Crédit : AFP

LNH

«C’est évidemment très frustrant» -Auston Matthews

Publié | Mis à jour

Les Maple Leafs de Toronto ont été incapables de gagner une seule ronde éliminatoire lors de chacune de leurs cinq dernières saisons, mais l’attaquant Auston Matthews croit que ces nombreux échecs rendront l’équipe meilleure.

La plus récente contre-performance de la formation torontoise est survenue durant la dernière saison, alors qu’elle a échappé une avance de 3-1 dans sa série de premier tour contre le Canadien de Montréal, pour s’incliner en sept matchs.

«C’est évidemment très frustrant, a-t-il révélé au réseau ESPN, jeudi, après avoir été choisi comme étant l’athlète qui sera sur la couverture du jeu vidéo "NHL 22". C’est plate en ce moment. Les gens ont leurs opinions et ils peuvent dire ce qu’ils veulent, et ils ont tous les droits, mais je crois vraiment en cette équipe et les joueurs qui la composent, le noyau plus particulièrement. Je crois vraiment que nous allons accomplir plusieurs choses. Nous allons devenir meilleurs à la suite de ces défaites, devant l’adversité.»

«Nous pouvons seulement aller vers l’avant. La défaite en séries est plate. Il n’y a aucun autre moyen de le dire. C’était décevant. Mais le sentiment sera simplement meilleur quand nous gagnerons.»

Continuer à y croire

Sur un plan personnel, Matthews se remet présentement d’une opération au poignet qu’il a subie plus tôt au mois d’août, à la suite d’une blessure qui est survenue durant un entraînement.

La vedette des Maple Leafs devrait être de retour à temps pour le début de la prochaine saison, au sein d’un groupe que le directeur général Kyle Dubas a passablement remanié au cours de la saison morte.

En effet, les Petr Mrazek, Nick Ritchie, David Kampf, Ondrej Kase et Michael Bunting son maintenant dans la formation, remplaçant notamment Frederik Andersen (Hurricanes de la Caroline), Zach Hyman (Oilers d’Edmonton), Joe Thornton (Panthers de la Floride), Nick Foligno (Bruins de Boston), et Zach Bogosian.

Mais le noyau, constitué de Mitch Marner, John Tavares, William Nylander, Morgan Rielly et Matthews, n’a pas changé. Et Dubas a récemment réitéré sa confiance envers ses vedettes, qu’il croit capables de remporter la coupe Stanley.

«Ce n’est pas nouveau pour nous, a dit Matthew. Nous savons que c'est ce que [Dubas] ressent. Quand il le répète, cela nous donne confiance pour aller de l'avant. C'est tout ce que vous pouvez demander, que votre directeur général et tous vos coéquipiers croient vraiment l'un en l'autre.»

La formation ontarienne tentera ainsi, le printemps prochain, d’atteindre le deuxième tour des éliminatoires pour la première fois depuis 2004.