Louis Jean

«Le match dont il parlera à ses enfants et petits-enfants»

«Le match dont il parlera à ses enfants et petits-enfants»

Louis Jean

Publié 28 septembre
Mis à jour 28 septembre

«Ça risque d’être le fait saillant de sa carrière. Le match dont il parlera à ses enfants et petits-enfants.»

Voilà ma réaction à l’issu de la performance de Michael Pezzetta, lundi soir. Michael qui? Je suis convaincu que plusieurs d’entre vous ne connaissiez pas du tout l’ailier gauche de six pieds un pouce, 216 livres repêché en 6e ronde par le Canadien en 2016. Vous êtes sans doute nombreux à avoir fait des recherches sur l’attaquant de 23 ans à la chevelure qui rappelle Ron Duguay. 

Le natif de Toronto a enfilé deux buts contre les Maple Leafs. Une soirée magique pour lui. Il n’aurait pas pu mieux demander pour son premier match préparatoire dans la LNH.

Dans la hiérarchie de l’équipe, Pezzetta est en bas de la liste. Il y a plusieurs joueurs qui le devancent, dont certains sont des joueurs établis de la LNH avec des contrats à sens unique.

Si le joueur aux racines italiennes ne figure pas vraiment dans les plans pour un poste sur le quatrième trio à Montréal, il a certainement saisi son opportunité hier et attiré les regards. Les regards de son équipe, mais aussi ailleurs. Est-il le type de joueur qui va remplir le filet? Non. Il ne compte que 10 buts en 107 matchs dans la Ligue américaine de hockey. Mais Pezzetta s’est probablement mérité un autre match préparatoire.

Que pense le Canadien de lui? On lui a offert une offre qualificative et une légère hausse salariale pour lui démontrer qu’on apprécie ce qu’il apporte. On aurait facilement pu le laisser partir. Ce contrat fera en sorte qu’il devra être soumis au ballottage à la fin du camp d’entraînement. Je ne prétends pas que les 31 autres clubs vont se ruer pour mettre la main sur Pezzetta, mais dans une ère où on doit maximiser chaque dollar sur le plafond salarial, Pezzetta pourrait devenir un joueur intéressant. 

D’abord, il sait ce qu’il est. Pezzetta ne se fait pas d’illusion. Il est un joueur d’énergie qui apporte de l’intensité et de la robustesse. Il va au filet et complète ses mises en échecs. Parlez-en aux joueurs des Leafs qui le trouvaient «achalant». Ce qui lui manque en talent, il compense en éthique de travail. Le Torontois s’est forgé une réputation de toujours défendre ses coéquipiers avec le Rocket de Laval. D’ailleurs, son but contre Jack Campbell n’est pas le fruit du hasard. À la fin de l’entraînement matinal hier, Pezzetta a passé cinq minutes à dévier des tirs. C’est posté devant le filet qu’il a déjoué le gardien de but numéro un des Leafs... d’un tir dévié. Pendant la saison morte, Pezzetta s’est entraîné avec Andy O’Brien, le préparateur physique de Sidney Crosby. Il voulait mettre toutes les chances de son côté pour être en excellente forme. Une chose qui de toute façon n’a jamais été un problème pour lui.

Quelles sont les chances de voir Pezzetta jouer pour le Canadien cette saison? Honnêtement, elles sont probablement assez faibles. Mais elles ont augmenté à la suite de son match. Surtout, Pezzetta apporte une dimension particulière. Le Canadien en compte combien dans ses rangs? Josh Anderson n’a peur de personne, mais l’organisation ne veut pas le voir jeter les gants régulièrement.

Chaque joueur approche le camp à sa façon, en fonction des attentes. Nick Suzuki sait qu’il est maintenant le centre numéro un du club. Cole Caufield est conscient que lorsque la saison débutera, il jouera de grosses minutes et devra marquer des buts. Brendan Gallagher doit continuer de contribuer offensivement tout en jouant un plus grand rôle de leadership. Jeff Petry sera le ténor à la ligne bleue en l’absence de Shea Weber, etc. Chacun a sa propre réalité. Pour Micheal Pezzetta, c’est de se prouver à lui et aux autres qu’il n’est peut-être pas si loin de la LNH.

Guhle : on se calme 

Kaiden Guhle a bien réussi sa rentrée. L’ancien choix de première ronde a tout pour impressionner. Que ce soit son jeu sur la glace ou son attitude, il n’y a rien à ne pas aimer. Mais je pense qu’il ne faut pas oublier un facteur important. Guhle n’a disputé que cinq matchs l’an dernier. Trois avec le Rocket et deux avec les Raiders de Prince Albert dans la Ligue junior de l’Ouest. Dominique Ducharme répète souvent qu’aucun joueur n’est arrivé trop tard dans la LNH. Le contraire est par contre vrai.

Les commentaires de Ducharme sont une indication selon moi que peu importe comment Guhle se comportera d’ici la fin du camp d’entraînement, il est clair que pour le bien de son développement, il va retourner dans les rangs juniors. Ce serait l’occasion pour lui de beaucoup jouer et parfaire ses habiletés. Il est très possible que Guhle pourrait aider le Canadien, mais est-ce la meilleure solution à moyen et à long terme? Poser la question c’est y répondre.