Crédit : AFP

Tennis

Wimbledon: une première finale majeure pour Berrettini

Publié | Mis à jour

Matteo Berrettini, 9e mondial, s'est qualifié vendredi à Wimbledon pour sa première finale de Grand Chelem en battant le Polonais Hubert Hurkacz, 18e et tombeur de Roger Federer en quarts, 6-3, 6-0, 6-7 (3/7), 6-4.

«Je n'ai jamais rêvé de ça, c'était trop énorme... Mais maintenant que je le vis, je dois le croire !», a commenté l'Italien de 25 ans qui affrontera dimanche pour le titre le N.1 mondial serbe Novak Djokovic, en quête d'un 6e sacre sur le gazon londonien pour égaler le record de 20 titres majeurs codétenu par Roger Federer et Rafael Nadal, ou le Canadien Denis Shapovalov (12e). 

Vainqueur du Queen's juste avant Wimbledon, il est le premier Italien à jouer la finale à Wimbledon.

Berrettini avait déjà atteint le dernier carré en Grand Chelem, à l'US Open en 2019. Il participe à son troisième tournoi de Wimbledon, où son meilleur résultat jusque-là était un huitième de finale en 2019.

Il avait alors été sévèrement battu par Roger Federer, futur finaliste, 6-1, 6-2, 6-2.

«Ce n'était pas la même sensation, mais ça m'a beaucoup appris», a commenté Berrettini vendredi après avoir battu Hurkacz.

Sur le même Centre Court où il avait dominé avec ses grands services la classe de Roger Federer au tour précédent, le Polonais a été laminé à son tour par la puissance de Berrettini.

À partir de 2-3 dans le premier set, l'Italien a aligné 11 jeux pour remporter le premier set, le deuxième, et mener 1-0 dans le troisième.

Hurkacz a alors semblé totalement perdu sur le court, regardant tantôt son clan, tantôt le terrain comme s'il était responsable de sa déroute, se tapant les semelles comme pour en faire tomber la terre battue qui rendrait les semelles glissantes.

Pourtant, pas tout à fait KO, il pousse l'Italien au tie break et remporte ce troisième set.

«Je pense que je méritais de gagner ce troisième set, mais quand je l'ai perdu, je me suis dit que ce n'était pas grave. Et ça a payé», a relevé Berrettini.

En effet, il a pris la mise en jeu de son adversaire dès l'attaque de la quatrième manche et, en s'appuyant sur un service très solide, a conservé son avantage jusqu'au bout.