Crédit : AFP

Olympiques

Un 5e podium pour Aurélie Rivard

Publié | Mis à jour

Aurélie Rivard a ajouté à sa légende en obtenant la 10e médaille paralympique de sa prolifique carrière, remportant l’argent à la finale du 100 mètres dos chez les S10, jeudi, à Tokyo.

Cinquième à la mi-course, la Québécoise a remonté la pente dans les 50 derniers mètres pour terminer la course au deuxième rang avec un chrono de 1 min 08,94 s, une nouvelle marque canadienne sur la distance.

«Dans la piscine, je me suis concentrée sur mon couloir et je voulais me donner au maximum. C’était ma stratégie, de me garder de l’énergie pour la fin de la course. C’est de cette façon que j’ai gagné la plupart de mes médailles. Je ne pensais pas que j’allais être aussi rapide dans le dernier droit. En étant un peu plus rapide dans l’aller, je pourrais encore améliorer mon temps», a mentionné Rivard en entrevue à Sportcom.

La nageuse de Saint-Jean-sur-Richelieu a obtenu une médaille paralympique dans cette épreuve après avoir terminé cinquième à Londres, puis quatrième à Rio. Elle avait toutefois raflé le bronze aux Championnats du monde 2019.

«Ça fait du bien d’aller finalement chercher une médaille dans cette épreuve-là aux Paralympiques. J’étais déçue de ma quatrième place à Rio. Je suis vraiment contente d’avoir franchi cette étape et en plus, je n’avais jamais fait la distance en moins de 1:09.»

La Hongroise Bianka Pap, qui a été la plus rapide lors des qualifications, a survolé la finale, terminant plus de deux secondes devant Rivard. La Néerlandaise Lisa Kruger (+2,74) a complété le podium.

Aux qualifications, Rivard avait terminé troisième de sa vague, signant le cinquième temps au cumulatif de la séance, soit 1:11,11.

Une dernière épreuve

Forte d’une récolte de cinq médailles en autant d’épreuves depuis le début des Jeux paralympiques, Rivard conclura son séjour à Tokyo au 200 m quatre nages individuel prévu vendredi. L’objectif sera simple pour l’athlète de 25 ans : faire le meilleur temps et, peut-être, obtenir une sixième médaille dans la capitale japonaise.

«Je ne veux pas me mettre trop de pression, mais c’est sûr que je veux aller chercher le meilleur classement dans le meilleur temps possible. Je me suis entraînée fort dans les derniers mois pour survivre au marathon que sont les Jeux paralympiques et je suis encore en forme pour la dernière épreuve», a-t-elle conclu.