SÉRIES : Golden Knights vs Canadiens

Crédit : Photo Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

Un coup de poker avec Price

Publié | Mis à jour

À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Marc Bergevin avait probablement cette phrase en tête quand il a concocté sa liste de joueurs protégés pour le repêchage d’expansion du Kraken de Seattle.

Le Canadien opterait pour le pari d’exposer son gardien de franchise en Carey Price dans l’espoir de s’assurer du retour de Jake Allen. Avec cette stratégie, Bergevin miserait sur le gros contrat du numéro 31 comme frein pour le directeur général, Ron Francis. 

Frank Seravalli, un journaliste très crédible qui travaille maintenant pour le site DailyFaceoff, a ébruité la nouvelle en premier samedi. Seravalli a rapporté que les clans de Price et du Canadien avaient exploré la possibilité de lever la clause de non-mouvement.

Cette bombe dans le milieu journalistique a été reprise par un autre informateur dans les sphères de la LNH, Pierre LeBrun. Le collègue du réseau TSN et du site The Athletic a ensuite corroboré l’information. Selon LeBrun, Price aurait bel et bien renoncé à sa clause de non-mouvement afin de ne pas être protégé pour le repêchage d’expansion.

Le Canadien a gardé le silence dans ce dossier, ne retournant pas les messages du «Journal». Toutes les équipes de la LNH, sauf les Golden Knights de Vegas, avaient jusqu’à 17h00 pour soumettre leur liste de protection, selon une formule de sept attaquants, trois défenseurs et un gardien ou huit joueurs (attaquants et défenseurs) et un gardien.

Un immense contrat 

Sur un strict plan logique, le CH n’a aucun intérêt à perdre Price pour rien au profit du Kraken. Bergevin a probablement le sentiment que son homologue de Seattle ne voudra pas hériter du contrat de Price.

Au niveau de l’impact pour le plafond salarial, le gardien originaire d’Anahim Lake en Colombie-Britannique gagnera 10,5 millions $ jusqu’à la fin de la saison 2025-2026. Price touchera également un boni de 11 millions au mois de septembre, une somme colossale pour une jeune équipe comme le Kraken.

Price aura 38 ans à la fin de son entente. Il y a un autre aspect technique à considérer. En levant sa clause de non-mouvement, Price le fait uniquement pour le repêchage d’expansion. Le Kraken, s’il décidait de le réclamer, ne pourrait donc pas l’échanger à une autre équipe sans son consentement.

Choix de premier tour du CH en 2005 (5e au total), Price a joué son hockey junior dans la WHL pour les Americans de Tri-City, une formation située dans l’État de Washington, tout comme la ville de Seattle. Son épouse, Angela Price Webber, est également native de cet état du Nord-Ouest américain.

Francis voulait trop 

En ne protégeant pas Price, Bergevin s’assurerait de garder les services d’Allen, un numéro deux qui a fait du très bon boulot à sa première saison l’an dernier à Montréal.

Le DG du CH aurait regardé d’autres options au cours des derniers jours, soit d’échanger Allen pour un retour intéressant ou d’arriver à une entente avec le Kraken pour que la 32e équipe de la LNH ne le réclame pas lors du repêchage d’expansion.

Selon diverses sources, le prix à payer (un bon espoir et un bon choix au repêchage) pour convaincre Francis de ne pas toucher à Allen était trop considérable.

En plus du capitaine Shea Weber, le CH se retrouverait maintenant avec Price sans protection pour Seattle. Il y a quelques jours, on n’aurait jamais parié sur un tel scénario.