MTS-SPO-TEN-WTA-2021-MIAMI-OPEN---DAY-11

Crédit : AFP

Omnium banque Nationale

Un duel de têtes d’affiche canadiennes à prévoir

Publié | Mis à jour

Le tirage au sort pour l’Omnium Banque Nationale de Montréal a été effectué samedi et la championne en titre du tournoi, la Canadienne Bianca Andreescu, pourrait affronter sa compatriote Leylah Annie Fernandez dès son premier duel, au deuxième tour.

Sans rien confirmer, Eugène Lapierre, le directeur de l'Omnium Banque Nationale, a estimé qu’on devrait voir la cinquième raquette du classement de la WTA en action mercredi, puisqu’elle a obtenu l’un des laissez-passer pour sauter directement au second tour. 

Ainsi, Andreescu, deuxième tête d’affiche de la compétition, affrontera la gagnante d’un duel entre Fernandez et une adversaire issue des rondes de qualifications qui est encore à déterminer. 

Fernandez, 70e au classement mondial, est maintenant âgée de 18 ans. Elle a participé à son premier tournoi à Montréal alors qu’elle n’avait que 15 ans et elle est prête à profiter de l’engouement de la foule pour se démarquer. 

«Je suis très contente d’être de retour, je me rappelle il y a trois ans, j’étais sur le court 5 et l’ambiance était incroyable, a-t-elle raconté sur les ondes de TVA Sports. Ce que je veux faire, c’est gagner le plus de titres possibles, d’aller en finale et d’avoir le plus de trophées dans ma chambre.» 

La Montréalaise compte utiliser son expérience acquise dans le passé pour mettre toutes les chances de son côté, elle qui sait pleinement que de nombreux défis l’attendent. 

«Je suis un peu plus mature, alors on va voir ce que ça donne au premier match. On va prendre ça un match et une journée à la fois. Toutes les joueuses qui sont ici sont très bonnes et je vais me préparer comme d’habitude.» 

Une troisième Canadienne en lice, Rebecca Marino (219e), affrontera pour sa part l’Américaine et 16e tête d’affiche du tournoi Madison Keys. Ce sera un affrontement de taille pour la représentante de l’unifolié. 

Un nouveau souffle international 

Pour ce qui est de l’organisation du tournoi, Lapierre ne cache pas que le parcours a été parsemé d’embûches, mais que de pouvoir voir plusieurs des meilleures joueuses de tennis au monde en action en vaut pleinement la peine. 

«Ç'a été très compliqué de tenir le tournoi, particulièrement à cause de la nature multinationale de l’aventure, a-t-il expliqué. C'est le premier véritable événement international au Canada. Il fallait démontrer à la Santé publique du Canada que l’arrivée de 400 personnes, quand on compte les joueuses, les entraîneurs, les caméramans, etc., n’allait pas apporter une possibilité de propagation du virus. On a présenté un protocole en béton.» 

Les rondes de qualification pour l’accès au tableau principal ont été entamées samedi et le premier tour éliminatoire aura lieu dès lundi.