FILES-OLY-2020-2021-JAPAN-HEALTH-VIRUS

Crédit : AFP

Omnium banque Nationale

«Je suis vraiment heureuse d’être à Montréal» - Coco Gauff

Publié | Mis à jour

À seulement 17 ans, Coco Gauff représente une menace constante pour les meilleures joueuses de tennis de la planète et fait rapidement sa place parmi l’élite de sa discipline.

L’Américaine sera d’ailleurs à surveiller à l’Omnium Banque Nationale de Montréal, elle a qui bénéficié d’une pause forcée dans les dernières semaines.

En effet, la jeune sensation de la WTA a été contrainte de renoncer aux Jeux olympiques de Tokyo en raison d’un diagnostic positif à la COVID-19. Elle n’a donc pas joué depuis son élimination en huitième de finale à Wimbledon.

«C’était très décevant. J’étais super excitée [d’aller aux Jeux] et j’en parlais constamment depuis le mois de janvier. Parfois, les choses se passent d’une certaine manière et vous n’avez aucun contrôle», a exprimé Gauff, lundi, lors d’une conférence de presse.

Ayant choisi de regarder en avant et non en arrière, la native d’Atlanta est même capable de voir du positif dans cette situation.

«Cela m’a permis d’avoir un petit moment de repos, ce qui m’a donné la chance de réfléchir, de passer du temps avec ma famille et de faire des choses que je n’ai jamais vraiment le temps de faire dans une saison normale», a-t-elle dit, avant d’ajouter qu’elle était bien heureuse de revenir à la compétition.

«Je suis motivée d’être de retour sur les terrains et de compétitionner. Je suis vraiment heureuse d’être à Montréal.»

En quête d’agressivité

Cette histoire maintenant derrière elle, Gauff a bien l’intention de poursuivre sur la lancée lui ayant permis d’atteindre le 24e rang mondial en 2021. Pour ce faire, elle mise sur une approche agressive.

«Présentement, je travaille fort sur ma première balle de service, mes deux premiers coups de raquette et sur mon agressivité en général», a révélé celle qui détient déjà deux titres en simple et trois en double sur le circuit de la WTA.

Gauff a également parlé de l’importance de s’habituer rapidement à la surface de jeu dure des courts du Stade IGA. Elle a éprouvé de la difficulté à faire la transition entre la terre battue et le gazon.

«Pendant la saison sur terre battue, je frappais les balles avec force et dans les coins supérieurs. Sur le gazon, cela a moins bien fonctionné. J’ai l’impression que le dur représente un entre-deux. Je me concentre sur mon objectif d’être agressive, mais pas trop. J’essaie aussi de mieux faire dans mes montées au filet pour y finir les points.»

L’Américaine effectuera ses débuts à Montréal mardi, lorsqu’elle se mesurera à la Lettone Anastasija Sevastova.