Crédit : Photo AFP

Club de foot Montréal

C’est le grand soir pour le CF Montréal

Publié | Mis à jour

L’attente est enfin terminée, le CF Montréal va finalement disputer un premier match devant 5000 partisans en recevant le FC Cincinnati au Stade Saputo, samedi soir.

Depuis son dernier match à la maison, le 9 septembre 2020, l’équipe a eu le temps de changer de nom et de voir Wilfried Nancy succéder à Thierry Henry au poste d’entraîneur-chef. 

Pas besoin de dire que tout le monde attend ce moment depuis longtemps au sein de l’organisation. De son côté, Djordje Mihailovic va jouer pour une première fois devant ses nouveaux partisans.

«Le stade est magnifique, la vue est superbe avec le Stade olympique et ils viennent de refaire le gazon qui est parfait», a aussi expliqué le milieu américain.

«Personnellement, c’est un moment que j’attendais depuis longtemps. Montréal a toujours été un endroit où j’ai aimé jouer parce que c’est l’un des stades les plus vibrants.»

Motivation de plus 

Comme si l’adrénaline générée par ce retour à la maison animait les joueurs au maximum, ceux-ci ont reçu la visite de l’entraîneur adjoint, Jason Di Tullio, qui a récemment subi une chirurgie pour traiter un cancer du cerveau.

Di Tullio, visiblement en forme et dans un bon état d’esprit malgré les circonstances, s’est retrouvé au centre d’un cercle formé par les joueurs et leur a parlé avec une passion évidente pendant une bonne dizaine de minutes.

«C’était beau d’avoir Jason avec nous, étant donné ce qu’il vit en ce moment. Son “speech” nous a encore plus motivés. Il faut juste rester calmes, mais ça nous donne un “boost”», a reconnu Mathieu Choinière.

«Ça fait chaud au cœur de voir qu’il va bien, a ajouté Mihailovic. Quand on a appris la nouvelle il y a quelques semaines, c’était difficile pour l’équipe parce qu’il est important sur le terrain et en dehors du terrain, c’est un humain incroyable.»

Gérer les émotions 

Dans un contexte aussi volatile sur le plan émotif, il va sans dire que tout le monde entend garder la tête froide.

Mihailovic a reconnu qu’il était capital de garder le contrôle. «C’est important d’être stable émotionnellement. C’est important pour nous de ne pas se laisser dépasser par le fait qu’on puisse enfin jouer devant des spectateurs.»

Mais on pourrait les comprendre d’avoir beaucoup d’enthousiasme, tout le monde en aurait. Choinière a bien expliqué ce que ça représentait pour les joueurs. «On attendait ce moment-là depuis longtemps. Ça fait longtemps qu’on n’a pas joué devant la famille».

Étiré au maximum 

Sur le terrain, l’équipe va tenter de rester invaincue pour un sixième match de suite, ce qui lui permettrait d’égaler le record d’équipe.

«Je suis satisfait de la façon dont on essaie de jouer et du fait que les joueurs ne lâchent pas, même si on n’y parvient pas tout le temps», a analysé Wilfried Nancy.

Si l’équipe va aussi bien, c’est grâce à son excellent jeu défensif. L’équipe n’a en effet accordé que 11 buts en 12 rencontres cette saison.

Mais cette brigade défensive sera étirée à son maximum samedi soir en l’absence de Kamal Miller et de Kiki Struna.

Le premier est avec l’équipe nationale du Canada et le second est «indisponible», ce qui suppose qu’il n’est pas blessé, sinon on l’aurait dit. Toute autre interprétation est valable.

Ce sont donc probablement Zorhan Bassong et Joel Waterman qui flanqueront Rudy Camacho. Le premier est surtout un latéral alors que le second revient d’une blessure et n’a joué qu’une minute depuis le 29 mai. Ils sont tout à fait capables de faire le boulot, mais n’empêche qu’il ne reste pour le moment que deux arrières centraux disponibles.

L'adversaire en 5 points 

Attaque discrète 

C’est encore une fois compliqué en attaque pour le FC Cincinnati cette saison, l’équipe ayant marqué 12 buts en 11 matchs. C’est tout de même mieux que l’an passé alors que la moyenne était en dessous d’un but par match.

Meilleur à l’étranger 

Étrangement, le FC Cincinnati présente une bien meilleure fiche sur les pelouses adverses que sur la sienne. À la maison, l’équipe de l’Ohio n’a pas encore gagné (0-3-1) alors qu’elle figure bien à l’étranger (3-2-2).

Joueurs à surveiller 

Si on veut éteindre l’attaque de Cincinnati, il faut surveiller de près deux joueurs, Luciano Acosta et Alvaro Barreal qui ont chacun trois buts. Ce sont les deux principaux animateurs offensifs. Les six autres buts ont été marqués par des joueurs différents.

Sur une lancée 

On a beau penser que Cincinnati tarde à prendre son envol depuis son entrée dans la ligue, en 2019, mais l’équipe traverse actuellement une belle séquence, tout comme le CF Montréal. Cincy est invaincu à ses quatre derniers matchs (2-0-2).

Début animé 

On va surveiller le premier quart d’heure du match qui est celui où Cincinnati marque le plus de buts (6). Montréal devra donc être bien réveillé dès le départ. Cincy est plutôt régulier sur les buts accordés qui sont dispersés sur les 90 minutes.