Crédit : AFP

Olympiques

Une deuxième médaille à Tokyo pour Brent Lakatos

Sportcom

Publié | Mis à jour

(Sportcom) Médaillé d’argent la veille au 5000 m, le para-athlète canadien Brent Lakatos (T53) était visiblement encore en très grande forme dimanche lors de la compétition du 400 m où il a mis la main sur la médaille d’argent grâce à un temps de 46,75 s.

Lakatos, qui était détenteur du record du monde dans cette épreuve depuis juin 2019 s’est avoué vaincu au fil d’arrivée par le Thaïlandais Pongsakorn Paeyo, qui a amélioré la marque de Lakatos, faisant passer le record de 46,82 s à 46,61 s.

«Je sais que je devrais être heureux avec le résultat et je le serai bientôt, c’est un record personnel et un record personnel. Je suis toutefois déçu présentement parce que je pensais en avoir fait assez pour finir la journée avec une médaille d’or», a affirmé Lakatos après sa course.

L’athlète du Comité paralympique russe Vitalii Gritsenko s’est emparé de la médaille de bronze avec un temps de 49,41 s.

Le Québécois a également réussi à améliorer son meilleur temps en carrière lors de la grande finale. Cette médaille est la neuvième de sa carrière aux Jeux paralympiques. Un exploit dont il est très fier.

«J’ai pensé à la retraite après les Jeux de Pékin en 2008, mais je voulais absolument aller chercher au moins une médaille paralympique. Je suis fier de ce que j’ai réalisé jusqu’à maintenant.»

Lors des qualifications, Lakatos a facilement décroché sa place pour la finale du 400 m. L’athlète originaire de Dorval a connu un excellent départ et pendant que ses adversaires bataillaient dans le dernier droit, le Québécois s’est même permis d’arrêter de pousser dans les derniers 10 mètres avant la ligne et a arrêté le chrono à 48,00 s.

Après sa médaille au 5000 m samedi, Lakatos s’était dit extrêmement heureux d’avoir offert une aussi belle performance dans une épreuve avec laquelle il est moins familier.

«C’est ma première médaille dans une course de longue distance et aussi une première dans la catégorie T54. C’est plaisant d’avoir été sur la piste contre ces athlètes, c’était extrêmement compétitif. Je ne savais pas à quoi m’attendre».

L’athlète de 41 ans tourne maintenant son attention vers l’épreuve du 1500 m lundi, le 30 août. Lakatos y détient d’ailleurs le record du monde depuis juin 2017 avec un temps de 2 min 51,84 s.

«Je vais essayer de conserver mon énergie au maximum demain (lundi) tout en me qualifiant pour la finale. Ce sera une course difficile, notamment à cause de la chaleur, mais je serai prêt», a-t-il conclut.

Ciobanu demeure invaincu

Iulian Ciobanu est demeuré invaincu dans le tableau préliminaire individuel de la catégorie BC4 de la compétition de boccia des Jeux paralympiques de Tokyo. Dimanche, le Montréalais est revenu de l’arrière pour vaincre la Chinoise Lin Ximei 6-4.

Ciobanu a pris l’avance 3-0 en début de rencontre, sauf que son adversaire n’avait pas dit son dernier mot. Elle a inscrit 2 points en deuxième et en troisième manche, ce qui lui a permis de prendre des devants 4-3 avec encore une manche à jouer.

En fin de quatrième manche, le joueur âgé de 38 ans a effectué un superbe tir qui a repoussé le cochonnet sur lequel étaient collées les balles de son adversaire. Ciobanu a crié sa satisfaction pour ces 2 points obtenus. Il a en marqué un autre à sa balle suivante. Son entraîneur César Nicolai s’est dit très heureux de la manière dont son athlète s’est comporté face à Lin Ximei.

«Iulian a respecté le plan de match à la perfection. Il a été capable de mettre en exécution tout ce qui a été fait en pratiques dans les deux dernières années.»

Il s’agit de sa deuxième victoire dans la capitale japonaise après celle signée la veille, en bris d’égalité, contre la Portugaise Carla Oliveira 4-3.

Lundi, Ciobanu sera opposé au champion du monde 2018, Zheng Yuansen. Lui aussi invaincu jusqu’à maintenant à Tokyo, le Chinois avait été médaillé d’argent aux Jeux de Londres en 2012.

«Je me sens prêt pour affronter Zheng, qui est un ancien champion du monde. J’ai une stratégie et j’espère l’emporter pour assurer ma place en quart de finale. Même si je perds, je finirais deuxième de mon groupe, mais ce serait compliqué de savoir si je vais pouvoir avancer. Mon but est évidemment de gagner la partie», a mentionné Ciobanu en vue de son prochain match.

Pas le résultat espéré pour Levine et Allard

De son côté, Alison Levine, aussi dans la catégorie BC4 a été surprise par son adversaire Wai Yan Vivian Lau de Hong Kong par une remontée dans les deux dernières manches.

Levine était bien avance 2-0 à la moitié du match et c’est alors que son adversaire a ouvert la machine. Lau a d’abord créé l’égalité 2-2 en troisième manche avant d’ajouter un ultime point au dernier engagement pour se sauver avec la victoire.

«Ce n’est évidemment pas le résultat que je souhaitais aujourd’hui (dimanche). Je n’étais pas au sommet de ma forme. Je suis déçue de ne pas avoir joué à mon plein potentiel», a mentionné Levine après sa deuxième rencontre du tournoi.

L’athlète de Montréal aura la chance de retrouver le chemin de la victoire dès lundi, le 30 août alors qu’elle affrontera le Croate Davor Komar, qui, tout comme Levine, comptabilise une fiche d’une victoire et une défaite.

En BC2, Danik Allard a subi une deuxième défaite consécutive alors qu’il affrontait le Japonais Hidetaka Sugimura.

Le match a bien mal commencé pour le Montréalais qui s’est retrouvé en arrière 6-0 dès les deux premières manches. Allard a connu un regain d’énergie au troisième engagement avec une poussée de trois points, pour réduire l’écart de moitié.

Malgré un dernier effort à la manche ultime, il était trop peu trop tard pour l’athlète de 20 ans qui s’est finalement incliné 6-4.

Simon Larouche, l’entraîneur de Danik Allard se veut rassurant quant aux performances du jeune athlète.

«On savait que Danik ferait face à beaucoup d’adversité, mais ça va lui donner énormément d’expérience. Il a prouvé qu’il a sa place ici et qu’il a un beau futur devant lui. Je suis content et fier de lui pour tout le travail qu’il a accompli jusqu’à maintenant.»

Lundi, Allard tentera de remporter une première partie à Tokyo en affrontant l’athlète du Comité paralympique russe Diana Tsyplina.