Tennis

Félix Auger-Aliassime gagne une très longue bataille

Publié | Mis à jour

Quand il a posé les pieds sur le joli court 17 des Internationaux des États-Unis pour y affronter un joueur qualifié, lundi, Félix Auger-Aliassime ne pensait sans doute pas en ressortir... quatre heures plus tard.

Mais le Russe Evgeny Donskoy, 31 ans, et 152e mondial, est de la race des tenaces. Si bien qu’il a fait travailler le Québécois fort, très fort pour la victoire, finalement acquise par la marque de 7-6 (0), 3-6, 7-6 (1) et 7-6 (8).

C’est chaud, c’est chaud

Félix, apparemment soulagé d’avoir remporté cette inattendue guerre de tranchées, a levé les deux poings au ciel et poussé un soupir de soulagement quand le revers de son rival a atterri loin derrière la ligne de fond sur sa troisième balle de match.

«C’était toute une bagarre. J’ai dû aller chercher loin dans mes ressources pour le battre», a reconnu le 12e favori, en entrevue avec le réseau TSN, après le duel.

Il n’y a pas que le match qui était chaud, lundi. L’air de New York l’était aussi, comme c’est souvent le cas à la fin août.

Mais le Québécois de 21 ans ne semblait pas inquiet outre mesure d’avoir laissé autant d’énergie dans une rencontre de premier tour.

«Je suis assez fatigué, mais c’est bien d’être défié aussi tôt dans le tournoi. C’est bon pour ma confiance, a expliqué le 15e joueur de l’ATP. Et je récupère assez vite, en général.»

«Le plus important pour moi, c’est d’avoir gagné le match.»

Pas encore !

Car « FAA » ne voulait pas revivre le scénario des Jeux olympiques de Tokyo et de l’Omnium Banque Nationale de Toronto, où il a été éliminé d’entrée de jeu.

Il a mis la gomme dès le début de cette rencontre au parc Flushing Meadows en apparence inégale, face à un joueur qui n’était pas parvenu à se qualifier pour les trois premières épreuves du Grand Chelem de la saison.

Auger-Aliassime s’est offert trois occasions de briser en première manche, mais a gaspillé chacune d’elle. Il aura finalement fallu un bris d’égalité tout à l’avantage du québécois – littéralement, Félix l’ayant emporté 7-0 – pour décider de l’issue du set.

Mais Auger-Aliassime a vite compris qu’il devait monter davantage la garde. Notamment à 2-1, deuxième manche, quand Donskoy l’a brisé à sa première occasion au terme d’un point âprement disputé.

Le Russe, qui au meilleur de sa forme a été classé 65e (en 2013), n’a plus regardé derrière et a mis la main sur le deuxième set, 6-3.

De retour à New York après une année d’absence, les bruyants spectateurs (tous vaccinés, à la demande du maire Bill de Blasio) ont alors compris qu’ils en auraient pour leur argent.

Déjà rassemblés derrière Félix depuis le début du match, ils l’ont chaudement encouragé dans sa longue bataille.

«C’était fou. Une ambiance extraordinaire ! s’est réjoui Auger-Aliassime au micro de TSN. J’avais très hâte de jouer de nouveau devant un public aussi bruyant. J’étais heureux de voir autant de monde dans le stade à 11 h, un lundi matin.»

Soulagement

Leur favori leur a toutefois donné des sueurs froides en troisième manche, quand il a de nouveau concédé son service à Donskoy.

Ce dernier a même servi pour prendre les devants deux sets à un, mais Félix est parvenu à l’en empêcher en le brisant à son tour, à 5-4.

C’est d’ailleurs la seule des cinq balles de bris qu’il est parvenu à concrétiser.

Le Québécois a de nouveau survolé le bris d’égalité, laissant cette fois un petit point à son rival.

Trois balles de match

Puis, les deux joueurs sont restés au coude-à-coude jusqu’à la fin de la quatrième manche, qui s’est elle aussi conclue au bris d’égalité.

L’exercice a été beaucoup plus serré cette fois : « FAA » a eu besoin de trois balles de match pour venir à bout du Russe, qui a mené 5-3 à un moment.

Après trois victoires en qualifications, Donskoy ne semblait pas vouloir quitter New York. Mais il devra bel et bien plier bagage et c’est Auger-Aliassime qui se mesurera à l’Espagnol Bernabe Zapata Miralles, mercredi.

Le 116e joueur au monde est venu à bout de son compatriote Feliciano Lopez, 97e, plus tôt en journée, lundi.

Après Félix Auger-Aliassime, Leylah Fernandez et Rebecca Marino, ce sera au tour de leurs compatriotes Denis Shapovalov, septième favori, Bianca Andreescu (6e) et Vasek Pospisil de faire leur entrée en scène à Flushing Meadows, mardi.