CANOE-SPRINT-OLY-2020-2021-TOKYO

Crédit : AFP

Olympiques

Une autre médaille pour Laurence Vincent Lapointe!

Publié | Mis à jour

La Québécoise Laurence Vincent Lapointe effectue tout un retour à la compétition pendant ces Jeux olympiques de Tokyo. Après avoir remporté l’argent seule au 200 m, la canoéiste est allée chercher une médaille de bronze pour compléter son parcours au Japon de belle façon, vendredi soir, heure du Québec, sur le Canal de la Forêt de la mer.

Au 500 mètres en canoë biplace, la Trifluvienne et sa partenaire néo-écossaise, Katie Vincent, n’ont terminé que derrière les Chinoises et les Ukrainiennes, avec un temps de 1 min 59,041 s. Elles ont concédé près de quatre secondes aux gagnantes, qui ont survolé la compétition. 

Il s'agit de la 23e médaille canadienne à ses Jeux de Tokyo, ce qui surpasse le total de 22 présences sur le podium enregistré à Rio en 2016.

Après de multiples titres de championne aux Mondiaux à travers les années, tant en solo qu’en duo, Vincent Lapointe a bien garni son tableau de chasse à ses premières olympiades.

Les Canadiennes avaient atteint la finale de leur discipline plus tôt dans la journée en terminant au deuxième rang dans leur vague de demi-finale, derrière les Ukrainiennes, qui avaient dominé la course d’un bout à l’autre.

Preuve de ténacité 

Le chemin pour se rendre parmi les meilleurs équipages n’a pas été de tout repos pour les Canadiennes. Après tout, il s’agissait de la première fois en plus de deux ans que le duo était réuni en C-2 et il leur a fallu un temps d’adaptation pour retrouver leurs marques.

Après avoir terminé troisièmes de leur série de qualification, Vincent Lapointe et Vincent ont dû passer par l’étape des quarts de finale, qu’elles ont facilement dominée devant la Moldavie et le Bélarus.

L’athlète de 29 ans avait dit après cette course composer avec beaucoup de fatigue mentale et physique, elle qui venait tout juste de remporter l’argent en solo. Elle n’a pu s’entraîner aussi bien qu’elle l’aurait voulu au cours des dernières années à cause de la COVID-19, mais surtout en raison du scandale de dopage dont elle a finalement été blanchie en janvier 2020.