Canadiens de Montréal

CH: une mission de développement

CH: une mission de développement

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 22 mars
Mis à jour 22 mars

En échangeant Tyler Toffoli (Calgary), Ben Chiarot (Floride), Artturi Lehkonen (Colorado) et Brett Kulak (Edmonton), Kent Hughes a fait le plein de choix au repêchage et de jeunes joueurs.

L’été prochain, le CH aura 14 choix lors du repêchage, qui sera présenté à Montréal, dont 10 lors des quatre premiers tours et neuf choix lors de la séance de sélection de 2023.   

À cela, vous ajoutez les acquisitions d’Emil Heineman (20 ans), Ty Smilanic (20 ans) et Justin Barron (20 ans).

Je crois que Hughes a bien manœuvré et il a été habile afin d’obtenir en retour le maximum pour les joueurs qu’il a échangés.

Cependant, je pense qu’on doit se donner encore du temps avant de porter un jugement définitif sur la véritable valeur de chacune des transactions effectuées. Certes, Hughes a obtenu beaucoup d’éléments, mais le gros du travail n’a pas encore été accompli.

Et je parle ici de développement.

Oui, on constate le potentiel chez Heineman, Smilanic et Barron. Ils ont de belles qualités. Toutefois, il faudra les encadrer, les aider et leur permettre de s’épanouir dans leur développement. Que ce soit à Montréal ou à Laval, des décisions devront être prises pour les guider dans le droit chemin autant sur la glace qu’à l’extérieur de celle-ci.

Parce que trop souvent à Montréal, au cours des dernières années, des joueurs prometteurs n’ont pas répondu aux attentes pour mille et une raisons. La nouvelle direction aura comme objectif de briser cette tendance lourde qui s’est installée au sein de l’organisation des Canadiens.

Même chose pour les choix au repêchage. À quoi bon en avoir plusieurs si la haute direction ne choisit pas les bons joueurs et/ou si elle n’offre pas à ceux-ci tous les outils nécessaires pour grandir et devenir les joueurs en qui on avait fondé de grands espoirs.

La liste est longue : Louis Leblanc, Jarred Tinordi, Nathan Beaulieu, Alex Galchenyuk, Michael McCarron, Nikita Scherbak, Noah Juulsen, Jesperi Kotkaniemi, Jacob De La Rose, Zachary Fucale et j’en passe. Le CH paie encore le prix pour ses sélections.

Il faut le reconnaître, dans les dernières années, l’équipe a été construite avec des transactions et avec le marché des joueurs autonomes et non pas avec le repêchage. On peut penser à Shea Weber, Phillip Danault, Tomas Tatar, Nick Suzuki, Josh Anderson, Joel Armia, Ben Chiarot, Tyler Toffoli, Jeff Petry, Jonathan Drouin, Joel Edmundson, Mike Hoffman, David Savard, Christian Dvorak et Jake Allen.

Aidés par le nouveau tandem Jeff Gorton-Kent Hughes, les nouveaux responsables du repêchage amateur, Martin Lapointe et Nick Brobov, auront rapidement l’occasion de tracer une ligne sur l’ancien régime, celui de Trevor Timmins, et de se démarquer à leur façon.

On m’a demandé de donner une note sur 10 pour évaluer le travail de Kent Hughes lors de la période des transactions. J’ai refusé parce que je juge qu’il est trop tôt pour le faire. Il faut donner du temps aux jeunes joueurs acquis et à ceux qui seront repêchés de se développer et de progresser au sein de l’organisation.

Une fois ce moment arrivé, on aura une meilleure idée du retour obtenu et on pourra aussi analyser en fonction de ce que Tyler Toffoli, Ben Chiarot, Artturi Lehkonen et Brett Kulak sont devenus avec leur nouvelle équipe respective.

Entre temps, j’espère que les Canadiens miseront sur le développement et l’encadrement pour mener leurs jeunes joueurs à bon port.