Crédit : AFP

Course Automobile

Russell bientôt promu?

Publié | Mis à jour

Le secret de Polichinelle le moins bien gardé en Formule 1 pourrait être dévoilé très bientôt.

L’embauche du pilote britannique George Russell au sein de l’écurie Mercedes pour la saison prochaine ne serait qu’une formalité selon bon nombre de sites spécialisés en Europe. Son purgatoire chez Williams tire donc à sa fin.

L’équipe allemande pourrait profiter de la journée des médias de jeudi, en prévision du Grand Prix de Grande-Bretagne qui sera disputé dimanche, pour confirmer le tout.

Sans surprise, l’association entre Mercedes et Valtteri Bottas ne se poursuivra pas l’an prochain. Des experts chevronnés, tels les anciens pilotes de F1 Damon Hill et Martin Brundle, devenus analystes au réseau Sky Sports, se disent convaincus qu’une annonce est imminente. Peut-être même dans les prochaines heures.

Pour assurer la relève

Maintenant que l’avenir de Lewis Hamilton est sécurisé jusqu’à la fin de 2023, avant que le septuple champion du monde ne prenne sa retraite, Mercedes cherche un autre pilote de talent pour assurer la relève et maintenir cette tradition gagnante.

Selon les décideurs de Mercedes, Bottas n’est pas le candidat destiné à remplir ce mandat. Le Finlandais de 31 ans connaît un début de saison difficile, lui qui n’a pas grimpé sur la première marche du podium au cours de ses 17 derniers départs en F1. Sa dernière victoire remontant au 27 septembre 2020 à Sotchi, en Russie.

Un volant inattendu

Le 3 novembre 2016, Bottas était reconduit dans ses fonctions de pilote titulaire de l’écurie Williams, qui accueillait dans ses rangs la recrue canadienne Lance Stroll pour la saison suivante.

Mais c’était sans savoir que Nico Rosberg, couronné champion du monde quelques semaines plus tard chez Mercedes, allait annoncer sa retraite de la F1, non sans surprise, cinq jours après son sacre.

Pour combler ce baquet très convoité, Mercedes, dont les liens sont connus avec Williams, a fait appel au Finlandais qui a procuré neuf victoires à l’écurie allemande depuis son recrutement.

S’il est vrai que cette année, les Flèches d’Argent sont dominées par Max Verstappen et la grande rivale Red Bull, Bottas connaît un début de parcours décevant, lui qui n’occupe que le cinquième rang au classement des pilotes avec une récolte de 92 points soit 58 de moins que Hamilton (deuxième au tableau).

Contraint à jouer un rôle de figuration depuis sa venue en F1 en 2019 à bord d’une Williams, la pire monoplace du plateau, Russell s’est vu offrir une chance en or d’exprimer son talent quand, au Grand Prix de Sakhir l’an dernier, quand il a été appelé à remplacer Hamilton, qui avait reçu un test positif à la COVID-19.

Ses premiers tours des roues ont été convaincants. Le jeune espoir britannique de 23 ans, membre de la filière Mercedes, a signé en effet le meilleur temps des deux premières séances d’essais libres et il s’est classé deuxième en qualifications, à 26 millièmes de seconde de son coéquipier Bottas.

En course, Russell a pris la tête dès le signal du départ, mais une erreur de son équipe lors d’un changement de pneus et, plus tard, une crevaison, l’a privé d’un coup d’éclat. Sa neuvième place constitue son meilleur résultat en F1, ce qui lui vaut ses trois seuls points au Championnat du monde jusqu’à présent, en incluant un point pour avoir inscrit le meilleur tour en course, toujours à Sakhir.

Une première en trois ans

Cette année on retiendra aussi que, contre toute attente, Russell a toujours réussi à se hisser en deuxième ronde de qualifications (Q2). Un exploit que son partenaire, le Canadien Nicholas Latifi, a été incapable de réaliser.

Mieux encore, en Autriche il y a deux semaines à peine, il s’est taillé une place en Q3. Une première chez Williams depuis la 10e position acquise par Stroll au Grand Prix d’Italie en 2018.