Crédit : Photo AFP

Sports divers

JO : Les Canadiennes en bonne position au soccer

Publié | Mis à jour

Janine Beckie a inscrit deux filets et les Canadiennes ont vaincu le Chili au compte de 2 à 1 dans un duel de soccer aux Jeux olympiques de Tokyo, samedi.

L’attaquante de 26 ans a ouvert la marque à la 39e minute avant de doubler l’avance des représentantes de l’unifolié deux minutes après le début de la deuxième demie. Elle aurait pu terminer le match avec trois buts puisqu’elle a touché le poteau sur un tir de pénalité à la 21e minute.  

«En tant qu’attaquante, c’est mon rôle de mettre le ballon au fond du filet donc, de revenir et de gagner après une performance un peu décevante au premier match, c’était ce qu’on voulait, a déclaré Beckie selon un communiqué de Canada Soccer. Le but ultime d’un tournoi c’est de remporter des victoires, de remporter trois points et c’est ce qu’on a fait aujourd’hui. Je suis contente d’avoir accompli mon boulot pour l’équipe.»

Le Chili a inscrit son seul filet de la rencontre à la 57e minute à l’aide d’un tir de pénalité.

Avec un verdict nul de 1 à 1 contre le Japon en lever de rideau, le Canada s’est emparé provisoirement du premier rang du Groupe E et doit affronter le Royaume-Uni mardi. Huit des 12 équipes progresseront en quarts de finale après le tournoi préliminaire.

«En résumé, je suis heureuse du résultat. Nous étions ici pour obtenir trois points et c’est ce que nous avons fait. Nous ne sommes pas surprises de l’allure du match. Personne ne s’attendait pas à ce que ce soit facile », a dit l’entraîneuse-chef Bev Priestman. Nous retirons les éléments positifs, mais il faut maintenant se reconcentrer, car notre prochain match contre la Grande-Bretagne est très important.»

Woods à quelques centimètres d'une médaille  

Dans le magnifique décor du Mont Fuji comportant une arrivée sur le mythique circuit du Speedway International qui pouvait accueillir des spectateurs, le Canadien Michael Woods a été un des acteurs principaux de la course sur route et il a raté le podium de peu en terminant en cinquième place.

Wood a tout laissé sur le parcours. Il a lancé plusieurs attaques et occupé la tête à un certain moment, mais ce ne fut pas suffisant pour atteindre son objectif de se glisser sur le podium. Il a cédé 1 min 7 s au vainqueur équatorien Richard Carapaz qui a franchi le fil d’arrivée en 6 h 05 min 26 s après 234 kilomètres de grosse besogne par une chaleur et une humidité très grandes.

Avec un temps identique à Woods, le Belge Wout van Haert et le vainqueur du Tour de France Tadej Pogacar ont complété le podium.

«Je suis fier de ma course et je n’ai aucun regret, a déclaré Woods dans la zone mixte. C’est malheureux de ne pas gagner une médaille, mais j’ai fait une bonne course. Je ne suis pas déçu et je n’ai aucun regret parce que j’ai fait tout ce que je pouvais. J’avais dit à des amis que je pourrais terminer dans le top 5 si je connaissais la meilleure course de ma vie et peut-être espérer une médaille avec un peu de chance.»

«J’ai été l’un des meilleurs grimpeurs de la course, de poursuivre Woods. Parce que c’est ma force, je suis plus surveillé et c’est plus difficile de se sauver. Je n’ai pas été en mesure de créer d’écart avec van Aert. Si j’avais pu le distancer dans les montées, j’aimais mes chances. Le Belge était en mission et il a fermé tous les trous.»

Woods a signé la deuxième meilleure performance canadienne de l’histoire sur route chez les hommes. Steve Bauer qui est le directeur sportif de l’équipe canadienne à Tokyo avait remporté l’argent aux Jeux de Los Angeles en 1984.

Des coéquipiers élogieux

Si une médaille était l’objectif avoué, Guillaume Boivin estime que Woods peut rentrer au pays la tête haute. «Le niveau est tellement élevé qu’une cinquième place et surtout d’avoir bataillé pour la victoire est tout un exploit, a-t-il souligné au sujet de son coéquipier chez Israel Start-Up Nation. Il aurait pu rêver à une médaille, mais il peut être super fier de sa performance.»

Hugo Houle abondait dans le même sens. «C’est un beau résultat et Mike n’a pas à être déçu. C’est incroyable de terminer en cinquième place avec les gros noms qu’il y avait ici. Peu de Canadiens ont obtenu un tel résultat et j’espère que sa performance va inspirer des jeunes à opter pour le cyclisme.»

Retour de l’ascenseur

Si les Québécois ont fait l’éloge de leur leader, Woods a salué l’apport déterminant de ses deux coéquipiers. «J’étais tout près au moment d’une chute en début de course et j’ai brisé une chaussure, a-t-il raconté. Je l’ai changé sur mon vélo et grâce au travail de Guillaume et de Hugo j’ai pu rejoindre le peloton. Je suis vraiment fier de Guillaume qui m’a bien placé pour la dernière montée.»

Naissance d’une journée à l’autre

Woods quitte le Japon dès dimanche avec l’espoir d’assister à la naissance de son deuxième enfant. «Mon épouse est dilatée à quatre centimètres, a-t-il mentionné. La date prévue de l’accouchement est mardi. J’espère que notre petit garçon attendra mon retour pour venir au monde.»