Canadiens de Montréal

Un choix controversé du Tricolore

Publié | Mis à jour

Logan Mailloux avait un seul souhait pour ce repêchage. Il ne voulait pas entendre son nom. Il préférait faire l’impasse sur 2021 en raison d’une accusation de nature sexuelle et repousser son rêve au repêchage de 2022.

Il y a rarement des histoires de la sorte. Mais selon les règlements de la Ligue nationale de hockey (LNH), un joueur ne peut se sortir de son admissibilité au repêchage malgré sa propre volonté.

Mailloux se retrouvait au cœur d’une tempête. Le défenseur des Knights de London a passé la dernière saison avec le SK Lejon en Suède. Au mois de novembre, il a été accusé d’avoir pris et distribué une photo explicite sans le consentement d’une partenaire sexuelle.

«Être repêché dans la LNH est un honneur et un privilège qui ne doit pas être pris à la légère, avait écrit Mailloux mardi sur Twitter. Le repêchage de la LNH devrait être le moment le plus excitant de la carrière d’un joueur et en raison des circonstances, je ne crois pas que j’ai démontré assez de maturité pour obtenir ce privilège en 2021.»

«C’est pourquoi je crois qu’il est préférable que je renonce au repêchage en 2021 et je demande aux équipes de ne pas me sélectionner cette fin de semaine.»

Le CH n’a pas suivi le choix du jeune défenseur de 6 pi 3 po et 212 lb. Avec le 31e choix au premier tour, Marc Bergevin a prononcé le nom de Logan Mailloux. Sur les différents plateaux de télévision, c’était la consternation.

Une déclaration

Avant de répondre aux questions des journalistes, Bergevin a lu une déclaration. Le DG savait très bien que ce choix était risqué et contesté.

«En sélectionnant l’espoir Logan Mailloux au 31e rang, l’organisation des Canadiens de Montréal obtient un joueur de hockey prometteur, mais également un jeune homme qui a récemment admis avoir commis une faute grave. Le Canadien est bien au fait de la situation et ne minimise en aucun cas la sévérité des actions posées. Logan est au courant des impacts de son geste. Sa sortie publique représente à nos yeux les premiers pas d’un cheminement personnel et d’une prise de conscience sincère.»

«Nous prenons aujourd’hui l’engagement d’accompagner Logan dans son cheminement, de lui fournir les outils pour lui permettre de prendre de la maturité et l’aide nécessaire pour le guider dans sa démarche. Nous sommes également engagés à sensibiliser nos joueurs aux répercussions que peuvent avoir de tels gestes sur la vie des autres.»

Point de presse de M. Bergevin -

Dans un repêchage traditionnel, Bergevin aurait parlé d’un jeune homme prometteur, d’un attaquant doué ou d’un ailier avec beaucoup de caractère. Mais après le choix de Mailloux, les sujets restaient plus sensibles.

À ce repêchage, le Tricolore a présentement onze choix. Pourquoi y aller d’un pari aussi élevé au premier tour, plutôt que d’attendre plus tard dans le repêchage?

«À l’interne, on croyait qu’il y avait des chances qu’il ne soit plus là, plus tard, a répliqué Bergevin. Strictement au point de vue du talent, c’était un joueur pour le premier tour. La perception (de la population) aurait été la même si on l’avait repêché au 63e ou 64e rang.»

«Nous travaillerons de près avec lui, a-t-il poursuivi. Nous savons qu’il a des remords. C’est un jeune homme qui a fait une erreur de jugement grave. Nous aurons besoin de travailler avec lui.»

Des remords

Avant sa période de questions avec les journalistes, Bergevin avait eu le temps de s’entretenir avec le défenseur droitier.

«Je viens tout juste de lui parler. Au bout du compte, c’était son but d’être repêché. Il est fier, mais aussi conscient. Il a commis une grosse erreur. À l’époque, il avait 17 ans. Il est prêt à travailler pour devenir une meilleure personne. On croit que c’est une erreur d’immaturité, qu’il est sincère envers la famille (de la victime), qu’il veut réellement s’améliorer et que ces choses-là ne se reproduiront plus jamais.»