Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

La saga Evander Kane se poursuit

Publié | Mis à jour

D’autres ennuis pourraient attendre Evander Kane, car cette fois, l’attaquant des Sharks de San Jose aurait refusé de remettre une somme d’au moins 2 millions $ qu’il avait promise à une femme si elle se faisait avorter.

C’est ce que le site The Athletic a révélé, mardi. Hope Parker a obtenu de la cour l’autorisation pour amasser les preuves en vue d’un procès.

Parker affirme qu’elle a mis un terme à sa troisième grossesse découlant de relations sexuelles qu’elle a eues avec l’athlète en raison de la promesse de celui-ci et qu’elle n’a jamais reçu l’argent. Or, Kane a quant à lui déclaré avoir changé d’idée avant la procédure d’interruption de grossesse.

La femme a amorcé ses démarches légales en 2018, mais la pandémie de COVID-19, puis la déclaration de faillite de Kane, ont repoussé les audiences. La présumée victime a d’ailleurs amorcé les procédures pour s’assurer que la dette de Kane à son endroit soit à l’abri de la faillite.

Les avocats spécialisés interrogés par The Athletic ont par ailleurs avancé qu’une entente hors cour pourrait survenir si Kane veut éviter que d’autres informations dommageables ne fassent surface.

Kane a fait parler de lui pour de nombreuses raisons malheureuses cette année. Sa femme l’a notamment accusé de l’avoir abandonnée avec un enfant, lorsqu’elle était enceinte, et d’avoir parié contre sa propre équipe cette année. La Ligue nationale de hockey a d’ailleurs ouvert une enquête au sujet de ses présumés paris.

Le site The Athletic a depuis révélé, par le biais de sources anonymes, que Kane n’était déjà plus le bienvenu auprès de ses coéquipiers. Le Canadien de 30 ans doit encore écouler quatre saisons à sa lucrative entente de sept ans et 49 millions $ signée en 2018.