Rose Woo

Crédit : Sébastien St-Jean / Agence QMI

Sports divers

JO: un rôle ingrat, mais important pour Rose Woo

Publié | Mis à jour

Au moment de recevoir sa veste de l’équipe canadienne le mois dernier, la gymnaste québécoise Rose Woo s’est retrouvée vêtue de noir plutôt que de rouge. La jeune femme de 21 ans occupe effectivement le rôle de substitut pour les Jeux olympiques de Tokyo.

«C’est sûr que ce n’est pas la position que je voulais, mais je crois que je dois être positive dans cette situation, même si c’est parfois difficile, a avoué Woo, qui avait fait partie de l’équipe olympique, à seulement 16 ans, lors des Jeux de Rio, en 2016. Je veux être là pour mes coéquipières, ça fait partie de mes responsabilités de garder l’équipe ensemble et de les encourager.»

La Néo-Écossaise Ellie Black, qui est la figure de proue de l’équipe féminine canadienne de gymnastique artistique, ne tarit pas d’éloges au moment de parler de la Québécoise. Elle note aussi l’importance du rôle de remplaçante.

«Rose est une athlète incroyable, elle était parmi les plus jeunes à Rio et elle est devenue une meneuse pour nous, a-t-elle témoigné. C’est une fille positive et elle nous supporte tellement bien. Nous sommes très chanceuses de l’avoir dans notre équipe, au même titre que les autres athlètes. Je suis contente qu’elle puisse faire le voyage avec nous. Elle sera un atout fantastique pour notre équipe.»

«C’est une position difficile, évidemment différente de celle de participante aux compétitions, mais elle fait pleinement partie de l’équipe, rien de moins, a poursuivi Black. Tu dois être prête et te préparer si jamais l’équipe a besoin de toi. Tu peux être appelée à participer à une épreuve, au dernier moment. Elle est très importante au niveau de la préparation. Pendant les dernières années, je sais qu’elle a subi quelques blessures, mais elle est revenue forte et je suis tellement fière d’elle et de la voir dans notre équipe.»

Persévérance et résilience

Parmi ses blessures, Woo a notamment dû composer avec d’importants maux de dos à la suite des Jeux olympiques de Rio. Sa présence à Tokyo représente une belle preuve de persévérance et, vu son rôle de substitut, un bel exemple de résilience.

«Je dois être prête à tout et je suis quand même très contente d’aller aux Jeux, a conclu Woo, avec le sourire. Toutes les filles qui sont sur l’équipe le méritent et ont travaillé fort pour en arriver là.»

Si les Jeux olympiques de Tokyo avaient normalement eu lieu en 2020, Woo aurait peut-être fait partie des quatre principales gymnastes de l’équipe. Or, le report d’un an a notamment permis à la jeune Ava Stewart, âgée de seulement 15 ans, de faire sa place alors qu’elle était encore chez les juniors, il y a un an.

«Avoir été dans sa position, j’aurais aimé ça participer, a tranché Woo, à propos de sa jeune coéquipière. Il n’y a pas de haine ou de jalousie envers elle. Pour moi, elle mérite sa place.»