Tennis

Un rêve pour deux amis

Publié | Mis à jour

Malgré la défaite, il y avait deux amis très heureux lundi, sur le terrain numéro 1 du Centre Aviva de Toronto.

Félix Auger-Aliassime s’est offert un petit cadeau en disputant le double de l’Omnium Banque Nationale de Toronto avec l’un de ses plus anciens amis, le Québécois Alexis Galarneau. Le Lavallois, 419e sur le circuit de l’ATP, a passé les dernières années sur le circuit universitaire américain.

Le Lavallois, 419e sur le circuit de l’ATP, a passé les dernières années sur le circuit universitaire américain.

«Alexis est l’une des personnes que je connais depuis le plus longtemps. C’est un bon joueur, il vient de finir sa carrière universitaire, alors je me disais que ça lui donnerait l’occasion de jouer un tournoi de cette envergure», a expliqué Félix en conférence de presse.

La paire québécoise s’est inclinée 6-4 et 7-6 (6) devant le redoutable duo composé des Russes Karen Khachanov et Andrey Rublev, deux joueurs qui figurent parmi les 30 meilleurs au monde en simple.

«On était déçu après le match. On est tous les deux compétitifs. Mais quand on a pris le temps d’y penser, on s’est dit qu’on avait réalisé un rêve de jeunesse de jouer ensemble à l’Omnium Banque Nationale», a souligné Galarneau au Journal.

Une connexion

Les amis se connaissent depuis qu’ils ont 8 et 9 ans. Ils se sont rencontrés au camp d’Équipe Québec en 2008. Leurs carrières ont pris des tangentes différentes au fil des ans - Galarneau fera ses débuts chez les pros cette année, tandis que Auger-Aliassime est un des meilleurs joueurs de sa génération -, mais les deux joueurs restent en contact et se parlent chaque semaine.

«Ça faisait vraiment longtemps qu’on n’avait pas joué ensemble, mais on a eu une super connexion sur le terrain», a relevé Galarneau.

Et pour ceux qui s’inquiètent, cette union ne veut pas dire la fin du duo Félix Auger-Aliassime-Denis Shapovalov, que l’on a vu quelques fois par le passé.

«C’est souvent une question d’horaire, a souligné Félix. Denis a d’autres partenaires de double et moi aussi. Mais vous allez nous revoir ensemble dans le futur. Ce n’est pas arrivé récemment, mais il n’y a rien derrière ça. C’est une question de circonstances.» 

ENTREVUE GALARNEAU -