Crédit : AFP

Cyclisme

Tour d'Espagne: Miguel Angel Lopez s'amuse bien seul

Publié | Mis à jour

Les montagnes et les nuages n’ont pas empêché le Colombien Miguel Angel Lopez (Movistar) de survoler la 18e étape du Tour d’Espagne, jeudi.

Celui qui est surnommé «Superman» s’est imposé en solo au sommet de l’Altu d’El Gamoniteiru après 163 kilomètres de course. Tout juste derrière lui, Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a assuré la défense de son maillot rouge de meneur.

James Piccoli (Israel Start-Up Nation) a rallié l’arrivée en 74e place dans un groupe de 16 cyclistes ayant accusé un retard de 26 minutes. Il avait fait partie de l’échappée du jour, groupe duquel est sorti l’Australien Michael Storer (DSM) pour tenter sa chance en solo.

«Il y avait presque 4500 mètres de dénivelé, donc c’était éprouvant. Nous [les membres de l’échappée] avons roulé fort pour nous rendre à l’arrivée, mais bon, les équipes derrière ont décidé de contrôler», a reconnu le Montréalais, ajoutant être satisfait de son niveau de forme.

«Storer est parti après la deuxième grosse montée et on n’a pas vraiment compris pourquoi il voulait s’essayer à 70 km de l’arrivée. Finalement, il a montré qu’il était fort.»

L’Australien a tenu le coup pendant un peu plus de 60 km lorsque l’Espagnol David de la Cruz (UAE-Emirates) l’a pris en chasse avec une dizaine de kilomètres à faire. De la Cruz n’a mis que 1,5 km pour combler le retard de 1 min 45 s qui le séparait de la tête de course.

L’Espagnol avait 40 secondes d’avance sur le groupe des favoris pour le classement général qui comptait Roglic, Egan Bernal (Ineos-Grenadiers) et Enric Mas (Movistar).

Angel Lopez s’est extirpé de ce groupe à quatre kilomètres du sommet pour ensuite rattraper de la Cruz, un kilomètre plus tard. Signe du destin, la portion de la route n’était plus dans les nuages à ce moment, ce qui a fait en sorte que de la Cruz a bien pu voir le Colombien filer seul en tête.

Derrière, Roglic et Bernal ont attaqué sans succès avec Mas bien calé derrière, préférant ne pas revenir sur son coéquipier qui filait vers la victoire d’étape. Le maillot rouge a finalement pu se distancer dans les 100 derniers mètres pour grappiller quelques secondes.

Roglic compte désormais 2:30 d’avance sur Mas au classement général où Piccoli est 62e.

Aussi bien en rire

Piccoli n’a plus que Guy Niv et Sebastian Berwick comme coéquipiers à la Vuelta. Cinq cyclistes d’Israel Start-Up Nation ont été contraints à l’abandon depuis le début du tour. Une situation qui comporte son lot de défis, mais aussi d’avantages comme l’a expliqué celui qui fêtera ses 30 ans dimanche.

«Le vélo est un sport d’équipe, alors plusieurs choses sont plus difficiles. Nous avons eu beaucoup de malchance à cette Vuelta avec des chutes et des abandons, mais on garde le moral. Disons qu’on parle beaucoup moins au souper parce qu’il y a moins de monde», a dit Piccoli, pince-sans-rire.

«Nous sommes moins nombreux dans la course, mais en même temps, nous avons tout le personnel de soutien pour nous trois et nous avons maintenant chacun notre soigneur privé. On fait même des blagues pour savoir qui sera le prochain des trois qui va abandonner. Nous pourrions être négatifs après toutes ces malchances, mais ça ne servirait à rien.»

Une autre étape montagneuse de 191 km attend le peloton vendredi entre Tapia et Monforte de Lemos.