Canadiens de Montréal

Seattle: le CH dévoile sa liste de protection

Publié | Mis à jour

La nouvelle ébruitée samedi soir a été confirmée sur le coup de 10 heures, hier matin, lorsque les listes de protection en prévision du repêchage d’expansion du Kraken de Seattle ont été publiées. Sur celle du Canadien, c’est le nom de Jake Allen et non de Carey Price qui apparaissait dans la case désignée pour le gardien.

Puisque la vedette du Tricolore a accepté de lever sa clause de non-mouvement, Ron Francis, directeur général du Kraken, aura l’occasion d’annoncer son embauche lors de la présentation des joueurs réclamés au sein des 30 autres formations de la LNH (à l’exception des Golden Knights), mercredi soir.

Évidemment, nombreux sont ceux qui se sont demandé quelle mouche avait piqué Marc Bergevin pour laisser son joueur de concession sans protection dans le but de s’assurer de garder les services d’Allen.

Un salaire de 13 M$, dont 11 seront remis en guise de boni de signature au cours des prochaines semaines, paraît difficile à avaler pour une concession naissante. De plus, à elle seule l’empreinte annuelle de 10,5M$ du salaire de Price compterait pour 12,9% sur la masse salariale du Kraken. Ce qui est énorme.

Par contre, avec Price, le Kraken pourrait difficilement mettre la main sur un meilleur porte-étendard.

Anguille sous roche 

Toutefois, s’il y a une chose que le repêchage d’expansion des Golden Knights de Vegas nous a apprise en juin 2017, c’est que cet exercice ne consiste pas seulement à piger dans la cour des autres formations. Les jeux de coulisses, les ententes sous la table et les transactions compensatoires sont nombreux.

Bergevin, qui vivra et mourra avec Price, a assurément protégé ses arrières. D’ailleurs, Angela Price, toujours active sur les réseaux sociaux, y est allée d’une publication rassurante sur son compte Instagram.

«Ne vous inquiétez pas, tout fera bientôt plus de sens», a-t-elle écrit au bas d’une photo où la voit sourire aux lèvres, accompagnée des deux filles du couple.

Reste à savoir quelle entente les deux directeurs généraux ont-ils conclue.