand une blessure peut arriver.

De leur côté, Banks et Noami avaient quitté, car elles trouvaient qu’elles étaient mal utilisées, un problème qui devrait se résoudre avec Levesque. Il ne reste plus que le retour de Charlotte Flair pour compléter le tout et j’imagine que ce sera plus tôt que tard. Avec tout ce qu’on vient de faire pour la division féminine de Raw, je ne serais pas surpris que ces trois femmes, ou certaines d’entre elles, reviennent ce vendredi à SmackDown.

Les prochaines vedettes masculines

Du côté masculin, on peut déjà voir qui seront les nouveaux talents à qui Levesque donnera des opportunités : ils ont pour noms Montez Ford, Dominik Mysterio, Logan Paul et Ciampa.

Avec son changement de physique, qui n’est pas sans rappeler celui que Barry Bonds dans les années 1990, Ford a toutes les qualités requises pour devenir une vedette. À Raw, on l’a vu, pour la première fois, vouloir se démarquer en simple, alors qu’il en a passé une petite vite à Angelo Dawkins afin d’accepter un combat face au Miz. Et même s’il a perdu ce match, il faut penser à long terme. On est à la veille de voir Ford se tourner contre son partenaire.

Dans le même genre d’idées, on se rapproche de plus en plus d’un changement d’attitude de la part de Dominik Mysterio. Il a subi la défaite à Raw, en plus de se faire accidentellement frapper par Edge. Je pense que le Judgement Day sera un clan dans lequel il pourrait trouver son compte et débuter sa carrière de méchant.

Pour sa part, la performance exceptionnelle de Logan Paul à SummerSlam a fait taire plusieurs de ses détracteurs. Et pour la première fois, il a vraiment été acclamé par la foule. Peut-être a-t-il un avenir en babyface après tout? Mais quoi qu’il en soit, il a démontré qu’il a le talent nécessaire pour œuvrer à la WWE.

Plus d’importance au titre des États-Unis

Levesque a fait d’une pierre deux coups avec les deux victoires de Ciampa à Raw.

Premièrement, il met cartes sur table : Ciampa aura sa chance. Il fait partie de ceux et celles que Levesque va vouloir protéger. N’oubliez pas que lorsque Ciampa a fait

son dernier combat à NXT la fin de semaine de WrestleMania, Levesque était sorti pour le féliciter.

Ciampa a gagné un match triple menace pour ensuite battre AJ Styles, non pas par compte à l’extérieur comme j’avais peur qu’il arrive vers la fin du combat, mais par tombé, en plein milieu de l’arène. Il obtiendra un match de championnat pour le titre des États-Unis, la semaine prochaine, face à Bobby Lashley. La présence du Miz à ses côtés compense pour certaines lacunes qu’il peut avoir, tout en lui assurant d’être un vrai détesté de la foule.

Par le fait même, on a mis beaucoup d’emphase sur le titre des États-Unis. On a tout d’abord montré une vidéo promotionnelle relatant certains des plus grands champions des États-Unis de l’histoire. Puis, on a eu deux matchs triple menace éliminatoires et un autre, entre le gagnant de ces deux combats, en plus d’avoir Booker T aux commentaires, lui qui a remporté ce titre à quatre reprises.

Levesque sait trop bien qu’avec un champion unifié qui est surtout présent à SmackDown et qui a un horaire réduit, il lui faut avoir un championnat en simple fort à Raw et c’est une excellente façon de le faire.

Un bon SummerSlam

J’ai bien aimé SummerSlam.

Ce n’était pas un événement parfait, mais j’ai trouvé qu’il s’écoutait bien. Ça a commencé fort avec Lynch face à Belair, ainsi que les retours de Bayley et compagnie. On voulait envoyer un message dès le début du spectacle.

Puis, on a enchaîné avec le match de la soirée entre Paul et le Miz. D’ailleurs, les deux premiers matchs ont été, pour moi, les deux meilleurs.

On ne s’est pas éternisé dans le match entre Lashley et Theory, les Mysterio contre Judgement Day a vu le retour prévisible, mais attendu d’Edge, tandis que Pat McAfee a eu une performance honnête face à Happy Corbin. Il y a une différence entre affronter un gars comme Adam Cole ou même Theory et affronter Corbin. Ça a paru dans ce match, le moins bon de l’ancien footballeur depuis son arrivée à la WWE.

On a continué à jeter les pierres d’un éventuel changement d’attitude pour Ford dans le match entre les Uso et les Street Profits, tandis qu’on en a profité pour établir Ronda Rousey en heel dans son match face à Liv Morgan. Une bonne décision, alors qu’elle maîtrise davantage ce rôle. J’avoue avoir été surpris qu’on garde la ceinture sur Morgan, mais avec tout ce qui se passe dans cette division, j’ai espoir que c’est la bonne décision.

La finale aura été pour sa part divertissante. Un match beaucoup plus long que je m’attendais, alors que la moyenne des matchs précédents entre Brock Lesnar et Roman Reigns était de 12 minutes. Samedi soir, on a eu droit à un match de 23

minutes. Un bon match, ponctué par Lesnar, qui, au volant d’une pelle mécanique, est venu soulever un coin de l’arène, une scène assez ahurissante. Le visuel était quelque chose à voir!

À la fin, Reigns a survécu et a battu Lesnar, ce qu’on se doutait, et il affrontera Drew McIntyre le 3 septembre prochain au Pays de Galles. Pour sa part, l’avenir de Lesnar demeure incertain. Il est sur l’affiche promotionnelle de l’événement spécial du 1er janvier, ce qui est bon signe, mais en même temps, beaucoup de choses peuvent se passer en cinq mois.

La fin d’une ère, à plusieurs niveaux

Ce que j’ai surtout retenu de SummerSlam, ce sont les messages subtils qu’on a envoyés à l’ancienne direction.

Outre la division féminine, on a vu le retour des termes « lutte » et « fans » au détriment de « divertissement sportif » et « l’univers de la WWE ». Vince McMahon faisait presque une obsession du langage utilisé par ses talents.

J’ai bien aimé aussi une conversation entre Corey Graves et Michael Cole :

- Cole, je t’aimais mieux quand tu n’avais pas le droit d’avoir une opinion!

- Ça a changé. Beaucoup a changé!

Évidemment, cet échange fait référence au fait que les commentateurs avaient l’habitude d’avoir McMahon dans leurs oreilles, en train de leur dire constamment quoi faire et comment le dire, tout en criant dans leur casque d’écoute.

Cette époque est maintenant révolue.

Bien que tout ne changera pas en claquant des doigts, l’édition 2022 de SummerSlam, et le Raw qui a suivi, marquent l’arrivée au trône de Paul Levesque. Il est bien en scelle et pour la première fois depuis fort longtemps, l’avenir semble très prometteur à la WWE.