Boxe

«C’est une fois de trop» - Kim Clavel

Publié | Mis à jour

Même si elle a livré la meilleure performance de sa carrière samedi soir, Kim Clavel a de la difficulté à sourire. Elle est affectée par les événements qui se sont déroulés lors du combat de Marie-Pier Houle.

«C’est triste, ce qui est arrivé. Ce sont les risques de la boxe, a souligné Clavel au Journal de Montréal lundi. Chez les femmes? Je n’ai jamais vu cela de toute ma carrière.» 

«C’est un accident. Un cas isolé. Ce n’est pas comme si ça arrive à chaque gala de boxe. C’est une fois de trop.»

La protégée de Danielle Bouchard n’a pas été informée de la gravité de la situation avant de monter sur le ring pour son combat contre Maria Soledad Vargas.

«Contrairement aux autres amphithéâtres, on n’avait pas d’écrans de télévision dans le vestiaire pour nous montrer les autres combats. On était très loin de l’action, a expliqué Clavel. Je pense que mon promoteur Yvon Michel, Alexandra Croft et mon entourage ne voulaient pas que Mikael [Zewski] et moi soyons au courant.»

«Ça aurait pu nous jouer dans la tête. Tout ce qu’on savait, c’était que Zapata était partie en ambulance. Ça peut arriver pour plusieurs scénarios comme une fracture du nez ou une autre blessure. On n’a pas pensé qu’elle pouvait lutter pour sa vie.»

Comme Dicaire 

Lorsqu’Adonis Stevenson a frôlé la mort après sa défaite contre Oleksandr Gvozdyk en 2018, la conquête du titre mondial de Marie-Ève Dicaire avait été reléguée au second plan.

On assiste à une scène similaire depuis samedi. La brillante performance de Clavel est passée deuxième en raison de la gravité de l’état de santé de Zapata.

Toutefois, celle qu’on surnomme «KK» n’a pas l’intention de faire passer sa petite personne avant cette situation tragique. Ce serait très mal la connaître.

«J’étais contente de voir tout mon monde après la victoire, mais ma tête et mes pensées étaient avec la fille [Zapata]. Je me disais que je ne pouvais pas célébrer pendant qu’une boxeuse est en train de se battre pour sa vie.»

«Je n’avais pas l’esprit à la fête. Je ne suis pas égoïste. Ma "job" dans le ring a été faite. L’important, c’était d’obtenir la victoire. La priorité, c’est qu’elle s’en sorte. Toutes mes énergies et mes prières sont dirigées vers elle.»

Victoire avec panache 

Grâce à sa victoire contre Vargas, Clavel a mis la main sur le titre «Silver» du World Boxing Council (WBC).

«Mon entraîneure Danielle Bouchard m’a donné un A+ et m’a dit que j’avais un coeur de championne. Ça m’a vraiment touchée. Elle n’aurait pas dit cela pour le plaisir. Elle le pense vraiment.»

Une performance qui pourrait lui ouvrir la porte pour un combat de championnat du monde avant la fin de l’année. C’est le plan de Clavel et de son équipe.