Crédit : AFP

Hockey

Jeux olympiques: une approche collective pour Équipe Canada

Publié | Mis à jour

Ce n’est pas une tâche facile qui occupe l’esprit du directeur général de la formation canadienne de hockey pour les Jeux de Pékin, Doug Armstrong.

En effet, le DG doit bientôt sélectionner les patineurs qui formeront l’équipe de l’unifolié. Disons qu’il ne manque pas de talent parmi les joueurs canadiens.  

Armstrong a décidé de miser sur le collectif pour faire ses choix. Il compte donc sur les lumières de ses adjoints Ken Holland, Don Sweeney, Ron Francis et Roberto Luongo, ainsi que sur les entraîneurs Jon Cooper, Bruce Cassidy, Peter DeBoer et Barry Trotz.

«Nous avons chacun établi notre formation individuellement, puis nous avons été témoins des consensus, a expliqué Armstrong, dont les propos ont été rapportés par le site web de la Ligue nationale de hockey (LNH). Si quatre entraîneurs et cinq DG ont choisi le même joueur, il y a de fortes chances qu'il fasse partie de l'équipe.»

Le DG tend particulièrement l’oreille vers ses entraîneurs.

«Le plus important est de s'asseoir avec les instructeurs et de déterminer comment ils veulent former leurs trios et quel genre de joueurs ils veulent avoir, a-t-il dit. Il n'y a pas seulement les gars qui récoltent des points. Tu dois former une équipe. Tu dois donc collaborer avec les entraîneurs et comprendre comment ils veulent bâtir la formation et créer une synergie entre les joueurs.»

Des décisions déchirantes 

Armstrong et son groupe doivent maintenant réduire la liste de 55 joueurs qu’ils ont soumise en octobre afin de limiter les décisions déchirantes.

«Je dirais que tôt en décembre, tu veux avoir assemblé le groupe des candidats les plus sérieux pour l'obtention d'une place et t'attaquer à l'évaluation de ces joueurs», a indiqué celui qui occupe aussi les fonctions de directeur général chez les Blues de St. Louis.

«Nous faisons une liste et dans les prochaines semaines, nous allons en préparer une autre. Je dirais qu'il y a environ 80 ou 90 % des joueurs qui se retrouvent sur toutes les listes. Je ne veux pas donner le chiffre exact, mais il y en a certains qui font l'unanimité à l'externe et que nous avons sur nos listes nous aussi.»

Rappelons également que chaque équipe qui participera aux Jeux olympiques devait dévoiler l’identité de trois joueurs qui seront du prestigieux tournoi. Dans le cas du Canada, il s’agit des attaquants Sidney Crosby et Connor McDavid, ainsi que du défenseur Alex Pietrangelo.

Impressionné par Luongo 

Par ailleurs, Armstrong s’est dit très impressionné par Luongo, qui effectue ses premières armes comme dirigeants.

Celui qui agit présentement à titre de conseiller spécial au DG et de responsable des gardiens chez les Panthers de la Floride a pris sa retraite de la LNH comme joueur en 2019, et ce, après avoir disputé 19 saisons dans la meilleure ligue de hockey au monde.

«Il a du vécu et est en mesure de comprendre les joueurs d'aujourd'hui, a précisé Armstrong. Bien entendu, notre groupe de direction est plus âgé que nos joueurs, mais Roberto connaît plusieurs de ces joueurs pour les avoir côtoyés dans un vestiaire. Je pense qu'il sera un atout pour nous lorsque nous arriverons en Chine, car il connaît très bien les joueurs. Il a été très bon pour nous. Nous avons évidemment fait appel à ses connaissances de la position de gardien, mais ses connaissances de hockey en général sont exceptionnelles.»

Le Canada amorcera son parcours olympique en hockey le 10 février, dans un match contre l’Allemagne.

Jeux de Pékin : la Chine exclue du tournoi de hockey masculin?

Il est de moins en moins certain que la Chine sera représentée au tournoi de hockey masculin des Jeux de Pékin en 2022.

Selon le réseau TSN, la Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG) réévaluerait présentement la présence de cette équipe, et ce, en raison de ses contre-performances en Ligue continentale de hockey (KHL).

Cette saison, l’équipe nationale chinoise forme le Red Star de Kunlun dans le circuit russe. Jusqu’à maintenant, cette formation a maintenu un piètre dossier de 8-23. Le week-end dernier, elle a perdu ses deux affrontements et c’est ce qui aurait fait douter la FIHG. Plusieurs représentants de l’organisation s’étaient d’ailleurs déplacés pour assister aux performances du Red Star.

Le 3 novembre dernier, le président de la fédération, Luc Tardif, avait pourtant affirmé que la Chine serait du tournoi. Toujours selon TSN, la FIHG hésiterait entre le statu quo ou une recommandation au Comité organisateur des Jeux olympiques de remplacer la Chine par la Norvège.

Rappelons que la Chine doit faire partie d’un groupe qui comprend notamment le Canada et les États-Unis.