Crédit : AFP

NFL

Ouragan Ida: les Saints en pleine incertitude

Publié | Mis à jour

L’ouragan Ida a fait des ravages en Louisiane et les Saints pourraient devoir attendre plus d’une semaine pour retrouver La Nouvelle-Orléans.

Pendant que l’État du sud des États-Unis tente de se relever après des vents de près de 240 km/h ayant causé des dommages que le gouverneur John Bel Edwards a qualifié de catastrophiques, les Saints ont temporairement élu domicile à Dallas. Et les pannes de courant pourraient les forcer à y demeurer encore quelque temps.

Si aucun dommage ne semble avoir été constaté au Caesars Superdome, le premier match de la saison, contre les Packers de Green Bay lors de la première semaine d’activités, le 12 septembre, pourrait être reporté.

«De toute évidence, nous aurons un plan B, a fait valoir l’entraîneur-chef de l’équipe, Sean Payton, selon des propos rapportés par le réseau ESPN lundi. Il y a beaucoup d'autres choses probablement d'un point de vue prioritaire qui sont plus importantes pour notre ville. Mais cela dit, nous prévoyons pleinement de commencer la saison régulière contre Green Bay et la question serait alors de savoir où en est ce match. [Mais] je ne le vois pas à Green Bay.»

Prendre soin de tout le monde

D’ici à ce que la situation soit plus claire, les Saints profiteront des infrastructures des Cowboys. Ils prévoient s’y entraîner au moins jusqu’à mercredi. Un congé était déjà prévu pour les joueurs de jeudi à dimanche et pour le reste, le mystère plane.

Les joueurs pourront donc se reposer et le pilote compte bien avoir une idée beaucoup plus précise à leur présenter dimanche. Mais d’ici là, il devra retrancher certains d’eux à un bien mauvais moment, pendant que les joueurs et leurs familles sont loin de la maison, dans des chambres d’hôtel et l’incertitude.

«J’en ai parlé lors de la réunion d’équipe [lundi] matin: "les gars, je suis fier de la façon dont nous avons géré cela, c'est génial que vous soyez ici avec vos familles. Il y a un certain nombre de points positifs que nous pouvons en tirer, comme avoir pu se mettre hors de danger."»

«Mais je n'aime pas l'environnement par rapport aux 24 prochaines heures avec la formation qui va rétrécir, avec toutes les familles ici. Donc, j’ai dit: "nous devons juste comprendre qu'il y a beaucoup de bons côtés à être ici, mais il y a des défis quand il s'agit d'emplois en jeu. Et nous allons faire de notre mieux pour prendre soin de tout le monde."»