Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Repêchage d'expansion

Dix options alléchantes pour le Kraken

Publié | Mis à jour

Le directeur général du Kraken de Seattle, Ron Francis, doit se frotter les mains à l’approche du repêchage d’expansion, qui aura lieu mercredi prochain.

Plusieurs des équipes de la LNH ont choisi de ne pas protéger de très bons joueurs en vue de cet encan qui en rendra plusieurs nerveux.

Voyez les listes de protection complètes des 30 équipes (les Golden Knights de Vegas n’y participent pas). 

Ainsi, Francis aura la possibilité choisir plusieurs bons vétérans, quelques joueurs vedettes et de solides joueurs de soutien.

Voici 10 options que l’homme de hockey voudra sans doute explorer (on s’en tient aux joueurs détenant un contrat et les joueurs autonomes avec compensation) :

Mark Giordano – défenseur 

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Les Flames ont préféré ne pas protéger leur capitaine. Est-ce parce qu’il aura 38 ans en octobre? Malgré son âge, Giordano peut certainement aider le Kraken. Le vétéran a amassé 26 points en 56 matchs la saison dernière et au plan financier, il ne lui reste qu’une saison à son contrat, à un salaire de 6,750 millions $. C’est pas mal d’argent, mais ce n’est que pour un an et considérant tout ce qu’il peut apporter en termes de leadership et de caractère, c’est une belle option pour une équipe qui amorce son parcours. Et il n’a pas raté beaucoup de matchs au cours des dernières saisons.

Yanni Gourde – attaquant 

Crédit photo : Photo AFP

Les partisans du CH ont bien pu observer ce que peut apporter le joueur du Lightning lors des dernières séries. Attaquant tenace, teigneux, capable d’apporter une bonne contribution offensive tout en étant très responsable, Gourde vient avec un contrat qui compte encore trois saisons à 5,166 millions $ par année. C’est raisonnable pour un joueur qui donne absolument tout, qui peut occuper plusieurs rôles et qui a deux bagues de la Coupe Stanley. Il est également à noter que Tampa Bay n’a pu protéger les attaquants Alex Killorn et Ondrej Palat non plus...

Nino Niederreiter – attaquant 

Crédit photo : AFP

Les Hurricanes avaient de dures décisions à prendre et comme ils possèdent plusieurs attaquants de qualité, Nino Niederreiter est devenu disponible. On parle d’un ailier de 6’2’’ de plus de 200 livres qui a mis 20 buts en 56 matchs la saison dernière. Le Suisse, qui aura 29 ans en septembre, n’a plus qu’un an à son contrat qui lui rapporte 5,250 millions $ par saison. Sa réputation n’est plus à faire : il marquerait sa part de buts avec le Kraken.

Max Domi – attaquant 

Crédit photo : AFP

En voilà un qui est capable du meilleur comme du pire. À 26 ans, Domi sort d’une saison difficile avec les Blue Jackets, mais on sait, au Québec, comment le bon changement de décor peut lui faire du bien. Auteur de 72 points en 2018-2019, Domi peut jouer au centre comme à l’aile et son contrat n’est encore valide que pour un an à 5,3 millions $. Le risque n’est pas immense. Le fil de Tie ne peut pas tellement se permettre une autre mauvaise saison. Parions qu’il serait heureux d’avoir la chance de se faire valoir à Seattle, où tout est à bâtir. Et s’il se trouve confortable, il peut sans doute s’approcher des 60 points.

Vince Dunn – défenseur 

Crédit photo : AFP

Le défenseur des Blues est joueur autonome avec restriction. Mais on parle d’un gars de 24 ans qui possède lui aussi une bague de la Coupe Stanley, qui est capable de donner un bon coup de main en avantage numérique et qui ne risque pas de demander la lune après avoir commandé un salaire de 1,875 million $ la saison dernière. Il y a certainement un coup intéressant à jouer ici pour Ron Francis.

Carey Price – gardien de but 

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Ça fait un peu mal, mais il ne faut pas se raconter d’histoires. Si le groupe de propriétaires du Kraken est prêt à allonger tous les dollars nécessaires, le portier du CH pourrait être la fondation du club comme Marc-André Fleury l’a été avec les Golden Knights de Vegas à leurs débuts en 2017. Price tend à être irrégulier en saison régulière et n’est jamais à l’abri d’un pépin physique, mais lors des rendez-vous importants, il est l’un des meilleurs joueurs de la LNH. Après les dernières séries éliminatoires, il est désormais impossible d’en douter. Le DG des Canadiens, Marc Bergevin, prend tout un pari en le laissant disponible.

Alex Kerfoot – attaquant 

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Kerfoot a 26 ans et est capable de piloter un deuxième ou troisième trio en amassant une quarantaine de points. Il a encore deux ans à son contrat qui lui rapporte 3,5 millions $ par saison, ce qui n’est pas exorbitant. Un peu à l’image de Yanni Gourde, Kerfoot est un joueur responsable avec une touche de créativité offensive. Il a aussi un bon coup de patin et un peu de «papier sablé» dans son jeu. Il fut l’un des bons attaquants des Maple Leafs lors de la série de ce printemps contre les Canadiens, ayant amassé six points en sept matchs.

James van Riemsdyk – attaquant 

Crédit photo : AFP

Le gros ailier des Flyers a tout de même obtenu 17 buts et 43 points en 56 matchs la saison dernière. Alors «JVR», même s’il arrive à 32 ans, n’a pas l’air d’un joueur fini. Il lui reste encore deux ans à sept millions $ par saison sur son contrat, mais considérant la qualité du bassin de joueurs de centre dans lequel Seattle pourra piger, le vétéran serait sans doute bien entouré et en position de livrer la marchandise.

Dylan DeMelo – défenseur 

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

L’Ontarien, à 28 ans, entre dans les meilleures années de sa carrière et possède un contrat encore bon pour trois ans à trois millions $ par saison. DeMelo n’est pas un colosse et n’apporte pas grand-chose au plan offensif, mais il s’est révélé, spécialement au cours de la dernière saison, comme le genre de défenseur fiable dont une équipe a toujours besoin. Les Jets se sont d’ailleurs ennuyés de lui lors de la série de deuxième tour contre les Canadiens, alors qu’il était aux prises avec une blessure au bas du corps. Un joueur de soutien de qualité.

Vladimir Tarasenko – attaquant 

Crédit photo : AFP

Tarasenko vient avec quelques points d’interrogation. Où en est-il physiquement? Le Russe a eu des ennuis avec une épaule, notamment. Il a aussi ralenti ces deux dernières saisons, se limitant à une récolte de sept petits buts en 34 matchs. C’est mince, c’est peu convaincant. Mais Tarasenko n’a que 29 ans. Si son corps suit, il peut encore retrouver un peu de son lustre d’antan et il s’agit du type de joueur spectaculaire qui pourrait rendre le Kraken un peu plus attrayant pour les amateurs. L’ancien marqueur de 40 buts coûte cher, à 7,5 millions $ par saison, mais son contrat n’est bon que pour deux saisons. Il reste un pari intéressant.