Tennis

Sans trop de sueur

Publié | Mis à jour

Le Canadien Denis Shapovalov a joué un «match incroyable» – ce sont ses mots – pour se qualifier pour le deuxième tour des Internationaux des États-Unis, mardi.

La performance du septième favori a de quoi rassurer : après avoir essuyé des revers d’entrée de jeu à ses trois derniers tournois, le joueur de 22 ans a mis seulement 1 h 49 min pour battre l’Argentin Federico Delbonis 6-2, 6-2 et 6-3.

«Ce n’est pas un joueur facile à affronter, a expliqué Shapovalov au micro de TSN, après la rencontre. Mais tout roulait pour moi. Je pense que si j’avais un peu moins bien joué, le match aurait été pas mal plus long. Je suis heureux de m’en être sorti aussi facilement.»

Delbonis, 47e mondial, préfère la terre battue aux surfaces dures, et ç’a paru mardi. Le joueur de 30 ans n’a jamais été en mesure d’imposer son rythme dans cet affrontement qui opposait deux gauchers.

Et si l’on se fie aux statistiques, l’Ontarien a effectivement disputé un match incroyable. Quatorze as, 90 % de points remportés sur son premier service, 38 coups gagnants contre 23 fautes directes.

Le tout, qui plus est, sans avoir joué beaucoup au cours des dernières semaines. Car si «Shapo» disait récemment avoir confiance en son tennis, après avoir atteint le carré d’as à Wimbledon, il se présentait à New York avec trois défaites d’affilée à sa fiche (à Gstaad, en Suisse, à Toronto et à Cincinnati).

Jouer contre soi-même

Cette confrontation de premier tour revêtait un caractère spécial, car elle mettait en vedette deux des rares gauchers du top 100 (ils sont une quinzaine au total).

«Ce n’est jamais facile d’affronter un joueur qui frappe de la gauche, car c’est dur de se préparer. C’est difficile de trouver un partenaire d’entraînement gaucher», a expliqué Shapovalov.

Le Canadien, 10e au monde, aura droit à un retour à la normalité jeudi, quand il retrouvera un droitier au deuxième tour. L’Espagnol Roberto Carballes Baena, 95e de l’ATP, a battu l’Américain Tommy Paul, 54e, 7-6 (5), 6-2, 1-6 et 6-3, mardi.

«Mon bon match ne garantit rien pour les prochains jours, a sagement souligné Shapovalov. Je dois continuer à m’entraîner fort. Il y a beaucoup de bons joueurs ici. Les chiffres au classement, ça ne veut rien dire.»

La surprise Pospisil

Son compatriote Vasek Pospisil a causé l’une des surprises du jour à New York en revenant de l’arrière pour battre l’Italien Fabio Fognini, 28e favori.

Tirant de l’arrière deux sets à zéro, Pospisil a finalement retrouvé sa touche face au bouillant italien pour s’imposer 2-6, 3-6, 6-1, 6-3 et 7-6 (4), au terme de 3 h 18 min de jeu.

Pospisil, 31 ans et 58e mondial, a pris les devants 3-0 et 4-2 dans le bris d’égalité de la manche décisive, avant de s’offrir deux balles de match.

Le Britanno-Colombien a triomphé sur la première, s’offrant du même coup un billet pour un affrontement face au Bélarussien Ilya Ivashka, 53e raquette de l’ATP, jeudi.

Ivashka a battu l’Américain Tennys Sandgren, 91e, 7-6 (3), 6-3 et 6-4.