Crédit : AFP

MLB

Les joueurs des Mets enterrent la hache de guerre avec leurs partisans

Publié | Mis à jour

Au cœur d’une «relation amour-haine» avec les partisans de son équipe, le joueur d’avant-champ des Mets de New York Javier Baez a offert ses excuses au public local, mardi.

Interrogé par les médias avant un programme double contre les Marlins de Miami, Baez est revenu sur le choix de certains porte-couleurs du club, incluant lui-même, de pointer leurs pouces vers le bas afin de célébrer leurs bons coups. Dimanche, il disait que ce geste constituait une réplique aux huées de la foule du Citi Field qui affichait trop de sévérité à l’égard de la formation selon lui. 

Or, son discours semble avoir changé depuis ce temps.

«Je ne voulais pas offenser autrui, a-t-il dit en essayant de réparer les pots cassés, tel que rapporté par la chaîne SNY. C’est un truc que j’ai déjà fait contre l’adversaire. Je l’ai fait dans l’abri à Los Angeles. J’ai peut-être mentionné quelque chose de mal au sujet, affirmant comment je huais les amateurs. Ce que je voulais signifier, c’est huez-moi maintenant et le message était destiné à l’abri, pas à la foule. [...] Je n’ai jamais aperçu les mêmes spectateurs et je n’ai jamais dit que les partisans étaient mauvais. J’aime les gens, mais je sentais seulement que nous étions seuls.»

«Ils veulent certes nous voir gagner et ils paient notre salaire, comme tout le monde le précise. Toutefois, on veut gagner aussi. La frustration nous a envahis et je ne voulais pas vexer quiconque. Si je l’ai fait, je m’en excuse, a-t-il ajouté en avouant ne pas avoir été surpris par l’ampleur du dossier sur les réseaux sociaux. Actuellement, on essaie seulement de rester ensemble. [...] On tente de laisser cela derrière nous et avancer pour remporter des matchs.»

C’est terminé 

De son côté, le gérant des Mets, Luis Rojas, a confirmé la fin de ces gestes controversés. À la suite d’une réunion d’équipe, mardi, il a voulu disculper quelque peu Baez, qui avait tourné les pouces vers le bas après avoir claqué un circuit, dimanche, aux dépens des Nationals de Washington.

«Il arrive d’un marché où il y avait une grosse base de partisans, mais il n’a probablement jamais vécu cela auparavant», a expliqué l’entraîneur concernant l’ex-joueur des Cubs de Chicago acquis plus tôt cet été.

«Maintenant, les gars sont des gens responsables. Javier et Francisco [Lindor] l’ont prouvé aujourd’hui», a affirmé Rojas, d’après le quotidien «USA Today».

Le club new-yorkais présentait un dossier de 63-67 avant ses deux duels du jour et occupait le troisième rang de la section Est de la Ligue nationale.