Crédit : Photo Martin Chevalier

Alouettes de Montréal

Vernon Adams fils en quête de réponses

Publié | Mis à jour

Le quart des Alouettes de Montréal Vernon Adams fils est arrivé avec son équipement complet lors de son point de presse avec les journalistes après la défaite contre les Tiger-Cats de Hamilton, vendredi.

L’Américain est conscient qu’il ne joue pas à la hauteur des attentes. Sa confiance semble affectée et son langage corporel n’envoie pas un bon message à son équipe. «Je n’ai pas assez bien joué, a indiqué Adams fils. Ce n’est même pas proche. C’est dommage parce que la défense a tellement bien joué.» 

«On a placé notre formation dans de mauvaises situations. Mon interception en fin de match nous a fait mal. Je ne sais pas ce qui se passe, mais je dois me secouer.»

Après une question d’un collègue d’un autre réseau, Adams fils a regardé dans le vide pendant quelques secondes.

«Je dois être meilleur simplement. Je dois être plus efficace et aider mon équipe à faire bouger les chaîneurs.»

Même s’il est bien protégé par sa ligne offensive, Adams fils a tendance à précipiter ses passes. Lorsqu’il en rate une, il a souvent le réflexe de dire aux membres de son unité que la faute lui revient.

«Je ne sais pas pourquoi je me sens comme ça, a ajouté le numéro 8 des Alouettes. Je dois jouer avec plus de confiance. C’est difficile présentement.

«Je ne dirais pas que le doute s’est installé en moi, mais je me pose des questions. Je tente de trouver ce qui n’a pas fonctionné. J’avais connu une bonne semaine d’entraînement. [Le poste de partant], c’est ce que je voulais et ce pourquoi je suis payé.»

Jones calme 

Du côté de l’entraîneur-chef Khari Jones, il a toujours confiance en son quart même s’il ne joue pas du bon football depuis deux matchs. Il n’est pas prêt à peser sur le bouton panique.

«Il doit trouver une façon de trouver son rythme, a-t-il mentionné. J’ai encore foi en lui pour faire le travail.»

«Il avait eu une très bonne semaine d’entraînement, mais ça ne s’est pas transposé dans le match. On va continuer de travailler et on va l’aider. Il y a plusieurs choses sur lesquelles on doit travailler.»

«La façon dont il joue me dérange un peu. Je sais qu’il peut mieux jouer. Je crois qu’il a seulement besoin de quelques bonnes séquences pour se sentir à nouveau confortable sur le terrain.»