Crédit : AFP

Golf

Coupe Ryder: virage jeunesse

Publié | Mis à jour

Jamais les Américains n’ont aligné autant de jeunes recrues à la conquête de la réputée Coupe Ryder. Mercredi, le capitaine Steve Stricker a annoncé les six derniers membres de sa formation qui affrontera les Européens sur le champ de bataille de Whistling Straits dès le 24 septembre.

Daniel Berger, Xander Schauffele, Scottie Scheffler, Harris English, Tony Finau et Jordan Spieth ont grossi les rangs de la formation de la bannière étoilée. Les quatre premiers golfeurs vivront leur baptême de feu de l’évènement qui sera disputé sur les berges du lac Michigan au Wisconsin.

L’équipe américaine fait donc un important virage jeunesse. Seulement quatre des 12 joueurs sont âgés de 30 ans et plus. Dans le camp adverse, le capitaine européen Padraig Harrington pourrait compter sur des guerriers plus aguerris avec une demi-douzaine de vétérans sous la main.

Peu importe, Stricker a salué le vent de changement soufflant sur l’équipe américaine, l’une des plus talentueuses en vertu du classement mondial. Celle-ci est composée de plusieurs étoiles montantes sur la scène mondiale, dont Collin Morikawa. Celui-ci a déjà remporté deux tournois majeurs.

«Ces jeunes ont faim. Ils veulent apprendre en saisissant cette opportunité, a expliqué le capitaine. On les observe grimper les échelons depuis plusieurs années.

«Certains d’entre eux sont des recrues de la Coupe Ryder, mais en vérité, ils possèdent des expériences variées, a-t-il ajouté à propos de Schauffele, entre autres, qui a participé à la Coupe des Présidents en 2019 et récemment gagné l’or aux Jeux olympiques.

«Je ne prétends pas que les vétérans n’ont pas d’appétit, bien au contraire. Mais c’est rafraîchissant d’accueillir ces six nouveaux visages», a exprimé celui qui a participé trois fois à cet évènement dans sa carrière.

Esprit d’équipe

«Strick» souhaite ardemment forger un esprit d’équipe à tout casser. Une mission périlleuse qui débutera ce week-end alors que les 12 golfeurs convergeront vers Whistling Straits avec leur cadet respectif pour se préparer adéquatement au tournoi. On connaît les grandes lignes de la virulente guerre entre Brooks Koepka et Bryson DeChambeau.

À cet effet, Brooks Koepka représente un cas douteux dans le camp américain. En se blessant au poignet gauche lors du Championnat du circuit de la PGA le week-end dernier à Atlanta, le 10e joueur au monde pourrait rater le grand rendez-vous biennal. Pour l’instant, Stricker ne l’a pas écarté de l’équation.

Décisions difficiles

En annonçant sa formation finale, le capitaine a dû prendre des décisions déchirantes. Il a entre autres délaissé Patrick Reed, surnommé «Captain America». Féroce compétiteur en formule partie par trou, Reed est aux prises avec des problèmes de santé depuis plusieurs semaines.

Quant à Kevin Na, qui occupait le 19e rang sur sa liste de pointage, Stricker a pointé son manque de puissance depuis les tertres sur une bête de 7400 verges exposée aux intempéries automnales.

«Parmi les critères de ces dernières sélections, nous observions les capacités à avoir du succès sur le parcours dans toutes les conditions de jeu, mais aussi les aptitudes à former un bon esprit d’équipe», a-t-il expliqué.

À cet égard, la sélection de Jordan Spieth n’est pas étrangère à son succès lors du Championnat de la PGA d’Amérique sur ce parcours en 2015. Il avait alors pris le second rang dans un duel excitant face à Jason Day.

Cette saison, Spieth s’est aussi brillamment relevé d’une descente aux enfers dans les divers classements. À sa quatrième participation, il figure évidemment parmi les vétérans de l’équipe américaine en compagnie de Dustin Johnson.

Du côté des Européens, gagnants de la dernière édition de la Coupe Ryder à Paris, la formation finale sera connue dès la semaine prochaine.