Crédit : AFP

F1

F1: un avant-goût de 2022

Publié | Mis à jour

On ne parle pas d’évolution, mais plutôt d’une véritable révolution.

La Formule 1 va profiter de la tenue du Grand Prix de Grande-Bretagne en fin de semaine, où la toute première épreuve comptant pour le Championnat du monde a été présentée en 1950, pour dévoiler jeudi un modèle grandeur nature de la nouvelle monoplace qui sera utilisée en 2022.

L’entrée en scène de cette voiture, aux lignes plus futuristes, devait avoir lieu cette année, mais elle a été retardée d’un an en raison de la pandémie.

Une première esquisse du bolide avait été présentée, en images, à quelques jours du Grand Prix des États-Unis, à Austin, en novembre 2019.

Pour raviver le spectacle

Dès lors, les réactions ont été favorables. De toute évidence, le produit fini respectera, en plusieurs points, le prototype dévoilé il y a 17 mois.

À l’époque, la F1 était au cœur d’une domination de l’écurie Mercedes dont on ne voyait pas la fin.

La F1, de concert avec la Fédération internationale de l’automobile (FIA), s’est donc mise à la tâche pour trouver des solutions qui améliorent la qualité du spectacle et réduisent les écarts entre les équipes.

Feuille blanche

La silhouette des voitures sera passablement modifiée, nous rappelle la FIA, qui, depuis quelques jours sur son site, convie tous les amateurs à assister à une présentation virtuelle à 9 h jeudi matin.

«La F1 entame un nouveau chapitre en 2022 qui s’annonce très passionnant, peut-on lire sur son invitation. Le règlement actuel sera effacé et de nouvelles règles entreront en vigueur. Le but est d’offrir des courses plus spectaculaires.»

Cette refonte majeure va forcer les équipes à concevoir leur nouvelle monoplace à partir d’une feuille blanche sur leur planche à dessin. Le travail est déjà amorcé.

Dans une certaine mesure, on assistera au retour des voitures à effet de sol, dont les tunnels dans le plancher vont contribuer, en grande partie, à améliorer l’appui aérodynamique.

La démarche permettra ainsi d’éliminer la turbulence, de suivre de plus près un adversaire et, par le fait même, de favoriser les dépassements.

Selon certains pilotes qui ont eu l’occasion de se familiariser avec la nouvelle voiture à l’aide d’un simulateur, les pneus seront aussi moins exposés à la surchauffe. L’imposition d’un plafond budgétaire devrait aussi assurer une meilleure parité entre les équipes.

Un retard à combler

En temps normal, Lewis Hamilton se présente chez lui à Silverstone en position confortable. Mais pas cette année.

Après neuf épreuves, en 2019 et en 2020, il avait grimpé non seulement sur la première marche du podium à six reprises, mais il occupait aussi la tête au classement cumulatif.

Or, avec seulement trois victoires au compteur cette année, le septuple champion du monde concède déjà 32 points au meneur Max Verstappen.

Même si ce dernier était incapable d’inscrire le moindre point en fin de semaine et que Hamilton engrangeait le maximum (29) à bord de sa Mercedes, le Néerlandais ne serait pas délogé du premier rang à l’issue du GP de Grande-Bretagne.

Vingt-cinq points sont accordés au vainqueur et un autre est octroyé à l’auteur du tour le plus rapide en course dimanche. Trois points supplémentaires seront aussi décernés à celui qui remportera la course sprint de samedi.

Des terrains de jeu

La bonne nouvelle pour Hamilton, c’est que le tracé de Silverstone est un véritable terrain de jeu, lui qui y compte sept victoires. Et que dire du Grand Prix de Hongrie, qui aura lieu deux semaines plus tard, un endroit où le Britannique s’est imposé à huit reprises?

Tout ça pour dire que le moment est on ne peut plus favorable pour renverser la vapeur. Mais la saison 2021 a clairement démontré que Verstappen et l’écurie Red Bull représentaient la combinaison de l’heure en F1.

Petit rappel en terminant: deux épreuves de F1 ont eu lieu l’an dernier à Silverstone. Hamilton a remporté la première course et Verstappen s’est classé au deuxième rang. La semaine suivante, les rôles étaient inversés.

Voilà qui met la table pour un week-end qui s’annonce palpitant et surtout déterminant pour la course au titre.