Crédit : AFP

Tennis

Shapovalov est sans réponse devant Harris

Publié | Mis à jour

Le tennisman canadien Denis Shapovalov a vu son parcours être freiné par le Sud-Africain Lloyd Harris, en trois manches identiques de 6-4, au troisième tour des Internationaux des États-Unis, samedi à New York.

La 10e raquette mondiale n’a jamais semblé en mesure d’imposer son rythme comme il l’avait fait lors des deux tours précédents.

Même quand il était le premier à briser son adversaire durant un set, chose qui est survenue aux deuxième et troisième manches, Shapovalov n’était pas capable de concrétiser. À chaque occasion, Harris lui reprenait son service quelques jeux plus tard.

La 46e raquette de l’ATP avait réponse à chaque attaque du Canadien, comme en démontre ses cinq bris de service en neuf occasions. Les problèmes de Shapovalov avec les balles en main n’ont pas seulement été visibles sur les chances de briser de Harris. L’Ontarien a seulement mis en jeu 68% de ses premières balles, en plus d’avoir le dessus lors de 68% des échanges qui suivaient un premier service réussi. Cette statistique descend à 33% quand «Shapo» convertissait sa deuxième balle.

Pour sa part, Harris a réussi 10 as et converti 72% de ses premières balles, en plus de gagner 75% des échanges en pareilles circonstances. Il a lui aussi offert plusieurs chances de briser à Shapovalov (8), mais contrairement à son opposant, il a été capable de sauver les meubles (6) plus souvent qu’autrement.

Même au niveau des coups gagnants et des erreurs non forcées, Harris (26; 23) a été plus dominant que Shapovalov (24; 40).

Au prochain tour, Harris affrontera l’Américain Reilly Opelka. Le finaliste à la Coupe Rogers, à Toronto, a eu raison du Géorgien Nikoloz Basilashvili en trois manches de 7-6 (5), 6-3 et 6-4.

Pospisil s’incline en double

Dans le volet du double masculin, le Canadien Vasek Pospisil et son partenaire danois, Frederik Nielsen, se sont trouvés du mauvais côté de chacun des deux jeux ultimes auxquels ils ont pris part, contre l’Allemand Kevin Krawietz et le Roumain Horia Tecau, au deuxième tour, pour s’incliner 7-6 (12) et 7-6 (4).

Aucun des duos n’a été en mesure de briser l’autre, et ce, même si les gagnants ont eu neuf opportunités de le faire, dont cinq lors d’un seul et même jeu, en première manche.

Pour leur part, Nielsen et Pospisil ont eu deux chances de briser sans pouvoir en profiter.