Football universitaire RSEQ

Un botté d’envoi attendu avec fébrilité

Jean Carrier

Publié | Mis à jour

Glen Constantin était de bonne humeur pour le point de presse de l’ouverture de la saison du Rouge et Or. Une journée qu’il attendait depuis longtemps et il était très reconnaissant pour la reprise du football.

«Je suis très excité. Nous le sommes tous. Je remercie l’université d’avoir tout fait pour voir ce jour arriver. Je suis tellement excité pour les joueurs également. Ils ont su garder la motivation à travers tous les obstacles de la pandémie. Je lève mon chapeau à ces gars-là et je ne juge absolument pas ceux qui ont décidé de quitter en chemin.»

Avec la dernière saison annulée, l’entraîneur avoue que la préparation du match face aux Redbirds de McGill n’est pas évidente.

«On se concentre beaucoup sur notre façon de jouer. Il y a tellement de choses qui ont changé en deux ans. J’ai quand même regardé des parties de 2019, mais il faudra être prêt à s’adapter rapidement lors de la rencontre.»

Constantin était d’ailleurs ravi de la prestation des siens pendant le camp d’entraînement. «C’est la première fois qu’il y a plus de joueurs recrues que de vétérans. Je m’attendais à ce qu’on soit plus rouillé, mais j’ai été agréablement surpris jusqu’à maintenant», même s’il a mentionné qu’il s’attendait à la possibilité de voir plus de revirements qu’à l’habitude en raison de la longue pause de football.

Il a d’ailleurs donné son vote de confiance à la décision de Justin Éthier d’opter pour Thomas Bolduc comme quart-arrière partant.

«Mon travail est de recruter des quarts, mais c’est entièrement la décision de Justin de décider qui joue. Je le supporte à 100 % et Thomas a montré de l’excellent leadership comme pivot. Je suis aussi très content du travail de notre unique botteur Vincent Blanchard pendant le camp.»

Fausse Normalité

Aux yeux de l’entraîneur, il est faux de dire que la normalité est de retour. Celui-ci avait une théorie intéressante sur les prochains gagnants de la coupe Dunsmore.

«Les compteurs sont de retour à zéro et la pandémie a probablement considérablement réduit l’écart entre les équipes. Je crois que c’est l’équipe qui sera en mesure de mieux s’adapter à toutes les contraintes qui risque de l’emporter.»

À l’approche de l’entrée en scène du passeport vaccinal pour ses joueurs, le pilote avoue que la très grande majorité du club devrait être en mesure de jouer.

«Tous nos joueurs ont reçu la première dose et je pense qu’il y en avait très peu qui n’avaient pas encore la deuxième dose. Ils ont été avertis depuis longtemps et on ne freinera pas notre groupe pour quelques exceptions. Je ne tiens pas à mettre en péril notre saison ou celle des autres formations.»

Salle comble

Les dirigeants de l’Université Laval ont annoncé que la limite de 6500 spectateurs serait atteinte pour la rencontre face à McGill.

Ils demandent aux gens d’aller chercher les billets à la billetterie rapidement afin d’éviter les attroupements avant la rencontre de dimanche.

Des vétérans impatients de frapper

Le vétéran porteur de ballon Joanik Masse ne fait pas de cachette, il est grand temps de voir d’autres uniformes que celui de son équipe sur le terrain.

«J’ai vraiment hâte à mon premier contact. Ça va faire du bien. C’était un peu étrange d’avoir eu de véritables répétitions lors du match simulé, mais l’intensité n’est pas la même qu’un vrai match», mentionne l’étudiant en administration des affaires.

Le produit des Faucons de Lévis avoue qu’il s’est posé quelques questions sur son avenir pendant la pandémie.

«C’est juste normal de s’interroger et de se demander si ça vaut la peine de continuer. Quand j’ai vu tout le travail que les entraîneurs faisaient pour nous garder en forme, cela m’a motivé à continuer et je suis vraiment content d’être resté.»

Comme à son habitude, l’offensive du coordonnateur offensif Justin Éthier possède plusieurs porteurs de ballon de qualité. Une situation qui n’effraie absolument pas le principal intéressé.

«L’équipe passe en premier. Si les entraîneurs jugent qu’il est préférable que d’autres joueurs touchent au ballon, je n’ai aucun problème avec ça. De toute façon, j’ai touché amplement au ballon pendant mon parcours collégial», termine-t-il à la blague.

Lignard expérimenté

Le joueur de ligne défensive Yanis Chihat est une denrée rare dans la défensive de Marc Fortier. L’athlète prend son rôle de vétéran au sérieux, il n’y a pas beaucoup de joueurs qui possèdent de l’expérience universitaire dans la boîte défensive.

«J’ai vécu des grands succès avec le Rouge et Or comme la victoire de la Coupe Vanier en 2018. C’est important de perpétuer cette tradition aux jeunes joueurs. Ça se fait naturellement et je ne me place aucune pression additionnelle sur les épaules pour le faire.»

Malgré tout son bagage avec la formation de Laval, Chihat avoue qu’il est fébrile pour le match de dimanche face aux Redbirds.

«C’est certain que je pense à pourchasser le quart-arrière adverse et faire un sac. C’est quand même notre travail sur le terrain. Tout le monde a vraiment hâte de fouler le terrain, c’est le temps que ça commence.»