Crédit : AFP

Soccer

Coupe du monde 2022: dernière (longue) ligne droite pour le Canada

Publié | Mis à jour

Le Canada amorce jeudi la phase finale de qualification pour la Coupe du monde de soccer de 2022 face au Honduras, et même si ça semble être le début d’un long parcours, ce n’est que la suite d’un marathon qui s’est entamé en mars.

Pour en arriver à cette dernière étape, la formation canadienne a d’abord dû passer par la première ronde qualificative, dont les matchs ont été dispersés dans les fenêtres internationales entre le 24 mars et le 8 juin. Il y a ensuite eu un deuxième tour, mais nous y reviendrons. 

Parce que pour bien comprendre comment ces qualifications fonctionnent, il faut commencer par le commencement.

Disons d’abord que les cinq équipes de la CONCACAF (Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes) étant les mieux classées selon la fédération internationale, la FIFA, ont eu accès directement à la phase finale qui s’entame jeudi.

Il s’agit du Mexique (11e au monde), des États-Unis (12e), du Costa Rica (46e), de la Jamaïque (48e) et du Honduras (62e) de Romell Quioto.

Viennent ensuite les équipes positionnées entre les 6e et 35e places, selon le classement FIFA de juillet 2020.

Celles-ci ont été divisées en six groupes de cinq nations, chacune jouant quatre matchs, soit deux à domicile et deux à l’étranger.

Lors de cette phase, le Canada se retrouvait dans le groupe B avec le Suriname, les Bermudes, Aruba et les îles Caïmans. Les Canadiens s’en sont tirés avec la première place de ce groupe grâce à quatre victoires, 27 buts marqués et un seul accordé.

L’unifolié a même battu un record d’équipe en inscrivant 11 filets contre les îles Caïmans.

Une fois ce tour initial passé, on a retenu le premier de chacun des six groupes afin de disputer trois séries aller-retour les 12 et 15 juin.

Opposé à Haïti, le Canada s’en est une fois de plus bien tiré avec des victoires de 1 à 0 et de 3 à 0 pour atteindre la phase finale.

Le Salvador et le Panama ont également franchi cette étape pour rejoindre les cinq meilleures formations de la CONCACAF.

Et c’est à partir de ce moment que le marathon deviendra difficile. Vous savez, le fameux mur dont les coureurs parlent, il est là.

Changement au format 

Il faut noter qu’en raison de la pandémie de COVID-19, le format a changé un peu puisque la fenêtre internationale de septembre 2020 a été reportée.

On a donc décidé de passer outre la formule habituelle qui veut que seules les six meilleures équipes participaient à la phase finale. Les positions 7 à 35 se battaient pour une participation aux éliminatoires interconfédérations qui donnent accès à deux autres places de qualification.

Ainsi, cette fois-ci, les cinq meilleures sont rejointes par le Canada, le Salvador et le Panama, tel que mentionné plus tôt.

Cette troisième et dernière ronde de qualification est drôlement costaude. C’est le plat de résistance.

Très Chargé 

En effet, chaque formation disputera deux matchs contre chacune des autres nations, pour un total de 14 rencontres.

Et si on parle de marathon, ce n’est pas que pour l’image que ça représente. Ces parties seront disputées sur un total de cinq fenêtres internationales entre le 2 septembre et le 20 mars 2022.

Ce sera donc un long tournoi durant lequel tout peut arriver, notamment parce que la composition des sélections peut changer d’un match à l’autre en raison des blessures.

L’aboutissement de tout ça permettra aux trois meilleures formations d’obtenir leur billet pour le Qatar. L’équipe de quatrième place participera quant à elle aux éliminatoires interconfédérations. Quatre nations de quatre confédérations différentes se battront pour les deux dernières places.

Une vraie chance d'aller au Qatar? 

Le Canada a accompli un gros boulot pour se rendre à cette phase finale de qualification pour la Coupe du monde, mais quelles sont ses chances réelles de participer au grand rendez-vous?

Il serait facile de dire que la formation de John Herdman sera figurante, mais ça serait un peu simpliste de penser ainsi. Surtout que lors des deux premiers tours, aucun match du Canada n’a été disputé à la maison.

Les choses seront bien différentes cette fois-ci puisque les Canadiens auront le luxe de jouer devant leurs partisans en troisième ronde.

Le pays va amorcer son tournoi jeudi soir contre le Honduras au BMO Field de Toronto. Il s’agira d’un très bon test d’entrée de jeu même s’il s’agit de l’équipe la moins bien classée des cinq ayant accédé directement à ce troisième tour.

Les Canadiens vont ensuite se rendre à Nashville, où ils seront opposés aux États-Unis, dimanche. Ils reviendront au BMO Field pour recevoir le Salvador, mercredi prochain.

Les 11 autres matchs seront disputés lors des fenêtres d’octobre, novembre, janvier et mars.

Avec Davies et David 

Les représentants de l’unifolié devront donc travailler fort et compter sur une bonne dose de chance afin d’obtenir un billet pour le Qatar.

La formation est jeune et a démontré beaucoup de motivation lors des deux premières phases. Elle joue de façon dynamique et aime attaquer, mais devra soigner son jeu défensif pour protéger Maxime Crépeau, qui excelle devant le filet.

Le Canada comptera cette fois-ci sur l’arrière gauche Alphonso Davies et l’attaquant Jonathan David, blessés en début d’été et pendant la Gold Cup, en juillet.

Alors, oui, on a le droit de rêver parce que cette formation est possiblement la meilleure que le Canada ait eue depuis plusieurs décennies.