WWE

Le retour de l’ère McMahon-Helmsley à la WWE

Le retour de l’ère McMahon-Helmsley à la WWE

Patric Laprade

Publié 25 juillet
Mis à jour 25 juillet

En 1999, dans l’un des scénarios les plus populaires de l’époque, Stephanie McMahon se tournait contre son père Vince afin de s’allier avec l’adversaire de ce dernier, celui qui l’avait marié contre son gré, Hunter Hurst Helmsley.

Ceci marquait le début de ce que la WWF allait surnommer « l’ère McMahon-Helmsley ».

Vingt-trois ans plus tard, cette union entre Stephanie et Hunter, qui se sont mariés dans la vraie vie en 2003, vient de prendre un tout autre sens. 

Je vous mentionnais samedi dernier qu’à la suite du départ de Vince McMahon, Stephanie McMahon et le président de la WWE, Nick Khan, avaient été nommés co-PDG de la WWE.

Eh bien ce matin, on apprenait que Paul « Triple H » Levesque devenait le chef de l’équipe créative de la compagnie, alors que Stephanie sera pour sa part la présidente du conseil d’administration.

Revenir par la grande porte

Levesque, un élève du regretté Killer Kowalski, débute sa carrière de lutteur au début des années 1990. Après avoir passé une année avec la World Championship Wrestling (WCW), il est engagé par la WWF en 1995. Rapidement, il se lie d’amitié avec Shawn Michaels, Diesel (Kevin Nash), Razor Ramon (Scott Hall) et le 1-2-3 Kid (X-Pac; Sean Waltman) et les cinq commencent à faire la loi et l’ordre dans le vestiaire.

Oui, ils font passer leurs intérêts en premier, ce qui ne les rend pas toujours populaires, mais ils ont tout de même une fine compréhension de l’industrie, comme peu de leurs collègues.

Quelques années plus tard, Vince commence à préparer son gendre. Il voit en lui son successeur. Si Vince est le roi et Stephanie la princesse, Levesque est sans aucun doute le prince. Mais Vince n’est pas prêt à se retirer. Les années passent et même si Levesque prend du galon et monte dans la hiérarchie, McMahon est toujours la personne en charge.

Puis arrive NXT.

Au début des années 2010, Levesque est nommé responsable de NXT, le club-école de la WWE. C’est le test ultime. Un peu comme un coach ou un directeur-gérant que tu envoies dans la Ligue américaine avant de faire le saut dans la LNH.

Pendant des années, le tout est un succès. NXT passe de 300 spectateurs dans un studio d’une université en Floride à remplir des arénas un peu partout en Amérique du Nord. Les Kevin Owens, Sami Zayn, Finn Balor, Bayley, Sasha Banks, Charlotte Flair et Becky Lynch y ont tous et toutes été des vedettes avant de monter sur l’alignement principal.

Toutefois, lorsque All Elite Wrestling (AEW) débute son émission hebdomadaire, Dynamite, les mercredis soir, Vince veut les arrêter dès le départ en leur opposant NXT. Son but est de tuer AEW dans l’œuf. Mais ça ne donne pas l’effet escompté. Non seulement AEW gagne la guerre des mercredis, mais Levesque est vu comme le bouc émissaire.

Alors que Levesque est en congé de maladie des suites d’un problème cardiaque, Vince décide de revamper NXT, de changer son ADN. Il congédie la majorité des lutteurs, lutteuses et employés administratifs que Levesque a engagés. Seul Shawn Michaels survit à la purge.

Levesque revient de son congé de maladie et se fait très discret. Il demeure sur le conseil d’administration, mais a perdu son rang dans l’échiquier. Puis, arrivent les allégations d’agressions et c’est alors que le tout déboule pour le prince chéri des amateurs. Il revient par la grande porte. Il peut maintenant s’asseoir sur le trône tant convoité.

Levesque et Michaels responsables de l’aspect créatif

On a souvent critiqué la WWE dans les dernières années sur son incapacité à créer de nouvelles vedettes. Une des raisons réside dans les histoires à Raw et SmackDown, mais une autre demeure dans la transition entre NXT et l’alignement principal.

Combien de fois avons-nous vu des vedettes de NXT de pas être capables d’avoir le même succès à Raw ou à SmackDown? On a souvent dénaturé leur personnage ou on leur enlevait ce qui fonctionnait bien en Floride.

L’explication est simple.

La vision de Levesque et de McMahon n’était pas du tout la même. Les atouts que Levesque voyait chez un talent et surtout, comment les exploiter à l’avantage du lutteur n’étaient pas ceux que McMahon voyait. Alors l’utilisation de cette personne ne devenait plus la même, Vince devenait impatient et finissait par reléguer le talent aux oubliettes.

La dynamique sera maintenant différente avec Levesque dans le rôle de Vince et Shawn Michaels dans celui que Levesque occupait à NXT. Et même si tout ce qui fonctionne à NXT ne fonctionnera pas nécessairement à la WWE, l’écart d’idées entre les deux titulaires vient de se rétrécir et une meilleure cohésion s’installera.

Cela devrait permettre aux vedettes de NXT d’avoir une meilleure transition lorsqu’elles seront appelées à Raw ou SmackDown. NXT c’est la relève. Mais le développement vers Raw et SmackDown est tout aussi important.

La nomination de Levesque, qui gardera aussi son travail de directeur du personnel, me surprend un peu. Non pas que ce soit une mauvaise idée, au contraire, je ne m’y attendais juste pas si rapidement. Je prends donc pour acquis que son sa santé est bonne et qu’il s’est bien rétablit de son opération, lui qui a maintenant un défibrillateur cardiaque. Je pensais qu’une combinaison Levesque-Michaels serait plus facile pour lui. Cette combinaison aura tout de même lieu, mais d’une autre façon.

Bruce Prichard, que je voyais dans ce poste à court terme, le temps que la tempête passe, demeure dans l’équipe créative pour l'instant, mais devra répondre à Levesque. Mais tout comme je le mentionnais pour Kevin Dunn dans mon article de samedi, je ne serais pas surpris si Prichard quittait la compagnie d’ici la fin de l’année.

Le Noël... des lutteurs!

Pour la première fois depuis 1982, soit depuis 40 ans, une autre personne que McMahon aura le dernier mot sur les histoires, les scénarios et le développement des personnages.

Pour plusieurs talents et pour plusieurs amateurs, c’est Noël aujourd’hui, en ce 25 juillet!

Ce que personne ne croyait voir de son vivant survient enfin. Et je ne veux rien enlever à ce que Vince a fait. Pendant longtemps, McMahon était la bonne personne, voire la seule personne qui pouvait occuper ce rôle. Mais depuis plusieurs années maintenant, il était déconnecté de ce que son public voulait, déconnecté de l’évolution de la lutte et gardait ses vieux réflexes, qui ont longtemps fonctionné, mais qui avaient fait leur temps.

L’arrivée de Levesque amènera certes un vent nouveau, ainsi que de l’espoir, autant chez le personnel que chez l’amateur.

Malgré ses 52 ans, Levesque a un bon pouls de ce qui se passe dans le monde de la lutte, des nouvelles tendances et des vedettes montantes. Il a surement refoulé plusieurs bonnes idées au fil des années et voudra démontrer qu’il est l’homme de la situation. Il faudra aussi qu’il affiche ses couleurs rapidement. L’amateur va devoir sentir un changement dans la façon que les émissions vont être présentées et dans la façon que les histoires seront écrites.

Est-ce qu’il va recommencer à signer plus de talents du circuit indépendant? Est-ce qu’il va faire des scénarios à long terme? Est-ce qu’il va mettre plus d’emphase sur les titres? Est-ce qu’on va voir plus de lutte et moins de promos?

Toutes ces questions demeurent sans réponses. Mais je crois qu’on va le savoir plus tôt que tard.

McMahon n’a pas déclaré ses «dépenses»

On a également appris ce matin que Vince McMahon aurait utilisé des fonds de la compagnie afin de payer certaines des femmes avec qui il trompait son épouse et certaines des femmes qu’il a agressées, sans toutefois les déclarer dans les états financiers de la compagnie. C’était d’entrée de jeu le but de l’enquête initiale du conseil d’administration de la compagnie.

Lundi, la WWE a révélé dans un rapport remis à la SEC (Securities and Exchange Commission) qu’elle « a pris une décision préliminaire selon laquelle certains paiements que Vince McMahon a accepté d’effectuer au cours de la période de 2006 à 2022 (y compris les montants payés et payables à l’avenir), et qui n’ont pas été enregistrés dans les états financiers consolidés de la WWE, auraient dû être enregistrés comme des dépenses au cours des trimestres au cours desquels ces accords ont été conclus. »

De plus, puisque les paiements effectués par McMahon au cours de ses 16 années n’ont pas été dévoilés dans ses états financiers, « l’entreprise s’attend à conclure que son contrôle interne en matière d’information financière n’a pas été efficace en raison d’une ou de plusieurs faiblesses importantes ».

C’est fort probablement ce qui a sonné le glas pour McMahon.

La WWE est une compagnie publique et chaque dépense doit être rapportée dans ses états financiers. Je ne suis pas un expert dans le domaine, mais il pourrait s’agir d’une sorte de fraude lorsque c’est fait de façon intentionnelle. Par le fait même, La WWE a présenté des états financiers erronés à ses investisseurs.

C’est grave! Je ne sais pas si des accusations seront portées en ce sens, mais il n’y a pas de hasard entre le départ de McMahon et le rapport envoyé à la SEC.

Une démission, pas une retraite

Dans ce rapport d’événements appelé 8-k, qui doit être rempli lorsqu’il y a des événements qui pourraient être importants pour les actionnaires ou la SEC, la WWE a aussi confirmé que McMahon a démissionné de son poste et non pas qu’il est parti à la retraite. Une nuance me direz-vous, mais une nuance importante. Malgré ses 76 ans, McMahon n’avait aucunement l’idée de prendre sa retraite. Il a été forcé à démissionner.

Ce qui veut dire que pour tous ceux et celles qui croyaient qu’il sortirait de sa retraite une fois la poussière retombée, vous pouvez oublier ça. Non seulement Vince McMahon, accusé ou pas, aura toujours l’inscription d’agresseur ou de harceleur, il vient d’ajouter celui de fraudeur à sa collection.

Aucun PDG ne peut se relever de ça. Une triste fin pour celui qui aura révolutionné la lutte professionnelle.

Wall Street et les fans semblent satisfaits

Le seul lien de McMahon avec la compagnie est qu’il détient toujours des parts dans la compagnie. Toutefois, maintenant qu’il ne gère plus la compagnie d’aucune façon, qu’il n’est plus sur le conseil d’administration, est-ce que Vince sera porté à vendre ses actions ou à accepter de vendre la compagnie, et ce, rapidement?

C’est possible.

McMahon détient 37.6% des actions de la compagnie, mais 84% des actions à droit de vote multiple. Il pourrait uniquement vendre ses parts, mais si on décidait de vendre la compagnie dans son ensemble, ça ne pourrait se faire sans l’accord de McMahon.

L’action a pour sa part causé une surprise.

Même si la WWE depuis des années tente de faire croire aux gens que sans Vince McMahon, la compagnie se mettrait à risque, le marché boursier semble avoir vu d’un bon œil le départ de McMahon, ainsi que les nominations de Stephanie McMahon, Nick Khan et Paul Levesque.

En effet, au moment d’écrire ces lignes, l’action est rendue à 71.36$, soit une augmentation de 7,76% d’avec vendredi.

Wall Street se joint donc aux nombreux amateurs qui tapissent les réseaux sociaux de leurs commentaires positifs face au départ de McMahon et à la nomination de Levesque. Pour eux, il s’agit d’une délivrance. Avec SummerSlam qui aura lieu samedi prochain à Nashville, il ne faut pas s’attendre à beaucoup de changements cette semaine, mais l’après-SummerSlam risque d’être assez intéressant. C’est tout de même triste que ce vent de fraîcheur se fasse à la solde des victimes de Vince McMahon.

Stephanie McMahon et Paul Levesque avaient respectivement 23 et 30 ans en 1999. Ils n’étaient que deux personnages d’une compagnie qui avait le vent dans les voiles. Ils en ont maintenant 45 et 52 et ils sont à la tête d’une compagnie qui vaut plus de 5 milliards de dollars. Reste à voir maintenant s’ils pourront être à la hauteur des attentes.

Le retour de l’ère McMahon-Helmsley est sur le point de commencer!