Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

Les Sabres s’entendent avec Rasmus Dahlin

Publié | Mis à jour

Les Sabres de Buffalo ont offert un contrat de trois saisons au défenseur Rasmus Dahlin, mercredi.

L’athlète de 21 ans empochera en moyenne 6 millions $ par campagne. Il était l’un des rares joueurs autonomes avec compensation toujours sans contrat, alors que les camps d’entraînement de chacune des 32 équipes de la Ligue nationale ouvrent leurs portes. 

Le directeur général des Sabres, Kevyn Adams, profitera d’ailleurs de la conclusion de cette entente, jeudi, pour discuter avec les médias.

Sélectionné avec le tout premier tour de parole du repêchage de 2018, par les Sabres, le Suédois a joué l’ensemble de ses 197 matchs dans le circuit Bettman dans l’uniforme de la formation de l’État de New York, amassant 107 points au passage.

Dahlin a toutefois connu une certaine régression à l'attaque lors de la campagne 2020-2021, obtenant 23 points en 56 duels. Il a aussi maintenu une moyenne de temps de jeu de 21 min 36 s, en plus de préserver un piètre différentiel de -36, le pire parmi tous les patineurs de la Ligue nationale.

Quelques récalcitrants

C’est donc dire qu’il n’y a plus que cinq joueurs autonomes avec compensation sans entente à travers la Ligue nationale, dont Brady Tkachuk, avec les Sénateurs d’Ottawa, ainsi qu’Elias Pettersson et Quinn Hughes, avec les Canucks de Vancouver.

«Ce sont deux jeunes joueurs. Le camp d’entraînement sert à peaufiner certains aspects du jeu, a regretté mercredi Jim Benning, le directeur général des Canucks. Ils sont vitaux pour notre équipe, mais c’est important pour leur développement aussi.»

Benning ne croit pas que cette situation affecte les autres joueurs au camp, bien que le club soit pour l’instant amputé de deux gros morceaux en Pettersson et Hughes.

L’attaquant Brock Boeser ne s’en fait pas trop pour ses deux coéquipiers. Il s’était lui aussi entendu tardivement avec les Canucks sur les termes d’un contrat d’une durée de trois ans, le 16 septembre 2019.

«C’est dommage, mais ça fait partie du processus. Il faut trouver une entente qui fasse l’affaire des deux parties, a-t-il exposé. Évidemment, nous savons tous qu’ils veulent être ici et qu’ils veulent rester longtemps. Je ne m’en fais pas trop. Je sais qu’ils seront ici bientôt.»

De la progression pour Tkachuk

À Ottawa, Pierre Dorion est aussi persuadé de pouvoir s’entendre avec Tkachuk dans les plus brefs délais.

«Brady a un rôle immense dans cette équipe, dans cette organisation. Il y a eu beaucoup de négociations. Elles progressent. Nous avons discuté chaque jour. Nous savons qu’il signera», a assuré mercredi le directeur général.